Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 19:00

Nicolas-Sarkozy-Toulon-1er-decembre-2011.jpg

 

 

Il était venu pour parler de la crise, dire la vérité aux Français. Dans un discours de près d’une heure Nicolas Sarkozy a également développé ce que pourrait être son programme de candidat. Il n’a pas hésité non plus à tacler, sans les nommer, les socialistes responsables, de la retraite à 60 ans et des 35 heures « des fautes graves dont nous payons encore aujourd’hui les conséquences ». Alors évidemment ses adversaires politiques n’ont pas manqué de dire que le candidat avait, à Toulon, remplacé la Président.. Mais cependant ce que Nicolas Sarkozy a évoqué sur l’Europe représente une toute nouvelle stratégie pour la France. A Toulon jeudi soir, Nicolas Sarkozy a appelé à une "refondation" de l'Europe pour répondre à la crise de la dette. Selon lui, elle passe par plus de "solidarité", idée chère à la France, et plus de "discipline", réclamée par l'Allemagne. Consacrant une petite partie de son discours à l'Europe, il a dit vouloir, avec Berlin, un nouveau traité européen. Mais a rappelé, à demi-mot, les points de désaccords qui subsistent entre les deux pays, alors que les négociations continuent. Angela Merkel sera d'ailleurs à Paris lundi 5 décembre prochain.  

 "L'Europe n'est plus un choix. Elle est une nécessité." A Toulon jeudi 1er décembre dernier, Nicolas Sarkozy a voulu évacuer le débat entre la France du oui et la France du non. "Au moment de faire le choix de l'euro, nous nous sommes divisés entre partisans du oui et partisans du non (…) Le débat est derrière nous. L'euro existe. Sa disparition aurait des conséquences dramatiques", a-t-il déclaré. Ou encore : "Ce n'est pas la réouverture des vieilles querelles entre les partisans de l'Europe des nations et l'Europe fédérale."

La France et l’Allemagne doivent trouver un accord

Voilà pour le cadre général. Place ensuite aux mesures... assez vagues. Logique, quand on sait que les discussions avec l'Allemagne sur une initiative commune destinée à améliorer la gouvernance économique de l'Union européenne - et éloigner le spectre de la crise de la dette - ne sont pas terminées. La chancelière allemande, Angela Merkel, doit d'ailleurs prononcer un discours vendredi 2 décembre, avant de se rendre à l'Elysée le lundi suivant. Pour les deux dirigeants européens, l'objectif reste le même : trouver un accord avant le sommet européen des 8 et 9 décembre pour le présenter à l'ensemble des pays membres.

La création d'un Fonds monétaire européen

Entre autres pistes évoquées jeudi soir par Nicolas Sarkozy : un nouveau traité européen et la création d'un Fonds monétaire européen destiné à venir en aide aux pays en difficulté. Pour lui, la priorité est de "refonder" l'Europe, car "la crise a révélé ses faiblesses et ses contradictions". Une refondation qui passe, selon lui, par "plus de solidarité". Ce Fonds en sera "l'instrument". Mais le chef de l'Etat n'oublie pas la priorité de l'Allemagne : là où la France veut davantage de solidarité, Berlin veut davantage de discipline. Nicolas Sarkozy en fait son affaire : la "refondation" de l'Europe sera basée sur "plus de discipline" et "plus de solidarité". Restera encore à convaincre Berlin.

Le choix de la « convergence »

Durant toute la partie consacrée à la situation en Europe - relativement courte, alors qu'on attendait un discours sur ce thème - Nicolas Sarkozy n'a eu de cesse de rappeler la proximité de la France avec l'Allemagne, tout en évoquant, à demi-mot, les divergences. "La France et l'Allemagne, après tant de tragédies, ont décidé d'unir leur destin, de regarder ensemble vers l'avenir (…) La France et l'Allemagne ont fait le choix la convergence", a-t-il ainsi déclaré.

Mais là où Angela Merkel verrait bien des transferts de souveraineté et des budgets visés par la Cour de justice européenne, Nicolas Sarkozy a rappelé la suprématie du politique. "L'Europe a besoin de plus de politique. Je veux dire de plus de responsabilité politique", a-t-il notamment déclaré, insistant sur le fait que "la refondation de l'Europe" n'était pas "la marche vers plus de supranationalité". Sur ce point, et les fameux transferts de souveraineté évoqués ces derniers jours qui avaient provoqué des inquiétudes ici ou là, le président français s'est voulu rassurant. S'il s'est prononcé pour un examen "en commun" des budgets nationaux, pour "des sanctions plus rapides, plus automatiques et plus sévères pour ceux qui ne respectent pas leurs engagements" et pour un vote à la majorité qualifiée au sein de la zone euro, il a aussi déclaré : "Nous refuserons d'effacer nos frontières. Elles sont la condition de notre liberté, de notre démocratie, de notre solidarité. Ainsi nous défendrons notre identité, notre culture, notre façon de vivre, notre modèle social".

"L'Europe, c'est davantage de souveraineté"

Mieux, selon lui, "l'Europe, ce n'est pas moins de souveraineté, mais davantage de souveraineté, parce que c'est davantage de capacité d'agir." Et de conclure, sur ce point, laissant percevoir de futurs compromis : "Il y a une réalité que chacun doit comprendre : la souveraineté ne s'exerce qu'avec les autres." Quant à ceux qui critiquent le déséquilibre du couple franco-allemand – parmi lesquels François Hollande qui constatait mercredi que "c'est Mme Merkel qui décide et M. Sarkozy qui dit" -, il leur a répondu : "La France et l'Allemagne ont fait le choix de la convergence (…) Cela ne veut pas dire que l'une veut se mettre à la remorque de l'autre."

Le rôle de la Banque centrale

Il a d'ailleurs rappelé d'autres divergences avec Berlin, notamment le rôle dévolu à la Banque centrale européenne (BCE), que la France voudrait accroître, ce que l'Allemagne refuse. "Naturellement, la Banque centrale européenne a un rôle déterminant à jouer. Il y a des débats sur ce que lui autorisent ses statuts", a-t-il déclaré, faisant allusion à la position allemande. Assurant ne pas vouloir "entrer dans ces débats", il a tout de même rappelé la position de Paris : "La BCE est indépendante. Elle le restera. Je suis convaincu que, face au risque déflationniste, qui menace l'Europe la BCE agira. A elle de décider quand et avec quels moyens. C'est sa responsabilité. Nul ne doit douter qu'elle l'assumera et d'ailleurs je me félicite de ce qu'elle ait commencé à le faire." Le message est clair.

 

 

Source : leJDD.fr  1er décembre 2011

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens