Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 11:00

 

 

 alexandre-apprenti-ingenieur.jpg

 

Depuis 2007, Alexandre, 27 ans, travaille comme ingénieur dans le bureau d'études d'une entreprise de traitement d'eau, tout en se formant dans une école d'ingénieurs basée à Paris. Il nous a ouvert son porte-monnaie d’apprenti.

 

Alexandre fait partie des ces apprentis mal connus, les apprentis en école d'ingénieur ou de commerce, qui décrochent à l'issue de leur formation les mêmes diplômes que les étudiants des filières « classiques ». De plus en plus d'écoles ouvrent leur cursus à des jeunes pour travailler en entreprise pendant leur scolarité, selon le principe de l'alternance cours à l'école/poste en entreprise. Il partage son temps entre quatre semaines à l'école et cinq semaines en entreprise.

 

Ce n'est pas la première fois qu'Alexandre fait l'expérience de l'apprentissage : après son bac S, il a fait deux ans de BTS en alternance dans une société de traitement des eaux, avant d'occuper un poste à Londres au sein de la Compagnie anglaise des eaux : « Je voulais partir faire de la supervision de chantier à l'étranger, mais la compagnie n'envoyait que des personnes avec diplômes d'ingénieur. J'ai donc voulu reprendre des études. Mais après avoir travaillé un certain temps, je n'envisageais pas un cursus classique. »

 

Fort de son projet professionnel précis, Alexandre choisit l'apprentissage aussi pour les avantages financiers qu'il représente. Les apprentis sont en effet exonérés des frais de scolarité (parfois jusqu'à 8 000 euros) des écoles, et touchent un salaire variable en fonction de leur âge et de leur niveau. Ils perdent leur statut d'étudiants pour être salariés, avec tout ce que cela suppose : « L'apprentissage permet de cotiser pour sa retraite, ce qui n'est pas négligeable. »

 

Alexandre estime cependant qu'il est difficile de s'en sortir en tant qu'apprenti sans bénéficier d'aides extérieures. Démonstration ?

 

 

Revenus : 1 440 euros par mois

 

 

·         Salaire : 1 050 euros net

La spécificité du contrat d'apprentissage est entre autres d'exonérer les entreprises de certaines charges sociales. Du coup, il n'y pas pour l'apprenti de différence entre le net et le brut. Le salaire des apprentis suit par ailleurs une grille de salaire fixée dans le droit du travail, qui oscille entre 20 et 78% du Smic, en fonction de l'âge et du stade du contrat (première, deuxième ou troisième année d'apprentissage).

 

Alexandre gagnait 700 euros la première année, et 820 la deuxième année. Un contraste important avec le salaire qu'il touchait au Royaume-Uni (environ 2 300 euros mensuels).

 

·         Treizième et quatorzième mois : 1 575 par an, soit environ 130 euros mensuels

A ce salaire de 1 050 euros s'ajoute un treizième mois, touché à la fin du mois de décembre, ainsi qu'un quatorzième mois, dont 50% va à l'intéressement (un placement financier proposé par l'entreprise, qui fructifie en fonction des résultats de celle-ci). Alexandre peut bénéficier de ces avantages en raison d'un accord d'entreprise.

 

·         APL : 60 euros par mois

« Je touchais 100 euros d'APL en deuxième année, mais j'ai eu droit à moins cette année. »

 

·         Coup de pouce de la famille : 200 euros par mois

Ses parents lui versent 150 euros par mois et le reste de la famille, environ 50 euros : « J'ai la chance d'avoir une famille généreuse, en particulier mon grand-père. Sur l'année, je touche environ 600 euros à l'occasion des fêtes et de mon anniversaire. »

Alexandre a réussi par ailleurs à économiser environ 7 000 euros lorsqu'il travaillait. Ce budget lui a servi essentiellement à s'installer (achats de meubles, etc), mais lui a aussi permis de ne pas trop compter ses sous les deux premières années de son apprentissage

 

En 2010, il a réussi en outre à débloquer l'intéressement auquel il avait eu droit lors de ces années de BTS, soit 3 000 euros.

 

Enfin, il a sous-loué en cours de cursus (au gré de ses vacances et de ses missions à l'étranger) son logement, ce qui lui a permis de toucher 2 500 euros supplémentaires. Son parcours atypique a donc permis à Alexandre de disposer de revenus complémentaires importants, un cas plutôt rare chez les apprentis.

 

 

Dépenses fixes : 1 120 euros

 

 

·         Loyer et colocation : 550 euros

Alexandre vit dans une colocation en région parisienne. Les 550 euros couvrent sa part du loyer, des charges (gaz, électricité, taxe d'habitation), des abonnements (Adsl et Canal Sat) et des courses communes (épicerie, hygiène, produits ménagers) : « J'ai l'expérience de la colocation : cela ne marche que si on est bien organisés, on a donc prévu en amont toutes les dépenses obligatoires. Chacun participe par exemple aux courses communes à hauteur de 30 euros par mois. »

 

L'apprenti ingénieur souligne que sans l'aide de ses économies, il serai sans doute retourné vivre chez ses parents. La plupart de ses camarades de promotion s'appuient souvent sur une aide parentale pour se loger. Les autres se débrouillent, et se tournent par exemple vers les foyers étudiants : « Si on n'a pas les parents derrière, même avec les aides au logement, ce n'est pas évident de gérer toutes les dépenses avec un salaire d'apprenti. »

 

·         Téléphone portable : 45 euros

Pour 3 heures de communication.

 

·         Courses personnelles : environ 150 euros

« Je me limite sur l'alimentation, je m'en tiens au strict nécessaire. Idem pour les vêtements, je ne me suis rien acheté depuis six mois au moins. Je préfère mettre de l'argent dans ma vie sociale et payer des choses à mes amis. »

 

·         Frais de déjeuner : environ 100 euros

Alexandre mange à la cantine d'entreprise, pour une moyenne de 5 euros par jour. La participation du comité d'entreprise explique ce prix relativement bas.

 

·         Essence : 50 euros

« Je dépense à peu près un plein par mois, surtout pour aller voir mes proches. J'utilise de temps à autre ma voiture pour aller travailler, quand je suis en retard le matin. L'assurance-auto n'est vraiment pas très chère il me semble, elle représente moins de 100 euros par an. C'est ma mère qui la prend en charge. »

 

·         Mutuelle santé : 18,30 euros

 

·         Assurance habitation : 5,20 euros

Alexandre paie 62,50 euros par an au total.

 

·         Loisirs : environ 200 euros

« C'est le budget que je consacre à mes sorties, essentiellement des soirées et des pots dans des bars, un peu de séances de cinéma aussi. »

Cette somme peut varier en fonction des occasions à fêter. Alexandre a prévu d'inviter prochainement son meilleur ami à un concert pour son anniversaire (la place : 39 euros). Et dans les semaines à venir, deux enterrements de vie de garçon devraient s'ajouter à cette liste.

 

 

Dépenses aléatoires : 250 euros environ

 

 

·         Vacances : 3 000 euros cette année, soit 250 euros environ par mois

En temps normal, Alexandre consacre près de 2 000 euros pour ses vacances. Il essaie chaque année de faire un grand voyage de trois semaines à l'étranger (il est parti au Vietnam à l'automne), une semaine au ski et quelques week-ends : « Si je n'avais pas fait une mission à l'étranger dans une autre entreprise que la mienne, je n'aurais pas pu partir au Vietnam. Quant au ski, ma famille possède un appartement à la montagne, ce qui fait que je dépense environ 600 euros au ski, en forfait et sorties. »

 

A l'automne dernier, il est parti au Vietnam trois semaines. Résultat, le coût de ses vacances pour 2009-2010 est passé à 3 000 euros.

 

·         Epargne : très aléatoire

L'apprenti ingénieur n'a pas pu mettre d'argent de côté pendant les trois années de sa formation. Il compte sur son futur salaire d'ingénieur pour cela. Il a d'ores-et-déjà entamé des démarches auprès de plusieurs entreprises.

 

 

Source : Eco89  août 2010

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens