Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 11:00

Vincent-Peillon-semaine-de-5-jours-primaire.jpg

 

 

Ce fut l’un des thèmes de la campagne électorale des élections présidentielles : les moyens accordés à l’Education Nationale. Le candidat Hollande avait fait sensation en annonçant que 60 000 postes seraient créés alors que son rival prétendait que l’école ce n’était pas forcément une question de moyens comme l'affirment depuis des années tous les syndicats enseignants !.. On sait comment le débat a été tranché : Hollande n’est pas revenu sur sa promesse, Peillon est prêt à aller encore plus loin avec pour objectif de s’allier les syndicats. Mais c’était sans compter sur la Cour des Comptes, organisme  sérieux, compétent et écouté, d’autant qu’il est présidé depuis plusieurs années déjà par un socialiste (nommé par Nicolas Sarkozy) dont personne ne soupçonne l’impartialité..

« Les inégalités dans la réussite scolaire ne sont pas assez prises en compte dans l'attribution des heures d'enseignement aux établissements scolaires », a regretté, mercredi 3 octobre, la Cour des comptes, qui souhaite « une prise en compte des résultats aux évaluations et aux examens ». En clair cela signifie que les moyens attribués aux établissements scolaires le sont suivant des critères discutables et qui ne résolvent en rien les inégalités constatées dans la réussite des élèves…

La Cour a mis en ligne la synthèse d'un "référé", rapport adressé par son premier président au ministre de l'éducation nationale, pour lui faire part des observations formulées à l'issue d'un contrôle au ministère et dans quatre académies, Aix-Marseille, Créteil, Dijon et Rennes, regroupant près de 20 % des élèves du primaire comme du secondaire.

Pas de corrélation entre difficultés scolaires et moyens alloués

La Cour s'est penchée sur les politiques mises en œuvre pour atteindre les objectifs fixés par la loi d'égalité des chances et de réussite de tous les élèves. "La Cour observe une absence de corrélation entre les difficultés scolaires constatées sur le terrain et les moyens d'enseignement alloués par le ministère", voire "parfois des situations paradoxales, dans la mesure où des établissements confrontés à un échec scolaire important peuvent être moins bien dotés que des établissements qui ont des taux de réussite plus élevés", souligne le document.

Les modèles d'allocations des moyens, créés il y a une dizaine d'années, reposent pour le primaire sur des critères "désormais largement inadaptés aux objectifs", déplore la Cour des comptes, citant l'appartenance à une zone rurale ou urbaine, la catégorie socio-professionnelle moyenne des familles, la proportion de parents allocataires de minima sociaux... Ces critères n'expliquent qu'indirectement et partiellement les difficultés scolaires, selon la Cour. En primaire, les académies rurales se trouvent "nettement avantagées", "y compris par rapport aux académies qui subissent les plus fortes contraintes sociales".

Si la Cour des Comptes dit vrai, et j’ai tout lieu de penser que c’est le cas, alors les énarques socialistes ont mis la charrue avant les bœufs. Dans l’opposition depuis des lustres, responsable de l’Education au PS, Monsieur Peillon aurait du savoir que les choses n’étaient peut être pas aussi simples que certains pouvaient le dire. Il aurait du prévoir une remise en ordre préalable des conditions d’attribution des moyens avant de décréter que tout ce qui avait été fait avant était nul et qu’il fallait, de toute urgence, revenir en arrière sur les effectifs !..

Inertie de la répartition des moyens dans le secondaire

Dans le secondaire, des calculs souvent fondés sur les dotations des années précédentes créent une "inertie de la répartition des moyens", au détriment d'académies comme Versailles et Créteil, malgré leurs difficultés. La Cour recommande notamment de « prendre en compte des critères qui reflètent directement les besoins des élèves sur le terrain, comme les résultats aux évaluations ou aux examens, et de retenir un territoire de référence plus petit et homogène que l'académie, comme le "bassin de formation". »

Elle préconise aussi de repenser la politique d'éducation prioritaire en mettant fin à un empilement de dispositifs, ainsi qu'une "sectorisation mieux orientée vers la mixité sociale et scolaire".

"La persistance d'écarts de performance scolaire est indéniable et leur réduction est au cœur de la politique éducative qu'il m'appartient de conduire", a répondu le ministre concerné, Vincent Peillon, dans une lettre à la Cour.

M. Peillon concède que le modèle actuel d'allocation de moyens "doit effectivement faire l'objet d'ajustements". "Pour autant, allouer les moyens scolaires en fonction de la performance observée des élèves ne me semble pas pertinent, car cela signifierait une relation mécanique et linéaire ente amélioration des moyens et performance scolaire", objecte le ministre.

Des travaux de refonte du système d'allocation des moyens sont "bien avancés", indique M. Peillon, qui souhaite que soient pris en compte le poids de l'académie, la démographie des élèves et les disparités géographiques et sociales.

Monsieur Peillon avoue donc que la refonte du système d’allocation des moyens est en cours (à vérifier ?) . Il reconnait donc que ce système avait des lacunes et des imperfections. Peut-être aurait-il fallu y regarder de plus près avant de céder aux sirènes syndicales qui n’ont qu’un seul mot à la bouche : effectifs ?

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens