Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 07:00

Luc-Chatel-embauche-de-17-000-eneignats.jpg

 

 

Dans un entretien publié par le JDD en date du dimanche 29 mai dernier, Luc Chatel explique la campagne de recrutement lancée par l’Education Nationale à grand renfort de publicité. Un coup de pub qui risque d’en énerver certains. Une campagne radio, presse et Web dont le coût devrait s’élever à 1,3 million d’euros, pris sur le budget communication du ministère. Il n’y avait pas eu, dit-on, une telle campagne de recrutement depuis une dizaine d’années. Syndicats d’enseignants, élus et parents d’élèves qui se battent contre la suppression de 16.000 postes à la rentrée 2011 pourraient voir là comme une provocation…

« L’objectif de cette campagne », précise Luc Chatel,  « c’est d’abord d’attirer les meilleurs talents. Ensuite, nous voulons rappeler que l’Éducation nationale, malgré les restrictions budgétaires, reste aujourd’hui le premier recruteur de France. Nous embaucherons 17.000 personnes en 2011 dans des métiers très différents : 3.000 dans le premier degré, 8.600 dans le second, des agents administratifs, du personnel de santé scolaire, des métiers extrêmement variés. Enfin, nous voulons, à travers cette campagne, rappeler que nous avons revalorisé le métier d’enseignant. Nous avons augmenté la rémunération des jeunes profs de 10% en 2010 : 153 euros net par mois pour les certifiés, 259 euros pour les agrégés ».

Quant au statut des nouveaux embauchés, là aussi le Ministre tient à préciser les choses : « La grande majorité seront fonctionnaires. Les personnes intéressées pourront s’inscrire aux concours de la Fonction publique (avant le 12 juillet). Nous embaucherons 3.000 professeurs des écoles, 8.600 certifiés ou agrégés. Il y aura aussi quelques contractuels, mais la plupart seront recrutés à vie ». «Il y aura plus de professeurs à la rentrée prochaine qu'au début des années 1990.»

Pourquoi alors supprimer les 16 000 qui font tellement grincer les dents des parents et des enseignants ? Luc Chatel précise à nouveau des chiffres qu’il a souvent évoqués : « Il y a cette année 33.000 départs à la retraite : 16.000 ne seront pas remplacés, 17.000 donneront lieu à un recrutement. Le Président ne m’a pas demandé de remettre en cause le non-remplacement d’un enseignant sur deux. La moitié des économies réalisées grâce à cette règle est réaffectée à la revalorisation des profs. Depuis 2007, cela représente un milliard d’euros! »

 

Source : laJDD.fr  29-05-2011 

 

 

  Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


Partager cet article
Repost0

commentaires

christyvette 02/06/2011 19:19


Réponse de christyvette à Monsieur Echavride

Vous n’avez pas répondu à mes propos.
Voulez vous bien que nous examinions ensemble s’il s’agit ou non d’un véritable scandale ?

Soyons clairs : vous et moi, tout le monde a compris que l’éducation nationale se prépare à recruter du personnel titulaire.

Il en est toujours ainsi depuis des décennies, mais depuis quelques temps maintenant, cela est voulu et répété à souhait par le chef de l’état : une partie seulement en remplacement de ceux qui
partent à la retraite.

Ce qui interpelle d’une part, c’est que Monsieur Chatel mette en quelque sorte en évidence la difficulté à trouver du personnel qu’il appelle de talent, je dirais aussi surtout motivé pourtant à
une période où l’emploi se fait rare y compris pour les diplômés à ce niveau. (le talent vient beaucoup par le travail).
D’autre part, dans le même temps, on recrute à grand renfort de publicité des vacataires et contractuels directement par les académies, montrant à l’évidence de gros besoins.

Ces faits appellent plusieurs remarques et une indignation face au mépris réservé aux remplaçants qui permettent au système de fonctionner par une multitude de contrats précaires successifs .

En effet, le nombre et la durée ne sont absolument pas limités hormis le cas (c’est encore un sous- problème) d’une continuité parfaite de six années, difficile à réaliser par nature du fait même
des aléas des appels aux remplacements. Les contractuels ne sont pas à l’abri de ruptures, l’appel au remplacement est, faut-il le rappeler, du fait de l’autorité concernée.
S’agissant qui plus est de tâches régaliennes quel bien mauvais exemple de lutte contre la précarité demandé par ailleurs à d’autres employeurs!
Toute une génération de jeunes diplômés qui ont montré goût et aptitude à enseigner est touchée.

Pour quelles raisons Monsieur Chatel prive-t-il la nation du vivier représenté dans toutes les matières par la partie des contractuels ayant une ancienneté largement suffisante?
Les contractuels ayant effectué de nombreux contrats successifs ont été recrutés sur la base de diplômes suffisants, leur ancienneté est le meilleur gage de motivation , de persévérance souvent
malgré les difficultés. Ils ont été et sont eux contrôlés directement par différents chefs d’établissement bien placés pour donner un avis.

Il y a là un paradoxe à ne pas utiliser le biais de concours spéciaux pour des personnels qui ont une valeur et une expérience suffisante. Quel intérêt par exemple de replonger au bout de dix ans
des mères de famille dans des concours théoriques ?

A moins qu’il ne s’agisse d’une position dogmatique, un véritable intégrisme qui en l’occurrence conduit à un grand gâchis pour les personnels concernés et pour notre pays qui utilise très mal des
ressources qui sont à portée de main.
A moins peut-être aussi qu’il ne s’agisse de faire des économies sur le dos des contractuels ( de plus en plus indispensables à l’évidence et pour cause… ne serait-ce pas lié à moins de titulaires?
) moins bien payés pour faire exactement les mêmes tâches.
Avec la bénédiction de nos représentants de tous bords qui eux ne se privent pas de s’attribuer de très bons revenus avec des garanties et des retraites aux antipodes de ce qui est réservé aux
contractuels victimes de ce système moyennageux.
Renseignez-vous !
Arrêtons de marcher sur la tête.

L’auteur --- qui prétend au droit à la parole pour avoir travaillé à la fois dans le public et le privé, enseigné aux enfants, aux adolescants et aux adultes dont 20 ans en classe préparatoire aux
grandes écoles avec y compris des fonctions de conseiller pédagogique pendant 10 ans et… contractuel pendant 3 ans à ses débuts, sa meilleure formation, initiée par des difficultés de tous ordres à
surmonter.


CHRISTYVETTE 31/05/2011 03:24


Mesdames et messieurs les RESPONSABLES , de grâce, inversez le signal !
Des contractuels seront recrutés par le plus négrier des employeurs, et à grand renfort de publicité, relayée par les médias, comme dans l’académie de PARIS .

Je n'affirme pas cela sans preuves: il n'est que de voir le sort réservé à des enseignants qui totalisent pour certains plus de dix années de services complets.

Les français doivent le savoir, ils peuvent vérifier sérieusement.

Les contractuels sont de fait maintenus dans la précarité, sans aucune certitude de réembauche ni la connaissance le plus souvent du lieu éventuel (parfois éloigné) de réemploi avant la rentrée
suivante.

Qui plus est, avec des salaires très réduits par rapports à d'autres qui effectuent exactement, rigoureusement, parfois avec plus d’investissement et de réussite, les mêmes tâches à leurs
côtés.

Cela peut-être tout simplement parce qu'ils n'ont pas, entre autres exemples, chargés de famille, eu la chance de pouvoir préparer à répétition, un concours qui offre trop peu de postes ( au profit
donc des économies de l'état pour en goinfrer d’autres) concours qui de toute façon est aléatoire et présente moins de garanties que toutes les preuves fournies au jour le jour sur le terrain.

Car effectivement ceux qui sont dans ce cas ont obligatoirement fait la preuve de leur compétence et de leur dévouement; d'autant qu'ils enseignent dans les conditions les plus difficiles dévolues
aux "bouches trous".

Très sincèrement, que penser des discours prônant la valeur du travail et l'égalité, complètement à l'opposé de la réalité pour de nombreux jeunes (entre la trentaine et la quarantaine) sur le
terrain?

Jamais un gouvernement n'est allé aussi loin, aussi longtemps sans réajustement des carrières, par des concours spéciaux par exemple (supprimés par nos dirigeants), réservés jadis à ces cas
régulièrement appréciés par les chefs des établissements dans lesquels ils effectuent le plus souvent des remplacements.

Il est évident que l'on a perdu les valeurs, voire même tout simplement la boussole. Les économies et les dépenses ne s'opèrent pas hélas aux bons endroits.

Les échéances arrivent, j'ai pour ma part honte de m'être un jour précédent encarté UMP, mais à ce jour, un tel comportement incohérent et complètement négatif, absolument indéfendable, associé aux
difficultés de l’éducation, me suffit à lui seul à préférer rejoindre autour de moi ceux qui crient: dégagez!


jp echavidre 31/05/2011 12:29



Je ne suis ni enseignat ni militant de l'UMP. Je tente seulement de comprendre. Et croyez moi avant de relayer cette information disant que l'Education Nationale allait embaucher 17 000 personnes
j'ai vérifié la véracité de ces chiffres. Les explications de Luc Chatel ma paraissent extrêmement claires. Les 17 000 postes ne seront pas des vacataires comme vous semblez lez croire. Il a
affirmé l'inverse. Ne pas tout mélanger : c'est vrai qu'à Paris une opération de recrutement  a été effectuée avec le concours de Point Emploi pour engager des professeurs "remplaçants" qui
eus sont en général des vacataires. Mais ce n'est pas la même chose.


Que les enseignants qui crient au scandale pour les suppression de postes ou les fermetures de classes s'expliquent clairement et ne fassent pas d'amalgames, d'opposition systématique et alors
ils seront peut être compris et aidés.


Bien cordialement


 


Jean Pierre ECHAVIDRE



Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens