Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 15:26

medicaments-generiques.jpg

 

Les laboratoires s'attendent depuis longtemps à un tour de vis sur leurs tarifs. Et si les pharmacies se serraient aussi la ceinture? En tous cas, Marisol Touraine l’a assuré : ce n’est pas le patient qui devra payer ?.. Mais peut-on encore croire un Ministre après toutes les promesses non tenues ?.

Le générique, ce n'est pas automatique. En France, un médicament consommé sur quatre est un générique. Un score bien inférieur à celui de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne, où les "copies" légales de médicaments représentent plus de 64 % du marché de la santé. Et pour cause, les génériques soignent autant les patients qu'ils réduisent le déficit des assurances-maladie. Ces dix dernières années, ils ont permis à la Cnam d'économiser 13 milliards d'euros. Le principe est simple : le prix fabricant du générique est décoté de 60 % par rapport à celui de son médicament référent, dont le brevet est tombé dans le domaine public.

Les « génériqueurs » emploient 12.000 personnes

Un deuxième coup de rabot de 7% survient au bout d'un an et demi. Pas assez pour l'Assurance-maladie, qui préconise dans son dernier rapport de limer encore des tarifs jugés trop élevés. En 2012, l'Unocam (Union nationale des organismes d'assurance-maladie complémentaire) estimait que les génériques français étaient 16 % plus chers que ceux des quatre pays de référence (Allemagne, Espagne, Italie, Royaume-Uni). En juillet, trois mois avant la présentation du budget de la Sécu, la Cnam préconisait notamment une première décote de 70 % pour générer 8 millions d'euros d'économies. Dans le camp adverse, le Gemme, représentant les laboratoires, a bouclé en juin dernier, avec le cabinet IMS, une enquête européenne, que le JDD s'est procurée. Cette étude révèle que le prix fabricant hors taxes en France est 43,4 % moins cher par rapport à l'Allemagne. Et environ 3 % moins élevé qu'en Grande-Bretagne.

Les fabricants estiment qu'ils sont les seuls à combler le trou de la Sécu. Selon Catherine Bourrienne-Bautista, déléguée générale du Gemme, "l'impact des décisions de 2013 représentera, l'année prochaine, 190 millions d'euros de baisse des prix des génériques. S'ajoute une deuxième enveloppe d'économies d'environ 150 millions d'euros. L'effort tarifaire portera notamment sur les anticoagulants et les statines [contre le cholestérol]".

En réalité, le ministère de la Santé subit la pression de lobbies puissants. L'industrie pharmaceutique brandit le chiffon rouge de l'emploi. S'attaquer à leur activité équivaut à mettre le pistolet sur la tempe de 12.000 salariés. Les pharmaciens, eux, préviennent qu'ils mettront bientôt la clé sous la porte si leur revenu continue de fondre. De fait, la tendance est à la baisse de la consommation de pilules et autres gélules.

Comme souvent, la vérité est à mi-chemin. Patrick Biecheler, consultant spécialiste de l'industrie pharmaceutique au sein du cabinet Roland Berger, estime que "la marge des « génériqueurs » atteint en moyenne 5 %". Pas de quoi pousser à la faillite.

Une cascade de marges et de remises pour les pharmaciens

Quant aux officines, le gouvernement ne ménage pas sa peine pour les encourager à substituer les génériques aux médicaments de marque. Leur efficacité est reconnue, mais elles captent une partie des économies générées via une cascade de marges, de remises légales mais généreuses. Selon le Dr Véronique Vasseur*, "l'État a dû verser en juin 3.500 € de prime à 22.000 pharmaciens pour avoir relancé la vente des génériques".

Patrick Biecheler est formel : "L'addition des marges et des remises accordées aux pharmaciens atteint environ 45 % du prix d'un générique. On pourrait redistribuer au moins un tiers de ce pourcentage dans le prix payé par le patient, qui est assumé, en grande partie, par l'assurance-maladie." Las, la facture au comptoir des pharmacies ne baissera pas sans une vraie concurrence entre officines. Or rien n'a bougé depuis le rapport Attali, qui exigeait une libéralisation du secteur en… 2008.

 

* « Santé, le grand fiasco », Véronique Vasseur, Clémence Thévenot, Flammarion, 306 p., 19 euros (en librairies mercredi).

 

Source : leJDD.fr  23-09-2013

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens