Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 12:00

Lebranchu-suppression-de-postes-de-fonctionnaires.jpg

 

 

Lors de la campagne pour les élections présidentielles c’était le sujet que le candidat Hollande avait le plus critiqué : la suppression par le gouvernement Fillon de postes de fonctionnaires ou plus exactement le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite !.. Mais la réalité a fini par rattraper les socialistes au pouvoir.

Au sein du gouvernement, on ne cache plus que cette piste est sur table. Moins d’agents publics, ce sont de précieuses économies. Une réduction de la masse salariale de 1% (l’équivalent de 50.000 postes pour l’Etat, les hôpitaux et les collectivités) représente près de 3 milliards d’euros par an, une somme que la France n’aurait donc plus besoin d’emprunter sur les marchés. Une autre solution consistait à geler les avancements, en sus des traitements bloqués depuis 2010. Mais la fuite organisée par le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a contraint Jean-Marc Ayrault à y renoncer. Il fallait trouver autre chose…

Le résultat est un virage politique complet. A son arrivée en 2012, François Hollande avait promis de stabiliser le nombre de fonctionnaires. Il avait mis fin au non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux, satisfaisant les syndicats qui honnissaient la RGPP (révision générale des politiques publiques) de Nicolas Sarkozy. Rappelons au passage que le fameux "un sur deux" n’a néanmoins pas produit les économies attendues. Car le gouvernement précédent a redistribué la majeure partie des gains sous forme de primes pour garantir la paix sociale…

Le retour du "un sur deux"

Le "un sur deux" sorti par la porte revient donc par la fenêtre, sous une autre forme toutefois. L’idée est de fusionner ou fermer des organismes qui dépendent de l’Etat, appelés opérateurs. On y trouve Météo France, le CNRS, les musées, l’Office national des forêts, etc. Ces structures emploient 229.000 personnes, hors universités et Pôle emploi qui sont sanctuarisés. Elles ont continué à recruter alors que l’Etat se serrait la ceinture, supprimant 27.000 postes en 2012.

Plusieurs opérateurs devraient donc disparaître et les doublons seraient résorbés. Les agents seraient réintégrés dans les administrations. Cela éviterait d’embaucher pour remplacer les départs en retraite, CQFD. Dans quelles proportions? Motus et bouche cousue pour le moment. Ce vaste plan de restructuration sera connu d’ici un mois, dans le cadre des annonces sur le Pacte de responsabilité. Les discussions ont lieu au sommet lors des conseils de la dépense publique organisés par le Président en petit comité.

500 millions d'économies prévues en 2014

Le sujet demeure explosif. Les syndicats de fonctionnaires ne sont guère disposés à participer à l’effort collectif de cette façon-là, quand bien même aucun agent ne serait mis au chômage. Un premier tour de chauffe a lieu en ce moment à la Sécurité sociale, où la baisse des effectifs devrait se poursuivre. Quelque 4.000 postes ne seraient pas renouvelés à la faveur des départs en retraite, soit… un départ sur deux. Comme sous le gouvernement précédent. Il s’agit de tenir compte du progrès technique qui a notamment permis de dématérialiser 90% des feuilles de soins. Rien moins que le sens de l’Histoire. Et au passage, 500 millions d’euros d’économies en vue dès cette année. Mais les syndicats promettent une grève mardi.

La tâche s’annonce immense pour la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu (photo), qui va entamer les négociations avec les organisations représentatives. Il y aura sans doute peu de candidat(e)s pour prendre sa place lors du prochain remaniement. Elle le sait.

 

Source : leJDD.fr 13-03-2014

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Société
commenter cet article

commentaires

facon 14/03/2014 16:23

Véritable tabou auquel il est difficile de s’attaquer … Et pourtant qui sera d’assez mauvaise foi pour refuser d’admettre que les nouvelles technologies ont procuré des gains de productivité
substantiels.

Cadre supérieur de la fonction publique je n’ai cessé de dénoncer le gâchis financier d’un système, où personne n’est finalement responsable et où la cogestion s’est confortablement installée …
Bien entendu j’ai payé pour ma franchise.

Je ne pense pas que les fonctionnaires servent leur paroisse en geignant sans cesse sur des conditions de travail que tout le monde leur envie, un régime de congé souvent provocateur et un droit à
l’absentéisme tacitement reconnu.

Et encore, je n’ai vécu que la vraie fonction publique, celle de l’Etat, j’ai pu constater que dans les collectivités locales c’était souvent bien pire la gestion ayant dépassé le simple stade de
la cogestion pour céder à la démagogie.

Le gouvernement n’a qu’à prendre une mesure simple : réduire les budgets de 10% et vous verrez enfin, que, contrairement aux craintes de détérioration du service public les administrations
reviendront à l’essentiel et iront plus vite que monsieur Hollande en matière de simplifications…

Voilà ce qu’attendent les classes moyennes et supérieures égorgées par l’impôt.

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens