Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 19:30

mali-Soldats-francais-Gao.jpg 

 

Depuis le Burkina Faso, le ministre français de la Défense appelle le Mali à organiser, comme prévu, une élection présidentielle en juillet et à installer la Commission dialogue et réconciliation créée cette semaine. Il faut que les élections «se tiennent dans le mois de juillet, du moins les élections présidentielles», a déclaré Jean-Yves Le Drian ce samedi 9 mars à Ouagadougou, à l'issue d'un entretien avec le président burkinabè, Blaise Compaoré, médiateur régional dans la crise malienne. Il a répété en avoir eu la confirmation de la part du président malien de transition, Dioncounda Traoré, qu'il a rencontré vendredi 8 mars dernier lors d'une visite de deux jours au Mali.

Le Burkina Faso conduit, pour le compte de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), une médiation suspendue de facto par la guerre en cours. Voisin du Mali, le pays a fourni un contingent à la mission ouest-africaine, la Mission internationale de soutien au Mali (Misma), censée à terme prendre le relais de l'armée française pour sécuriser le nord du pays.

Un régime de transition pas très efficace

Si les autorités maliennes intérimaires ont promis pour juillet des élections présidentielles et législatives, ce délai paraît à beaucoup difficilement tenable, le nord du pays occupé en 2012 par des islamistes restant en partie à sécuriser. Les troupes franco-africaines y livrent encore des combats contre les jihadistes chassés depuis le 11 janvier des grandes villes de la région.

«Il y a une demande nationale et internationale d'élections le plus rapidement possible pour remplacer un régime de transition pas très efficace, car une vraie sortie de crise ne peut être conduite que par un pouvoir légitime», observe Gilles Yabi, chargé de l'Afrique de l'Ouest à International Crisis Group (ICG). Mais «juillet, c'est très optimiste, très difficile à tenir et pas souhaitable» vu l'ampleur des défis, explique-t-il à l'AFP. Le régime à Bamako, dirigé par un président intérimaire, Dioncounda Traoré, a été mis en place en avril 2012 après le retrait du pouvoir de militaires putschistes qui avaient renversé le 22 mars le chef de l'Etat Amadou Toumani Touré, mais qui ont longtemps gardé une forte influence dans la capitale malienne.

Le Drian : «C'est de la responsabilité des Africains»

Ce samedi, Jean-Yves Le Drian a souligné que parallèlement aux combats qui se poursuivent dans le nord du pays, «il faut que la réconciliation et le dialogue aient lieu. C'est de la responsabilité des Africains et c'est de la responsabilité et de l'initiative du gouvernement malien». «L'initiative a été prise mercredi avec la création d'une Commission dialogue et réconciliation (CDR), «il faut maintenant qu'elle se mette en place», a-t-il insisté.

Pour les observateurs, la France a hâte de «se désengager et sortir la tête haute»

Pour Jean-Yves Moisseron, chercheur à l'Institut pour la recherche et le développement (IRD), «la France a envie de presser le mouvement pour se désengager et sortir la tête haute». Or, «e serait une erreur de précipiter le mouvement pour avoir une apparence de démocratie sans que les problèmes politiques soient réglés. Il faut beaucoup plus de temps pour permettre aux forces politiques de se réorganiser avec un leadership et un programme qui rendent des compromis possibles», dit-il. Ces compromis sont indispensables à la réconciliation, tout spécialement avec la communauté touareg qui s'estime marginalisée depuis des décennies par l'Etat malien. Une rébellion touareg laïque, le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), a été en partie à l'origine de l'occupation du Nord par les islamistes, ce qui lui vaut une forte hostilité d'une partie de la population. Il y a deux conditions pour que les élections puissent avoir lieu, avance Jean-Yves Moisseron : «Une situation sous contrôle dans les grandes villes du Nord» et «une vraie intégration du MNLA dans les discussions, avec la volonté d'aboutir à un accord politique».

 

Source : LeParisien.fr  10-03-2013

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens