Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 11:00

 

 

emilie-porte-monnaie.jpg

   

Avec ses nombreux contrats pour le théâtre et l'opéra, Emilie est une intermittente du spectacle à l'aise dans ses ballerines. Et dans son porte-monnaie, qu'elle a accepté de passer au rayon X.

 

Si Emilie est devenue maquilleuse, ce n'est pas vraiment par coquetterie : « Plus jeune, je n'étais pas spécialement coquette. J'ai assumé ma féminité assez tard d'ailleurs. Sans doute en exerçant ce métier. »

 

En 1999, le bac en poche, la jeune fille a déployé son énergie à convaincre ses parents de lui payer -au moins en partie- ses deux années de formation à l'Institut technique du maquillage à Paris. Pas données : « L'année coûtait plus de 20 000 francs à l'époque, auxquels il fallait ajouter 10 000 francs de matériel. C'était pas gagné d'avance. Pour mon père, boulanger dans un village du Doubs, maquilleuse à l'opéra, ce n'était pas vraiment un métier. »

 

Au soutien de ses parents, Emilie a ajouté un emprunt étudiant et quelques heures de baby-sitting. Déterminée. « J'étais attirée par les arts et par l'idée que l'on peut créer avec ses mains. Le maquillage, c'est peindre sur un visage, jouer avec les ombres et la lumière, travailler les volumes. »

  

Passionnée par son métier, la brunette continue de se former à de nouvelles techniques. En 2007, elle a passé un BEP de coiffure qui lui vaut aujourd'hui son titre de coiffeuse-perruquière.

   

Revenus : 1 900 euros net

 

Emilie a le statut d'intermittent du spectacle qui lui assure un revenu mensuel minimum d'environ 1 900 euros. Une situation privilégiée qui s'explique par ses nombreuses collaborations avec les établissements culturels strasbourgeois. Mais ça n'a pas toujours facile : « J'ai connu les mois sans travail, où on se demande comment on va pouvoir cumuler 507h pour sauver son statut, et je sais que cela va revenir, je n'ai aucune garantie quant à mon avenir ! »

Son revenu minimum actuel est calculé (accrochez-vous, ça devient technique) en fonction d'un salaire journalier de référence, qui est une moyenne journalière des revenus qu'elle a touchés pendant la période de 304 jours précédente. Il s'élève à 70,73 euros pour Emilie.

 

La maquilleuse entretient une relation de confiance avec le Théâtre national de Strasbourg (TNS), ce qui (ajouté à son côté « écureuil ») lui permet de n'être jamais à découvert.  

Pour le mois de mai -un mois particulièrement rempli- la technicienne touchera 2 000 euros. En tout, elle a travaillé 171 heures, dont la plupart pour le Théâtre de Strasbourg, où était programmée « La Cerisaie » de Tchekhov. A noter que l'établissement paie ses techniciens au forfait : 110 euros pour sept heures travaillées.

 

La relation de confiance qu'elle a instaurée avec le Théâtre national Strasbourg remonte à l'époque où Stéphane Braunschweig était directeur. Et aujourd'hui encore : « Le TNS m'appelle en priorité lorsqu'ils ont besoin de quelqu'un pour les diffusions. Ils savent que si je ne peux pas être disponible, je trouve une maquilleuse pour me remplacer. »

   

En plus de ces heures au théâtre, la jeune femme a travaillé quelques heures pour l'Opéra national du Rhin, qui rémunère à l'heure : 16,77 euros.

 

Dépenses fixes : 1 135 euros

 

Emilie vit en concubinage avec Yannick. Le couple a la chance d'habiter dans le centre-ville de Strasbourg. A pied ou à vélo, ils évitent toutes dépenses dans les transports.

Ils partagent une partie des frais, comme le loyer et les frais d'alimentation.

  

** Loyer : 445 euros

La jeune femme et son ami habitent un appartement de 90 m2. Ils paient chacun la moitié du loyer mensuel qui s'élève à 890 euros, charges comprises.

 

** Electricité : 34 euros

 

** Téléphonie  : 73,90 euros  

21,90 euros pour Internet et 52 euros de forfait pour son téléphone portable.

 

** Alimentation : 100 euros

A deux, Yannick et Emilie font des courses pour 200 euros, qu'ils partagent. Son travail implique qu'elle dîne rarement à la maison. Sur le pouce, elle avale un sandwich fait maison et des fruits qu'elle amène de chez elle.

 

** Mutuelle : 34,81 euros

   

** Plan épargne logement : 45 euros

 

** Chat : 15 euros

Jack ne coûte pas plus de 15 euros par mois à ses maîtres.

 

** Atelier de céramique : 25 euros

Une fois par semaine, la jeune maquilleuse participe à un atelier de céramique organisé par un centre socioculturel situé à deux pas de chez elle. Un moyen de travailler une nouvelle matière : la terre.

 

** Dépenses caritatives : 33 euros

Depuis deux ans, tous les mois, elle verse 23 euros à l'association Solhimal. Elle parraine une petite fille de 6 ans au Népal.

Elle donne aussi 10 euros par mois à Sidaction.

 

** Taxe d'habitation : 55,5 euros

La facture annuelle s'élève à 666 euros.

 

** Redevance audiovisuelle : 9,6 euros

Soit 116 euros par an.

 

** Impôt sur le revenu : 3 168 euros par an, donc 264 euros par mois

En 2009, elle a payé 3 168 euros d'impôts. Cette somme s'explique par les revenus fonciers qu'a déclarés Emilie, en plus de ses revenus du travail. Ses deux frères et elle, constitués en Société civile immobilière (SCI), touchaient les loyers d'un immeuble qu'avait construit son père. Ce n'est plus le cas depuis l'an passé.

 

Dépenses variables

 

** Sorties : environ 250 euros  

Emilie aime beaucoup être entourée de ses amis. Une ou deux fois par semaine, le midi, elle mange dans de petits restos avec ses copines. Et sort dans les bars les soirs où elle ne travaille pas.

 

** Resto : 100 euros par mois

 

** Bar : 120 euros par mois

 

** Cinéma : 19,80.

C'est le prix mensuel de la carte d'abonnement « Pathé Vox ». Elle lui donne accès à tous les cinémas Pathé de France de manière illimitée.

 

Pour aller dans le détail de son budget sorties, il faudrait ajouter quelques paquets de cigarettes. Difficile de faire une moyenne, Emilie dit avoir une « consommation festive ».

  

** Fringues : de 50 à 200 euros  

Ce budget varie avec l'épaisseur de ses revenus mensuels et selon ses envies : « Si une fringue ou des chaussures me plaisent vraiment, je n'hésite pas. Dans la limite du raisonnable. »

   

** Lecture : 20 euros

Emilie dépense en moyenne 20 euros par mois dans des livres et des magazines.

 

** Voyages : 62,5 euros par mois

Tous les deux ans, la jeune femme fait un « grand voyage ». Une échappée de 3 à 5 semaines qui lui revient à environ 1 500 euros.

L'an passé, elle a participé à un chantier solidaire au Népal. Pendant quatre semaines, les volontaires ont mené une action de rénovation de toiture. « J'en ai profité pour rencontrer ma filleule, par le biais de l'association Solhimal. »

   

** Epargne : ça dépend des mois

Quand elle a plusieurs contrats dans le mois, il lui arrive d'épargner. Mais ce n'est pas régulier. L'argent mis de côté lui sert à payer ses impôts. Et à anticiper l'avenir.

 

 

Trop de méfiance vis-à-vis des intermittents Notre intermittente est plutôt satisfaite de sa situation : « Je n'ai pas à me plaindre, je vis plutôt bien. Je n'ai pas d'enfant, pas de crédit, pas de voiture… Et je crois que ce métier m'a appris à gérer mon argent. »

 

A la lecture de commentaires parfois rudes et radicaux, Emilie a tenu à préciser que rien n'était acquis dans son métier :  « J'ai une vie actuelle confortable, (…) mais j'ai une épée de Damoclès au dessus de la tête. Je ne sais pas du tout d'une saison sur l'autre ce qui va se passer, je peux perdre mon statut rapidement, et n'avoir plus aucun revenu si je ne travaille pas. »

   

Seul coup de gueule : Emilie est fâchée par la grosse méfiance qui pèse sur le statut d'intermittent. Elle enchaîne les exemples : « Ma mère a dû se porter caution pour que je puisse louer mon appartement à cause de mon statut. Pareil pour les banques, qui sont très réticentes quand on veut souscrire un prêt. Même les cartes de fidélité d'enseignes comme les Galeries Lafayette nous sont inaccessibles ! »

 

 

 

 

  Source : Eco89  juin 2010

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens