Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 08:00

Nicolas-Sarkozy-apres-le-sommet-de-crise-18-janvier.jpg

 

 

Les syndicats, et en tout premier lieu CFDT et FO, avaient prévenu : si la « TVA sociale » est à l’ordre du jour cela risque de barder !.. Le chef de l’Etat a fait retomber la tension lors du sommet social mercredi 18 janvier. Les leaders ont pris acte des annonces présidentielles. Mais la « TVA sociale » reste un casus belli et aussi on a pris grand soin de ne pas trop en parler ou tout au moins de ne pas la nommer..

Le clash n’a finalement pas eu lieu. En sortant du sommet social qui s’est tenu ce matin à l’Elysée, les syndicats ont adopté un ton modéré dans leurs commentaires. Loin de leurs déclarations tendues des jours précédents. Ils ont pris acte des mesures annoncées par Nicolas Sarkozy. François Chérèque (CFDT) les a certes jugées insuffisantes. Mais il a reconnu qu’elles étaient "utiles". Même Jean-Claude Mailly (FO), qui avait promis d’"envoyer bouler" le chef de l’Etat si celui-ci évoquait la TVA sociale, n’a pas élevé la voix.

Le président de la République a pris le soin de déminer. Nicolas Sarkozy ne voulait pas offrir aux leaders - qui lui sont de plus en plus ouvertement hostiles - une tribune politique au sein même du palais. Il a donc ménagé certains effets de surprise. Par exemple, l’annonce de 1.000 embauches (en CDD) à Pôle Emploi pour améliorer l’accueil des chômeurs et leur orientation en formation. Durant les discussions du matin, il avait pourtant paru fermer la porte à cette demande syndicale, en estimant que 5.000 emplois équivalent temps plein avaient été créés à Pôle emploi depuis 2008. Les patrons des centrales ne s’y attendaient pas. A dessein, ils n’avaient pas été prévenus de cet arbitrage.

La « TVA sociale » est un casus belli

Nicolas Sarkozy a jugé que le climat de la rencontre était "apaisé". Il y a bien eu durant la matinée quelques échanges de piques avec Bernard Thibault (CGT), François Chérèque ou Jean-Claude Mailly. Mais "il s’agissait de débats plutôt débonnaires", juge un proche du Président qui était dans la salle, très agréablement surpris par le ton des syndicalistes à la sortie.

Le chef de l’Etat a également profité de l’occasion pour prendre les devants en matière sociale face à François Hollande. Il a annoncé la réouverture du grand chantier de la formation professionnelle, un dossier prisé à gauche. Nicolas Sarkozy a confié une mission à Gérard Larcher, ancien ministre du Travail et ancien président du Sénat, apprécié des syndicats. La réforme à venir doit être "radicale", a-t-il dit, tentant de gommer l’échec de la loi de 2009.

Le conflit avec les syndicats aura tout de même lieu d’ici peu. Le président de la République doit dévoiler ses arbitrages sur la « TVA sociale » avant février, probablement à la télévision en fin de semaine prochaine. Les centrales n’en veulent pas. L’Elysée reste sur l’idée de baisser uniquement les charges patronales au nom de la compétitivité des entreprises. La feuille de paye des salariés resterait inchangée. En contrepartie, la TVA serait augmentée sans doute de 2 points. A l’Elysée, on espère que cette décision sera la moins pénalisante possible pour le pouvoir d’achat. "Les tarifs de la téléphonie mobile chutent fortement", note-t-on pour se rassurer. François Fillon doit recevoir les parlementaires, chez qui la grogne monte. Certains, comme Lionnel Luca, Pierre Méhaignerie ou Gilles Carrez, ont déjà fait valoir leur hostilité au calendrier choisi, sinon à la mesure elle-même. Dans la cour de l’Elysée, les leaders ont prévenu : la « TVA sociale » sera un casus belli.

 

Source : leJDD.fr  18-01-2012

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


Partager cet article
Repost0

commentaires

Xav 19/01/2012 12:43

Bonjour jean Pierre.

Rien à voir avec cet article mais que pensez vous du retrait de Peugeot à l'occasion des 24 heures du Mans ? Avez vous constaté le remaniement qui a été opéré au sommet de l'organigramme de la
marque ? Vu que je m'adresse peut être au père de la 205, au responsable style habitacle pour le série de la 605, ou au concepteur du moteur XU multisoupapes, vous devriez avoir une opinion. A
moins qu'un article soit en cours d'écriture ?

jp echavidre 19/01/2012 14:13



Bonjour,


Mon avis sur cette décision (surprenante) est qu'elle a été prise pour des raisons psychologiques. En effet, à cette époque de l'année les voitures sont quasiment prêtes pour le championnat du
Monde d'endurance donc les principaux investissements (très lourds) ont été faits. Mais comment maintenir une équipe (une centaine de personnes au total) et surtout organiser des déplacements
très couteux lorsque l'on vient d'annoncer la suppression de 6 000 postes dans le mode et que l'on s'attend à une année 2012 très difficile.


Alors cela peut se passer comme lorsque l'on a arrêté la Formule 1 : l'équipe, uniquement formée de personnes extrêmement compétentes est dispersée. Une partie va être probablement reprise par
Citroën pour le rallye. D'autres iront chez d'autres constructeurs pour rester dans le domaine de l'andurance. On parle de Toyota ? La difficulté pour Peugeot sera de reconstituer une telle
équipe si, un jour, il souhaite revenir dans la compétition à haut niveau !..


Quant à l'organigramme de la maison peugeot le seul vrai changement est le retour de frederic Saint Geours qui est un mai de la famille et qui avait quitté la sociéte après avoir eu des mots avec
l'ancien PDG. Cela confirme, mais c'est une donnée très connue, que la famille Peugeot a toujours la haute main sur le destin de la marque. Même si l'action a beaucoup baissé ces deux dernières
années ils sont otujours majoritaires en voix au Conseil d'Administration.


Quant au rumeurs de rapprochement de Peugeot et Fiat je n'y crois pas du tout. C'est une rumeur qui revient périodiquement mais qui est sans fondement. Peugeot à mis quinze ans pour "digérer" le
rachat de Citroën, il a connu le fiasco de Chrysler/Simca/Talbot. Donc tant que ceux qui ont vécu ces deux épisodes ne seront pas tous partis de l'entreprise je ne crois pas du tout à un
rapprochement entre deux constructeurs de cette taille.


Bien cordialemnt


Jean Pierre



Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens