Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 08:00

Jean-Luc-Melenchon-est-copresident-du-Parti-de-gauche.jpg

 

 

La défense de la proposition de loi sur l’amnistie des syndicalistes a causé de vives tensions au sein du Front de gauche. On sait que cette proposition est portée par Jean Luc Mélenchon depuis l’élection présidentielle et qu’il ne cesse de remuer le PS et ses alliés pour obtenir une amnistie totale des militants syndicaux. Le porte-parole du PCF a dénoncé la tonalité des propos de Mélenchon quand un proche de ce dernier décrit un PC "spécialement mou" et trop conciliant avec le PS.

Cela aurait dû être un moment de joie. La première fois que le Front de Gauche arrivait vraiment à se faire entendre par la majorité socialiste. Ce fut un moment de tension entre Mélenchon et les communistes. Mercredi 27 février dernier, pour leur première niche parlementaire, les sénateurs PCF ont réussi à faire passer leur proposition de loi sur l’amnistie des syndicalistes. Bien rabotée par les socialistes mais tout de même votée.  En coulisse, les critiques du porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles, à l’égard de Mélenchon et de ses propos jugés trop durs vis-à-vis du PS ont fait monter la pression entre les alliés du Front de gauche.

Le PC, c’est le courant ‘’Sauvons nos places’"

C’est peu de dire que Mélenchon n’a pas apprécié. "Nous ne sommes pas le Front des bonnes manières", souligne celui qui aime tant sa fonction de tribun. Un de ses proches se montre plus explicite et décrypte ce qu’il pense être à l’origine de ces tensions. Epargnant Pierre Laurent et Marie-George Buffet, ce membre de la garde rapprochée de Mélenchon s’en prend à l’aile gauche et droite du PC qui essaieraient, selon lui, de déstabiliser Laurent. "La question au PC, c’est comment se débarrasser de Mélenchon qui empêche de profiter de la vie. C’est le courant ‘’Sauvons nos places’", explique-t-il dans une allusion aux municipales. "A coup de combines, les communistes vont nous tuer les européennes", poursuit ce pilier du Parti de Gauche. Divisés à propos de la ligne à adopter lors des municipales, puisque tiraillés entre autonomie et alliance avec le PS, les alliés du Front de gauche espèrent en revanche faire un gros score aux européennes. Et Jean-Luc Mélenchon ne fait pas mystère de son intention de tirer la liste.

"Nous trouvions les communistes spécialement mous"

Sur ce terrain déjà inflammable est venue se greffer la séquence amnistie. Par tactique et par conviction, le PCF a préféré le dialogue au bras de fer avec le PS. Mélenchon, dans une stratégie de démarcation avec le gouvernement, n’a pas jugé la méthode très efficace. Il a donc haussé le ton vis-à-vis des socialistes. Un cadre du PG fait les sous-titres : "Nous trouvions les communistes spécialement mous. Ils étaient trop gentils et ne foutaient rien. On a donc décidé de faire monter la pression. On est passé à l’offensive et d’un seul coup, on a fait monter la température de 2000°", explique-t-il en évoquant la conférence de presse de Martine Billard et de Jean-Luc Mélenchon, où ce dernier s’est proposé de "tordre le bras" à François Hollande et de "pourchasser jusque dans le dernier village de France" ceux qui voteraient contre l’amnistie.

Résultat? Dans un communiqué puis dans une interview à Libération, le porte-parole du PCF Olivier Dartigolles s’est livré à une sérieuse mise au point, en réponse à Mélenchon. De cette proposition de loi, avertit-il, "n’en faisons pas un acte d’indépendance vis-à-vis du gouvernement. Il ne faut pas emprunter le chemin de la menace, mais celui du rassemblement  (…) La meilleure façon d’y arriver n’est pas de tordre la main, mais de convaincre ceux qui doutent", poursuit Dartigolles. Un pilier du PCF s’étonne de cette sortie : "Sur ce coup, Jean-Luc ne nous a pas aidés mais c’est étrange qu’on mette tout cela sur la place publique. Personne ne veut faire exploser le Front de gauche. La stratégie du Front de gauche est ultra majoritaire au PCF."

La ligne de Mélenchon mise en cause

Si la ligne politique du Front de gauche ne semble pas en débat, la méthode l’est. Peu avant le congrès du PCF, Pierre Laurent confiait : "Il faut imposer de la combativité mais aussi de l’écoute. Je n’ai pas envie de créer un personnage qui suscite l’adoration." Dans un autoportrait qui en creux le faisait se démarquer de Mélenchon, il poursuivait : "Je ne suis pas là pour camper dans une posture d’opposition. Il faut qu’on soit dans une phase de rassemblement." Son entourage abonde et note à propos de Mélenchon : "Il y a un mode d’expression blessant et insultant qui ne sert à rien." Un autre cadre du PC, pourtant assez favorable à Mélenchon, met lui aussi en garde : "Quand on tape tout le temps, on n’est plus entendu."

 

 

Source : leJDD.fr 03-03-2013

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens