Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 09:00

 

 

Nicolas-Sarkozy-sur-le-perron-de-l-Elysee-copie-1.jpg

 

Le Président pourra-t-il enfin reprendre la main ? Depuis quelques jours il semble ne plus dominer ni le calendrier, ni la vie politique ni même ses propres troupes. Mais enfin, c'est officiel, Nicolas Sarkozy va s'exprimer publiquement lundi, à 20h15, sur France 2, où il répondra aux questions de David Pujadas. Le président de la République, mis sous pression par les développements de l'affaire "Bettencourt-Woerth", accède ainsi à la demande de nombreux cadres de la majorité qui le pressaient de monter au front. Face aux Français, le locataire de l'Elysée tentera donc de convaincre. La mission s'annonce périlleuse.

 

Les mots, forts, de François Fillon, mercredi 7 juillet dernier, devant les parlementaires de la majorité n'auront donc pas suffi. Mettant fin à un suspense qui dure depuis plusieurs jours désormais, Nicolas Sarkozy s'exprimera bien à la télévision sur la retentissante affaire "Bettencourt-Woerth". Il le fera lundi soir, entre autres sujets d'actualité, sur France 2. Le site internet du Point a été le premier à annoncer ce passage médiatique, vendredi en fin de journée. Dans la foulée, i-Télé a, elle, évoqué "une émission spéciale" qui débutera à 20h15. Enfin, la chaîne publique a confirmé cette intervention. "A la veille de la réforme des retraites, le président de la République répondra à toutes les questions d'actualité. Il sera interrogé par David Pujadas", peut-on lire dans un communiqué.

 

Le président de la République répond ainsi favorablement aux nombreuses sollicitations de son camp qui le pressaient de monter en première ligne face aux révélations, devenues, quotidiennes, des médias dans l'affaire "Bettencourt-Woeth". Nicolas Sarkozy ne s'est plus adressé directement à ses compatriotes depuis le 25 janvier dernier, en pleine campagne pour les élections régionales. L'Elysée avait choisi le plateau de TF1 pour une soirée en deux temps: une interview au JT de Laurence Ferrari, suivi d'un échange avec un panel de Français, sous la houlette de Jean-Pierre Pernaut.

 

Les autres tentatives ont échoué

 

Lundi soir, la forme devrait être plus traditionnelle, pour un président de la République très attendu sur le fond de ses propos. Les déboires de son ministre du Travail entament largement sa cote de popularité, mais également la crédibilité de son action. Face à David Pujadas, Nicolas Sarkozy pourrait même être amené à apporter la contradiction à certaines allégations qui l'impliquent directement dans le scandale Bettencourt.

 

En tout état de cause, l'exercice est périlleux pour lui, ses précédentes tentatives d'éteindre l'incendie étant restées sans effet. Ses commentaires outrés lâchés aux journalistes lors de ses déplacements n'ont pas atteint leur but, tout comme la promesse de remanier le gouvernement en octobre prochain. Même les démissions, au nom de l'exemplarité, des secrétaires d'Etat Alain Joyandet et Christian Blanc, accusés d'avoir utilisé avec largesse les deniers publics, n'ont pas permis d'apaiser le climat. L'opposition se montre inflexible: seule la démission d'Eric Woerth pourrait ramener un semblant de sérénité.

 

Pour autant, et sauf retournement de tendance, Nicolas Sarkozy devrait une nouvelle fois apporter un soutien franc et massif à son ministre du Travail. Malgré les demandes insistantes de remaniement du gouvernement - voire de dissolution de l'Assemblée nationale - le locataire de l'Elysée ne devrait pas bouleverser les plans prévus. Mercredi, à Matignon, François Fillon s'était montré limpide à la tribune devant le parterre de parlementaires, assurant que "notre priorité politique, ce n'est pas le remaniement, c'est la sécurisation de notre régime par répartition et c'est le rétablissement de nos comptes publics". "Nous ne cèderons pas à cette agitation", avait ajouté le Premier ministre d'un ton très ferme. En sera-t-il de même lundi soir avec Nicolas Sarkozy? On est en droit de le croire, la priorité du chef de l'Etat étant avant tout de reprendre la main sur les hommes et le calendrier. Un cap que beaucoup estiment perdu depuis le déclenchement de la tempête "Woerth-Bettencourt".

 

Embourbé dans une affaire à rebondissements multiples dans laquelle on ne parle que de milliards d’euros, d’enveloppes, de fraudes fiscales, de blanchiment d’argent et de conflits d’intérêts. Sortant à peine de petits scandales dans lesquels on a vu certains ministres du gouvernement confondre leur propre portefeuille avec les caisses de l’Etat. Obligé de rappeler à tous ces ministres les règles de base de la bonne gouvernance, On voit de plus en plus mal Nicolas Sarkozy expliquer aux Français qu’il va leur falloir se serrer la ceinture comme jamais depuis la dernière guerre. Qu’il va falloir, parce que c’est nécessaire, « raboter » les aides aux logements étudiants, les allocations aux handicapés, ou bien les aides accordées aux personnes âgées pour les services à domicile. Il semble qu’il ait sur ce front là perdu tout crédit. Mais peut-être saura-t-il trouver les mots ?

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens