Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 16:11

Ayrault-Duflot-Valls-Cahuzac-Montebourg-la-rigueur-divise-l.jpg

 

Encore une fois à la recherche d'économies, le Premier ministre réunit mercredi 20 février prochain son gouvernement au grand complet. Les critiques montent contre la politique économique. Certains, comme Cécile Duflot, n’ont pas hésité à mettre le débat sur la place publique. Mais Paris doit donner des gages à Bruxelles.

Jusqu'ici, la grogne s'exprimait en sourdine. Par petits mots, entre deux portes, dans le huis clos des bureaux de Jean-Marc Ayrault et François Hollande. La ministre de l'Égalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot, l'étale au grand jour. "La réponse à la situation financière de la France ne peut se réduire uniquement à tailler dans les dépenses", lance-t-elle dans son interview au JDD. Un message adressé aux deux têtes de l'exécutif et à Bercy, à la veille d'un comité interministériel sur la politique de la ville, où ses crédits sont en jeu. Duflot avait prévenu l'an dernier ses collègues du gouvernement qu'elle ne jouerait pas la "déléguée de classe". C'est pourtant le rôle qu'ils peuvent lui reconnaître.

L'ancienne patronne des Verts dit tout haut ce que les autres taisent en public. Les fourches caudines de la rigueur hacheraient menu les ambitions de la gauche - voire les fondements même de leurs ministères. Le gouvernement est traversé par un profond débat sur la politique économique.

Un moment politique important

La tension est montée d'un cran cette semaine. Jean-Marc Ayrault a adressé une lettre aux ministres leur demandant de trouver de nouvelles économies et de rendre leurs administrations plus efficaces. "Beaucoup vont ruer. Ils expliquent déjà au Président et au Premier ministre qu'ils ne peuvent pas, que c'est trop difficile. C'est un moment politique important", explique un conseiller du pouvoir.

La salve de mesures en cours d'élaboration a glacé le sang de plusieurs membres du gouvernement. Le pouvoir d'achat des retraites risque de baisser, les aides aux entreprises seront rognées, l'enveloppe allouée aux collectivités locales sera de nouveau amputée à la veille des municipales. Surtout la réduction à venir des allocations familiales a jeté un froid. Cette idée laisse des mauvais souvenirs à la gauche. La ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, entend obtenir les moyens de financer des crèches. Une façon de compenser les mauvaises nouvelles.

"Tous les ministres n’ont pas bien compris la situation du pays"

De son côté, le ministre délégué à la Formation professionnelle Thierry Repentin tente d'éviter une coupe de 1,3 milliard d'euros. "Mon ministère dispose de moins de 6 milliards d'euros de crédits. Cet argent permet aux chômeurs de retrouver un emploi, il sert à former des apprentis. Une vision de court terme serait orthogonale avec notre priorité pour l'emploi", dit-il diplomatiquement. Au ministère des Sports, Valérie Fourneyron veut préserver les moyens consacrés à la jeunesse et à la vie associative. Elle s'en est ouverte elle aussi à Jean-Marc Ayrault. "Ce sont des emplois, ce sont les grandes promesses de la campagne", rappelle un de ses proches.

 

Le Premier ministre a certes reconnu que la France ne respectera pas son objectif de réduction des déficits à 3% du PIB cette année. Mais les grandes lignes de la politique économique demeurent inchangées. "Même si l'Europe accepte le report du calendrier d'un an, cela ne rend pas l'équation plus simple", souligne-t-on. La rigueur est maintenue pour éviter une sanction de Bruxelles ou des marchés financiers. Le gouvernement veut réaliser 10 milliards d'euros d'économies par an. S'y ajoutent 4 milliards d'euros en 2014 et 6 milliards supplémentaires en 2015, pour financer le Crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice).

Ayrault a invité ses ministres mercredi à déjeuner pour une explication de texte. "Tous n'ont pas encore bien compris la situation du pays, certains ne pensaient pas être nommés pour mener cette politique, on va leur expliquer", avance un conseiller. Le lendemain, François Hollande achèvera l'exercice en comité restreint au cours d'une "réunion ministérielle sur les finances publiques et la protection sociale". Dans la foulée, Matignon devrait envoyer les lettres de cadrage qui fixent à chacun ses grandes lignes budgétaires pour 2014.

 

 

 

Source : leJDD.fr   17-02-2013

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

facon 19/02/2013 12:19

"Tous n'ont pas encore bien compris la situation du pays" ? si ça ce n'est pas un désaveu de ses ministres je n'y comprends plus rien. Si un ministre ne comprend pas la situation du pays alors ne
demandez pas aux français d'y comprendre quelque chose. En temps normal ce serai rigolo mais, en période d'urgence c'est dramatique ... Peut être que notre bon millier de parlementaires est dans ce
cas ? Ils n'ont qu'à s'inscrire à Pôle emploi pour faire un stage de formation économique puisque personne n'est capable d'interpréter objectivement les indicateurs qui sont TOUS au rouge écarlate.

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens