Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 12:00

mariage-pour-tous-opposants-pari-reussi.jpg

 

 

Réunis devant le siège du Conseil économique, social et environnemental, plusieurs centaines d'opposants au « mariage pour tous » ont acheminé plus de 500.000 signatures vendredi 15 février au matin. "C'est un moment historique d'ouverture à une démocratie participative", a lancé Frigide Barjot, qui a été reçue par le président du CESE, Jean-Paul Delevoye.

Ils ont été reçus pendant une heure par le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Jean-Paul Delevoye. "Nous sommes contents de ce long entretien (…) C'est un moment historique d'ouverture à une démocratie participative", a lancé Frigide Barjot, égérie des opposants au mariage homosexuel, à la sortie de l'entretien. "Ce n'était pas un simple entretien informel. Delevoye a recherché à comprendre la démarche de cette pétition", a complété le mandataire de l'opération et maire du Chesnay (Yvelines), Philippe Brillault. Vendredi matin, les opposants au projet de loi Taubira ont déposé 694.429 signatures - la dernière ayant été signée directement devant le CESE et la presse par Frigide Barjot. "On continue à en recevoir", a assuré l'édile, évoquant "la mobilisation du million".

74 cartons pour près de 700 000 signatures

Dès 8 heures du matin, quelques centaines de personnes s'étaient réunies pour faire entendre leurs voix et acheminer les 174 cartons. "On a signé la pétition. Il faut faire acte de présence", explique Audoin, âgé de 18 ans. "Nous avons été privé du débat. Les parlementaires ont siégé mais, nous, personne ne nous a demandé notre avis", poursuit-il. "Le CESE statuera", ajoute Antoine, 55 ans, qui dénonce le manque "d'études d'impact" sur les conséquences de la loi Taubira et assure que les "auditions faites (par la Commission des lois de l'Assemblée) sont sujettes aux interrogations".

"François, ta loi, on n'en veut pas", scandent à plusieurs reprises les opposants, lors de l'ouverture des camions. "S'il vous plaît, nous sommes dans le cadre d'une livraison, pas d'une manifestation", leur rappelle toutefois Philippe Brillault. Sur place, les sympathisants de la "Manif pour tous" se félicitent d'avoir dépassé le seuil des 500.000 signatures - une première - nécessaires pour demander une saisine du Conseil. "Sans les médias, on a fait quelque chose d'extraordinaire", estime Max, 70 ans, pour qui le "pouvoir en place ne connaît pas le vrai peuple de France". "Cela contredit le chiffre de 340.000 de la préfecture", renchérit Laurent, vêtu d'une chasuble "Volontaire". Et d'ajouter : "Quand huit Femen sont à Notre-Dame, elles ont plus d'écho médiatique que 700.000 signatures. Il y a deux poids, deux mesures."  

L’avis du CESE est uniquement consultatif

Reste que l'avis du CESE est uniquement consultatif. Le 26 février prochain, le bureau du Conseil se prononcera sur la validité de cette pétition citoyenne. Ensuite, si elle est jugée recevable, il confiera la préparation du projet d'avis à l'une de ses formations de travail, qui désignera un ou deux rapporteurs, auditionnera des personnalités compétentes et préparera un projet de texte. Ce document sera ensuite présenté par le rapporteur en plénière et soumis au vote de l'ensemble des conseillers. Le CESE peut rendre un avis favorable, défavorable ou émettre des réserves. Le gouvernement n'est toutefois pas contraint de suivre cet avis

« On aura fait tout ce qu’on pouvait »

Alors pourquoi une telle démarche? Pour "montrer au gouvernement que les Français sont capables de bouger en grand nombre", indique Philippe Brillault, qui estime que le "dialogue est un facteur de paix et de cohésion sociale". "On ne peut pas laisser dire que ce que vous avez fait ne sert à rien!", scande au mégaphone Frigide Barjot, sous les applaudissements. "J'ai une confiance absolue dans la troisième assemblée de la République", ajoute-t-elle. Et les organisateurs ne sont pas prêts de baisser les bras. Avec deux prochains rendez-vous : le bureau du CESE le 26 février et une nouvelle manifestation le 24 mars. Dans un communiqué, le CESE a accusé bonne réception des signatures et rappelé que ses avis sont "consultatifs" et ne "peuvent avoir un caractère suspensif sur un projet ou une proposition de loi en cours d’examen au Parlement".

"Il ne faut pas désespérer. On aura fait tout ce qu'on pouvait", estiment deux sympathisantes. "Si ça ne marche pas, c'est ailleurs que nous donnerons rendez-vous. Un peu plus loin dans Paris", lance Frigide Barjot, sans plus de détails. Fin janvier, le maire du Chesnay indiquait au JDD.fr être prêt à "réfléchir à déposer un recours devant le Conseil constitutionnel". Pour l'heure, le CESE doit vérifier l'ensemble des 694.429 pétitions déposées. Une première pour cette assemblée. "Nous assumons notre mission de service public (…) On s'organise", assure la secrétaire générale du CESE, Annie Podeur.

 

Source :  leJDD.fr 15-02-2013

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens