Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 12:00

 

maroc-rabat-manifestation.jpg

 

Algérie, Yémen, Libye, Bahreïn, le monde arabe s’embrase et la répression, parfois féroce, frappe les opposants libyens tandis que le Bahreïn et le Yémen restent sous tension. Dimanche 20 février, des milliers de Marocains se sont joints à la vague de révolte qui parcourt le monde arabe.

 

Maroc: Le réveil de la rue

 

Le Maroc est le pays du Maghreb qui paraissait le moins susceptible de se soulever. Dimanche 20 février, pourtant, des milliers de Marocains sont descendus dans les rues des principales villes du pays pour réclamer que le roi cède une partie de ses pouvoirs au gouvernement et pour dénoncer la corruption. Environ 5.000 personnes ont ainsi défilé dans la capitale, Rabat. Alors que certains manifestants brandissaient des drapeaux tunisiens et égyptiens, la police est parfois intervenue pour disperser la foule. Si le Maroc est une monarchie constitutionnelle, dotée d’un parlement élu, il n’en demeure pas moins que le roi, Mohammed VI, dispose de larges prérogatives et que le régime en place ne peut être qualifié de démocratie.

 

Libye: Après les massacres, Kadhafi menace les occidentaux

 

 Le mot revient plusieurs fois dans la bouche des manifestants de Benghazi, ville de l’est de la Libye, située à 1.000 km de la capitale Tripoli. La répression orchestrée par le régime contre les opposants n’est rien de moins qu’un "massacre". Les chiffres communiqués par l’ONG Human Rights Watch semblent leur donner raison: 173 morts depuis mardi, dont 90 samedi 19 février dernier, dans un épisode particulièrement sanglant. Alors qu’il apparaît que la contestation gagne de l’ampleur, le régime de Mouammar Kadhafi, en place depuis 42 ans, a réagi avec brutalité. Plusieurs pays européens ont fermement condamné cette attitude. Le ministre français des Affaires européennes, Laurent Wauquiez, l’a qualifié d’"inacceptable", jugeant que le régime faisait un usage de la force "totalement disproportionné". Londres et Berlin ont également critiqué la posture libyenne. Mais Tripoli a riposté, en menaçant l’Union européenne de rompre la coopération en matière d’immigration.

 

Bahreïn: Les manifestants campent au centre de Manama

 

Les manifestants ont pu à nouveau occuper la place de la Perle, à Manama, la capitale du Bahreïn, après le retrait de l’armée, samedi. Ils tentent, comme en Egypte d'occuper le terrain jusqu'à ce que leurs revendications soient satisfaites. L’opposition s’est concertée, dimanche, afin de s’accorder sur des revendications. Alors que le Premier ministre, le cheikh Khalifa ben Salman al Khalifa, est au pouvoir depuis 40 ans, les manifestants réclament la démission du gouvernement, qu’ils jugent responsable de la répression et un référendum sur une nouvelle constitution. La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a qualifié d’"inacceptables" les violences et les restrictions au droit de manifester. Elle a également exigé des "réformes", alors que le régime en place est un allié précieux des Etats-Unis, qui ont pu installer dans le pays une de leurs principales bases navales de la région.

 

Yémen: L’opposition parlementaire rejoint le mouvement

 

Alors que les manifestations de ces neuf derniers jours étaient surtout le fruit d’une jeunesse révoltée, l’opposition parlementaire yéménite s’est décidée dimanche à faire bloc avec un mouvement qui finissait par lui échapper. Les partisans du président Ali Abdallah Saleh, en place depuis 32 ans, ont violemment attaqué les jeunes manifestants dans les rues, causant de nombreuses victimes. Dans un communiqué, l’opposition parlementaire appelle la population à "rejoindre les rangs des jeunes qui manifestent contre la répression, la tyrannie et la corruption", estimant qu’”il n'y aura pas de dialogue avec les balles et les matraques, pas de dialogue avec un pouvoir qui rassemble les mercenaires et les casseurs pour occuper les places publiques (...) et terroriser la population”.

 

Algérie : une révolution impossible

 

Samedi, dans les rues d’Alger, les autorités ont choisi, comme la semaine passée, la répression en déployant des milliers de CRS pour quadriller la capitale. Les manifestants, répondant pour le deuxième samedi d’affilée à l’appel de la Coordination nationale pour la démocratie et le changement (CNDC), n’ont même pas pu atteindre la place du 1er-Mai, point de départ de leur marche. C’est dans la grande rue Belouizdad et les ruelles adjacentes que quelques centaines d’entre eux ont dénoncé le "pouvoir assassin", hurlé que "le peuple veut la fin du régime". Ils n’ont pas crié bien longtemps. Avec une science certaine du maintien de l’ordre, les CRS les ont dispersés. N’hésitant pas à les molester, selon des organisateurs de la marche qui dénombrent dix blessés dont un député du RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie, parti d’opposition membre de la coordination).

 

 

 

 

Source : lejdd.fr  20-02-2011

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

            

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens