Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 12:00

  Nicolas-Sarkozy-conseil-europeen-11-mars-libye.jpg

   

Réunis vendredi 11 mars en fin de matinée les dirigeants européens ont tenté de gommer leurs divisions sur la stratégie à adopter en Libye. Ils n'y sont pas parvenus, la France et la Grande-Bretagne plaidant pour une intervention militaire « si nécessaire », alors qu'un grand nombre de pays refusent d'envisager une telle option par crainte de l'escalade. Il faut dire aussi que la France n’avait pas tout à fait mis les formes puisque, la veille au soir, Nicolas Sarkozy avait annoncé, sans concertation de ses partenaires, qu’il reconnaissait le Conseil national de Transition libyen comme seul interlocuteur. Sur ce sujet épineux, comme sur beaucoup d’autres d’ailleurs, l’Union Européenne ne parvient pas à montrer une unité, même de façade !..

 

«Avec (le Premier ministre britannique) David Cameron, les Anglais et les Français, nous avons dit notre disponibilité» à une éventuelle action militaire pour protéger les populations, a déclaré le président français Nicolas Sarkozy à son arrivée à la réunion extraordinaire sur le conflit en Libye. Il a toutefois posé plusieurs conditions à des «actions ciblées purement défensives» : «à la condition expresse que les Nations unies le souhaitent, que la Ligue arabe l'accepte et que les autorités libyennes que nous souhaitons voir reconnues le désirent», et si le régime en place utilisait des armes chimiques contre la population.

«Je pense qu'il est important que les pays européens fassent preuve de volonté politique, d'ambition», a résumé David Cameron.

L'Allemagne ne l'entend pas de cette oreille : «Je souhaite que nous envoyions aujourd'hui un signal d'unité, car diviser pour régner ne servirait que Kadhafi», a lancé la chancelière Angela Merkel. «Il ne faut pas se jeter dans quelque chose que l'on ne pourrait mener à bien. Il ne faut pas non plus agiter des menaces que l'on ne peut mettre à exécution», a prévenu le ministre allemand de la Défense, lors d'une réunion avec ses homologues de l'Otan qui se terminait vendredi en parallèle à Bruxelles. La chancelière allemande se souvenait sans doute de « l’ultimatum » lancé par le président français au colonel Kadhafi au début du soulèvement en Libye !..

La Suède, par la voix de son Premier ministre Fredrik Reinfeldt, a sèchement rejeté l'idée dans le cadre de l'UE. «Toute discussion sur une intervention militaire relève davantage de l'ONU, de l'Otan et de la Ligue arabe», a-t-il tancé.

Pendant ce temps, en Libye, les forces loyalistes clament avoir repris le contrôle du port pétrolier de Ras Lanouf (est), Misrata (ouest) et Tobrouk (est), qui étaient aux mains des insurgés, bien que ces derniers contestent la prise de Ras Lanouf. Des milliers de Libyens se sont rassemblés à Benghazi après la grande prière pour réclamer le départ du dirigeant honni.

Et Mouammar Kadhafi a menacé vendredi l'Union européenne de cesser de soutenir la lutte contre le terrorisme international et l'immigration clandestine, selon l'agence officielle Jana. Ce vendredi matin, les trois soldats néerlandais libérés par le régime libyen après deux semaines de détention ont atterri à l'aéroport international d'Athènes. Les militaires, dont une femme, s'étaient rendus sans autorisation des autorités libyennes à Syrte (nord de la Libye), à bord d'un hélicoptère de la marine, pour évacuer deux civils et avaient alors été faits prisonniers.

 

 

Source : LeParisien.fr  12-03-2011 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens