Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 10:00

 

Alain-Juppe-ONU-Libye   

La voix de la France a su convaincre. L’ONU qui tergiverse depuis près d’un mois pour trouver une solution au drame de la Libye a enfin pris une décision !.. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté jeudi 17 mars au soir le projet de résolution présenté par la France sur la Libye. Une zone d'exclusion aérienne va donc être instituée sur le pays et des frappes aériennes devraient intervenir très prochainement.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a accepté le recours à la force contre la Libye. Avec dix voix pour et cinq abstentions -dont celles de la Russie, de la Chine et de l’Allemagne-, la résolution soutenue par la France, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et le Liban a été adoptée, après plus d'un mois d'une insurrection réprimée dans le sang. La résolution autorise "toutes les mesures nécessaires" -c'est-à-dire militaires- pour défendre les populations civiles et imposer un cessez-le-feu à l'armée libyenne. Des bombardements sont donc envisagés dans les prochaines heures. Le texte prévoit également la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne pour empêcher l'aviation de Mouammar Kadhafi de pilonner ses opposants.

L’honneur du Conseil de sécurité

Paris a indiqué avant le vote être prêt à frapper les forces du dictateur immédiatement après l'adoption du texte. Jeudi 17 mars sur France 2, le Premier ministre François Fillon avait déclaré qu’il souhaitait une intervention militaire dans les heures suivant l’adoption de la résolution. Dès l’origine du projet, la France est apparue parmi les pays les plus déterminés à une intervention militaire. Juste avant le vote, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a estimé que "la situation en Libye est plus alarmante que jamais". Dans sa plaidoirie, le locataire du quai d'Orsay a indiqué qu'il fallait aller vite: "Chaque jour, chaque heure qui passe alourdit le poids de la responsabilité qui pèse sur nos épaules. Prenons garde d'arriver trop tard, ce sera l'honneur du Conseil de sécurité d'avoir fait prévaloir en Libye la loi sur la force, la démocratie sur la dictature, la liberté sur l'oppression."

Peu après le vote onusien, le président Barack Obama a appelé Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron afin de coordonner une stratégie sur la Libye. "Les dirigeants se sont mis d'accord sur une étroite coordination sur les prochaines étapes et sur le fait de continuer à travailler avec les Arabes et les autres partenaires internationaux pour s'assurer de l'application des résolutions du Conseil de sécurité sur la Libye", précise le communiqué américain, confirmé un peu plus tard par une communication française. L'Union européenne a salué la décision de l'ONU et s'est dite prête à la "mettre en œuvre", dans la limite de ses compétences. De son côté, le Canada va fournir six avions de chasse CF-18 pour la mise en œuvre de la résolution, selon des médias canadiens. Si la zone d'exclusion aérienne était imposée, l'Australie pourrait également "envisager une participation", a indiqué le ministre australien des Affaires étrangères, qui espère que cette résolution n'arrivait pas "trop tard".

Les européens divisés

Opposé à une intervention militaire en Libye, l'Allemagne - qui s'est abstenue sur la résolution - a réaffirmé sa position jeudi soir au sein du Conseil de sécurité de l'ONU. "Nous y voyons des risques et des dangers considérables. C'est pourquoi nous ne pouvions approuver cette partie du texte", écrit le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle, qui se dit "éminemment sceptique". Il a aussi annoncé que "les soldats allemands ne participeront pas à une intervention militaire en Libye". L'Allemagne estime que Mouammar Kadhafi "doit arrêter immédiatement toute violence contre son peuple, quitter le pouvoir et subir les conséquences de ses crimes".

Scènes de liesse à Benghazi

Reste que le vote de la résolution a entraîné des scènes de liesse dans les rues de Benghazi, bastion de l'insurrection et ultime poche de résistance. "Nous n'avons plus peur, nous avons eu assez peur pendant 42 ans. (...) Je n'ai plus peur de l'aviation et de l'artillerie de Kadhafi qui a tué tellement de bons Libyens", a expliqué Saad, un ingénieur de 47 ans, dans le vacarme de tirs de joie, de feux d'artifices et de coups de klaxons. Pourtant, quelques heures avant, le leader libyen avait annoncé, dans un message sonore retransmis par la télévision libyenne, que les forces gouvernementales allaient attaquer Benghazi. Ce qui ne s'est pas produit. CNN a affirmé avoir reçu un appel d'un des fils de Kadhafi, Seif Al-Islam, selon qui le colonel aurait changé de tactique pour des raisons humanitaires et ne prévoyait plus d'entrer dans Benghazi dans l'immédiat mais de prendre position autour.

"Nous sommes prêts à cette décision de cessez-le-feu mais nous avons besoin d'un interlocuteur précis pour discuter de sa mise en œuvre", a déclaré, peu après le vote, le vice-ministre libyen des Affaires étrangères, Khalid Kaim. Ce dernier a aussi assuré que le gouvernement libyen allait "réagir positivement à la résolution de l'Onu et que (nous) prouverons cette volonté en garantissant la protection des civils". Lors de cette conférence de presse, retransmise sur la chaîne Al-Jazira, le ministre a par ailleurs remercié les cinq pays qui se sont abstenus de voter, envers lesquels il s'est dit "très reconnaissant".

 

Source : lejdd.fr  18-03-2011 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens