Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 18:00

 

Cope-vote-contre-amendement-de-woerth.jpg

 

Il y a un évènement qui,  sans doute,  passera assez inaperçu mais qui est pourtant très significatif du  contexte politique lourd, dû aux accusations visant Eric Woerth et des affaires touchant le gouvernement. Les députés UMP, emmenés par Jean-François Copé, ont rejeté dans la nuit du mercredi 7 juillet à jeudi 8 un amendement gouvernemental dans le cadre du projet de loi sur dialogue social dans les très petites entreprises (TPE). Un fait rare à l'Assemblée nationale. Le texte était soutenu par le ministre du Travail…..  Eric Woerth.  Ce qui fait dire à l’Express de cette semaine en page de couverture : « La panique !.. » C’est peut être aussi ce qui explique que les Français sont majoritairement pour un remaniement gouvernemental profond !.. Tout cela ne tourne vraiment plus très rond...

 

C'est un fait excessivement rare. Un amendement du gouvernement a été rejeté dans la nuit de mercredi à jeudi par les députés de la majorité, emmenés par leur chef Jean-François Copé. Fait encore plus inédit, les seuls groupes parlementaires à avoir voté à l'unanimité le texte, sont ceux de l'opposition. C'est le monde à l'envers et cette véritable fronde a fait une victime, Eric Woerth, qui soutenait cet amendement et qui, on s’en doute bien n’avait pas besoin de ce souci supplémentaire. Empêtré dans l'affaire Bettencourt et ses révélations quotidiennes, le ministre du Travail a reçu mercredi le soutien du président de la République, du Premier ministre et de ses collègues du gouvernement, ainsi que celui de Jean François Copé lui-même, qui ont tout fait pour le défendre. Un soutien sans faille mis à mal par la révolte nocturne des députés de la majorité. Le symbole politique intervient au plus mauvais moment, alors que de nombreuses voix, dans l'opinion et jusque dans la majorité, viennent réclamer un remaniement gouvernemental et souligne qu'Eric Woerth pourrait notamment être fragilisé par les "rumeurs" dans sa conduite de la réforme des retraites.

 

Cette véritable fronde intervient sur un texte très polémique, censé rénover le dialogue social dans les très petites entreprises (TPE). L'amendement numéro 22 devait créer, de manière facultative et par accord, des "commissions paritaires territoriales" pour " permettre le renforcement du dialogue social"dans les sociétés employant moins de 11 salariés. Il a été rejeté par 75 voix contre et 25 pour. Quelque 67 députés UMP ont rejeté le texte et neuf l'ont approuvé , apprend-on sur le site de l'Assemblée nationale. Tous ont agi à l'appel de leur chef de file, Jean-François Copé.

 

Copé met en garde Woerth

 

Députés et gouvernement s'étaient déjà affrontés sur ce sujet fin juin, en commission des Affaires sociales. L'amendement d'Eric Woerth y avait été également rejeté. Le ministre du Travail tient à cette "mesure phare".Ces commissions territoriales sont chargées d'apporter un appui collectif aux salariés et employeurs dans leurs négociations. Les parlementaires de la majorité refusent cette disposition car ils estiment qu'elle pourrait créer de nouvelles entraves à un dialogue social qui fonctionne bien tel qu'il existe actuellement dans les TPE. C’est au moins ce qu’en disent le Medef et la Confédération générale patronat des petites et moyennes entreprises (CGPME) qui ne tiennent pas du tout a voir ces commissions se mettre en place. Pour séduire ses députés, Woerth avait rappelé que ces commissions, très appréciées des syndicats, existent depuis 2004 et que l'amendement permettait de mieux restreindre leur champ d'exercice. D'où sa volonté de remettre sur le métier son texte en séance. Avec le succès que l'on sait.

 

L'opposition a toujours soutenu le texte du ministre du Travail, formant une improbable alliance: "Nous soutiendrons son amendement pour éviter la politique du pire et dénoncer la position ringarde et surréaliste des députés UMP",expliquait Alain Vidalies (PS), après le rejet de la disposition en commission. Mais cette faible coalition n'a pu résister à l'opposition farouche des députés UMP à l'amendement. Et c'est Jean-François Copé, leur patron, qui a mené la fronde. Le représentant de Seine-et-Marne a déjà prévenu Eric Woerth qu'il n'était pas nécessaire d'espérer de forcer la main de la future commission mixte paritaire (CMP) chargée d'unifier le texte issu du Sénat et celui de l'Assemblée. Le président du groupe UMP a expliqué qu'il y verrait "une très mauvaise manière".

 

Jean-François Copé est venu jeudi s'expliquer dans les couloirs de l'Assemblée sur les raisons de son vote et de celui de son groupe, en rappelant qu'il avait exprimé sa position il y a deux mois déjà. "Vouloir créer des comités Théodule dans les TPE, c'était nier la réalité quotidienne de ces entreprises. Ces entreprises portent une bonne part de la croissance française, venir leur ajouter des contraintes supplémentaires c'était totalement inadapté", a-t-il dit. Le patron des députés UMP s'est défendu d'avoir avec ce vote fragilisé le ministre du Travail : "Les affaires et toutes ces allégations sordides dont Eric Woerth fait l'objet c'est une chose. Les réformes, c'est autre chose. Nous sommes vraiment totalement aux côtés du gouvernement". Plus faux cul que cela, ce sera difficile !...

 

 

 

 Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens