Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 07:00

Sarkozy-Merkel-nieme-reunion-pour-sauver-euro.jpg

 

 

On s’étonne que les « marchés » ne fassent pas confiance à l’Europe mais franchement il y a tout de même de bonnes raisons à cela !.. A l'issue d'une nième rencontre à Berlin dimanche 9 octobre dernier, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont promis des propositions "rapides" pour régler la crise dans la zone euro. Ils ont rappelé, tous les deux que leur détermination devait permettre de rassurer les marchés. Les deux dirigeants européens ont toutefois été avares de détails. Et pour cause.. Tous les regards sont désormais tournés vers la Slovaquie, dernier pays de la zone euro à entériner mardi l'élargissement du Fonds de sauvetage (FESF). Problème : à moins de 24 heures du vote, aucun accord n'a été trouvé. Cela confirme, une nouvelle fois, qu’il est urgent de déterminer, une fois pour toutes, une nouvelle gouvernance et pour la zone euro et pour l’Europe elle-même. Les circonstances actuelles ne permettent plus d’accepter ces délais insensés entre la prise de décision et la mise en œuvre des actions concrètes..

"Des réponses durables, globales et rapides." Voilà ce qu'ont promis Nicolas Sarkozy et Angela Merkel dimanche à Berlin pour régler la crise dans la zone euro. Mais c'était sans compter sur la Slovaquie, dernier pays de la zone euro à se prononcer sur l'élargissement du Fonds de sauvetage (FESF), qui pourrait bien jouer les trouble-fête.

Alors que le Parlement slovaque doit se prononcer mardi sur l'élargissement du FESF, le parti Liberté et Solidarité (SaS) a refusé lundi le compromis présenté par ses partenaires de la coalition gouvernementale. Les discussions se poursuivent toutefois pour éviter le blocage. "S'il n'y a pas d'accord lundi, nous voterons contre le FESF mardi", a prévenu Richard Sulik, le chef du mouvement SaS, une petite formation dont le gouvernement a pourtant besoin pour obtenir un vote favorable au Parlement.

Une Europe unie au G20?

Un vote négatif de la Slovaquie paralyserait en effet les mécanismes de sauvetage financiers décidés le 21 juillet lors d'un sommet des dirigeants de la zone euro pour venir en aide aux pays en difficulté financière, dont la Grèce, lourdement endettée. Pour entrer en vigueur, l'élargissement du FESF doit être ratifié par les 17 pays de la zone euro. Tous l'ont fait, sauf Malte qui devrait donner son feu vert lundi, et donc la Slovaquie.

La France, elle, met la pression sur la Slovaquie, alors que se rapproche la perspective du G20, début novembre à Cannes, auquel l'Europe arrivera, selon les propos tenus par Nicolas Sarkozy dimanche, "unie et avec les problèmes résolus". Or, "s'il n'y a pas d'accord [au sein de la zone euro] ce sera un mauvais signal. Au G20, le sujet essentiel sera alors l'incapacité de la zone euro à régler ses problèmes et on sera dans 'l'eurobashing' de la part des Etats-Unis et des pays émergents", s'inquiète ainsi l'entourage du président français, cité par l'AFP. Barack Obama a en effet d'ores et déjà exigé qu'un plan d'action des Européens soit arrêté et voté à cette date. Le sujet devrait être au cœur du débat les 17 et 18 octobre prochains, lors d'un sommet de l'Union européenne et de la zone euro, crucial. Selon des sources concordantes, citées par Le Figaro lundi 10 octobre, dans l’après-midi, il pourrait toutefois être reporté, en raison des circonstances.

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)



 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens