Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 13:44

PSA-peugeot-citroen-copie-1.jpg

 

 

On attendait cette annonce avec impatience et beaucoup d’inquiétude. Les temps sont extrêmement durs pour les constructeurs automobiles européens et plus spécialement pour PSA Peugeot-Citroën. Le constructeur automobile a annoncé, jeudi 12 juillet au matin, à la suite d’un Comité Central d’Entreprise extraordinaire, la suppression de 8.000 emplois en France, dont 3.000 sur le site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Cette dernière usine sera fermée d'ici 2014 ; celle de Rennes est aussi particulièrement touchée.

PSA Peugeot Citroën a annoncé jeudi matin l'arrêt en 2014 de la production de véhicules à l'usine d'Aulnay (Seine-Daint-Denis), où travaillent plus de 3.000 salariés, tout en maintenant "la vocation industrielle" du site, selon un communiqué publié dans la foulée d'une réunion du comité central d'entreprise, qui se tenait avenue de la Grande armée à Paris. Au total, PSA, premier groupe français automobile, a assuré qu'il va supprimer 8.000 emplois en France, les sites d'Aulnay et de Rennes étant les plus touchés.

Un recentrage sur le site de Poissy

Le constructeur indique qu'il va travailler au "recentrage de la production en région parisienne sur Poissy" (Yvelines). La production de la citadine Citroën C3, actuellement partagée entre Aulnay et Poissy (Yvelines), sera regroupée à Poissy. Quelque 1.500 emplois d'Aulnay pourraient y être reclassés. Les 1.500 autres salariés se verront proposer des "actions de reclassement externe". En outre, les 1.400 suppressions à Rennes seraient des départs volontaires. La recherche et développement est touchée avec 1.400 suppressions de postes.

Pour ce qui concerne le site d’Aulnay je pense que ce n’est une surprise pour personne et que la décision de fermeture est prise depuis des années. Lorsqu’ une usine automobile ne fabrique qu’un seul modèle, que ce modèle arrive en fin de vie et qu’aucun investissement nouveau n’est réalisé depuis plusieurs années alors l’issue parait évidente. PSA prétend qu’il va rester présent sur le site ? Il faudra voir comment ce problème sera résolu. Pour l’instant aucune précision n’a été donnée.

La chute des marchés européens

La crise dans l’automobile ne touche pas, malheureusement, que PSA Peugeot-Citroën. Fiat est également en train de licencier, Opel a de grandes difficultés. L’Europe est en surcapacité de production : le potentiel installé serait de l’ordre de 16 millions de voitures par an et le marché est aujourd’hui de 12 millions !.. Le groupe PSA est particulièrement affecté par la baisse des marchés automobiles européens sur lesquels il écoule la plus grande partie de sa production. L’Italie, l’Espagne et le Royaume Uni sont en chute libre au niveau des ventes, les autres pays sont en forte baisse. Des erreurs stratégiques ont-elles été commises ? L’avenir nous le dira (peut-être) ? En tous cas il faut noter que PSA manque cruellement d’un partenaire fort, comme Nissan pour Renault, qui lui aurait ouvert des marchés sur lesquels il est quasiment absent : Brésil et autres pays d’Amérique du Sud, Inde, Russie et dans une moindre mesure la Chine. L’accord entre PSA et Général Motors est trop récent pour que l’on puisse en estimer les avantages pour le constructeur français.

Par ailleurs PSA a subi de plein fouet les décisions internationales concernant l’Iran. Le pays assemblait quelques 200 000 voitures par an avec des collections fabriquées en France et la production a du être totalement arrêtée.

Le plan social a-t-il été retardé ?

La polémique va venir du fait que des voix s’élèvent déjà pour dire que le plan social a été retardé pour cause d’élections présidentielles. Difficile à démontrer car si la sort d’Aulnay semble réglé depuis longtemps on peut tout de même penser que la Direction de PSA ait voulu présenter un plan global en ayant attendu de régler un certains nombres d’accords stratégiques avec son nouvel allié GM. Des programmes de Recherches et Développements seront certainement menés en commun, des voitures auront des plates-formes communes et il est fort probable que des véhicules de marque Peugeot ou Citroën seront fabriquées dans des usines Opel en Allemagne ? Ce qui explique que PSA  taille également dans ses effectifs hors production, "ce qui devrait conduire à la diminution de 3.600 emplois répartis sur l'ensemble des sites en France".

« Je mesure pleinement la gravité des annonces »

"Je mesure pleinement la gravité des annonces faites aujourd'hui ainsi que le choc et l'émotion qu'elles provoquent dans l'entreprise et dans son environnement", explique le président du directoire de PSA, Philippe Varin, cité dans le communiqué. Mais "l'ampleur et le caractère durable de la crise qui affecte notre activité en Europe rendent désormais indispensable ce projet de réorganisation qui nous permet de dimensionner notre capacité de production à l'évolution prévisible des marchés", argumente-t-il. La CGT de PSA Peugeot Citroën, a estimé que la "guerre (était) déclarée". La CFTC du groupe a condamné des décisions "dramatiques" : "Nous sommes convaincus que la stratégie de montée en gamme va amplifier les pertes d'emplois en France". "La baisse des effectifs en recherche et développement est gravissime", selon Franck Don, représentant de la CFTC.

De toute l’histoire du Groupe français c’est en effet la première fois qu’il annonce un plan aussi rude et surtout la fermeture d’un site industriel important et le licenciement « sec » de près de 6 000 personnes. La guerre déclarée par la CGT, les gesticulations (probables) d’un Arnaud Montebourg qui ne connait pas grand choses aux affaires industrielles mais qui cependant est persuadé qu’il peut tout changer, risquent fort de ne pas arranger les choses.

Une politique industrielle pour la France

Le groupe français a annoncé également qu'il avait enregistré une perte nette au premier semestre dont le montant n'a pas été précisé, plombé par les mauvaises performances de sa division automobile. Le constructeur s'attend à une perte opérationnelle courante de l'ordre de 700 millions d'euros pour sa branche automobile à cause d'une dégradation de la conjoncture, selon un communiqué. Il table à présent sur une baisse du marché européen dans son ensemble de 8% cette année et de 10% en ce qui le concerne. Dès l'ouverture de la Bourse de Paris, le cours de l'action de PSA Peugeot Citroën a gagné 1,34%, avant de se stabiliser. Mais rappelons-nous que le titre a perdu 40 % depuis le début de l’année.

La situation actuelle est donc intenable pour une entreprise de la taille de PSA Peugeot Citroën. Une entreprise qui, plus que son concurrent français Renault, a toujours résisté à la tentation de délocaliser pour des raisons de coûts de production. Mais la réalité économique finit toujours par s’imposer : notre industrie française est malade et malheureusement il n’y a pas que l’automobile qui est touchée. Nos coûts de productions sont trop élevés, nos produits sont trop chers, nos exportations s’effondrent, nos emplois industriels disparaissent. Et tout cela nos responsables politiques le savent depuis plusieurs années. Il faut redresser la barre et très vite car dans quelques années, peut être quelques mois il sera trop tard !.. La France a besoin d’une vraie politique industrielle. Nos produits son bons, nous avons le savoir faire, nous sommes en tête dans l’innovation. Encore faut-il que nos politiques prennent toute la mesure du problème pour prendre les bonnes décisions.

Au vu des premières réactions à ce plan social chez PSA il n’y a pas lieu d’être particulièrement optimiste :

Mercredi 11 juillet au soir, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a dit craindre que les annonces de restructuration constituent "un choc pour la nation". Oui certainement !. Et il annonce un plan d’aide à l’automobile pour le 25 juillet !...Jeudi  12 juillet au matin, le leader de la CGT Bernard Thibault a parlé d'un séisme et à déclaré que « la guerre était ouverte » avec la Direction de PSA. Le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé, interrogé sur France Info, a estimé que la "cote d'alerte a été dépassée".

Bon !.. Et après, que fait-on ???

 

 

Jean Pierre ECHAVIDRE

 

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)



 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens