Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 08:00

 

algerie-Rassemblement-a-Alger.jpg

 

Tunisie, Egypte,... l’Algérie aussi voudrait bien un peu de liberté et un gouvernement démocratique. Quelques 2.000 personnes ont tenté samedi 12 février de marcher dans les rues d'Alger pour "changer de système". Une manifestation qui, comme toutes les autres était interdite. Elle a très vite avortée : les policiers étaient beaucoup plus nombreux que les manifestants !..

 

Alors que la contestation se généralise au Yémen et, dans une moindre mesure, en Jordanie, des Algériens croient également au changement. Se référant aux révolutions tunisienne et égyptienne, quelque 2.000 personnes –800 selon la police– ont tenté de marcher, samedi matin, dans les rues d'Alger, en opposition à Abdelaziz Bouteflika, le président au pouvoir depuis onze ans. Une manifestation interdite, tout rassemblement étant proscrit par l'exécutif depuis la chute du régime voisin de Ben Ali. Les participants s'étaient donné rendez-vous dans le centre de la capitale, afin de défiler de la Place du 1er mai à celle des Martyrs. Un parcours de 4 kilomètres réduit à quelques centaines de mètres.

 

Des forces de l'ordre en surnombre

 

Sur le lieu de départ, près de 30.000 policiers les attendaient. A en croire les journalistes d'agence présents sur place, les cris "Algérie libre" n'ont pas résonné longtemps. Dès 11 heures, et après quelques échauffourées, les forces de l'ordre ont procédé à une série d'interpellations. Le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (*), Saïd Sadi, s'est indigné que "le doyen de la Ligue de défense des Droits de l'homme algérien, Ali Yahia Abdelnour, âgé de 90 ans, ait été malmené" par les forces de l'ordre. Ali Belhadj semble avoir réussi à éviter l'arrestation. Cofondateur du FIS (**) libéré en 2006 grâce à une amnistie extraordinaire, sa présence n'est pas anodine. Suspecté par le pouvoir de réorganiser l'opposition islamique, l'homme a été arrêté, toujours pour quelques heures, les 6, 9 et 19 janvier. Motifs des gardes à vue: "atteinte à la sécurité de l'Etat" et "incitation à la rébellion armée".

 

Les mouvements d’opposition décidés à s’organiser

 

En revanche, Fodil Boumala, l'un des fondateurs de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD, formée de représentants des partis politiques, de la société civile et des syndicats autonomes), a, lui, été arrêté. Il avait organisé une première marche, le 21 janvier, contre la cherté de la vie et la censure du pouvoir. Une manifestation qui s'était terminée par des émeutes meurtrières qui ont fait cinq morts et près de 800 blessés. Le bilan de samedi n'est pas comparable, la manifestation n'ayant même pas débuté. Un autre rassemblement, à Oran, a également été interdit: 400 à 500 personnes ont été dispersées au cours de la matinée. Le CNCD ne va pas désarmer pour autant. Plus remonté que jamais après le départ d'Hosni Moubarak: les représentants du mouvement doivent se rassembler dimanche ou lundi –quand la plupart d'entre eux seront relâchés– pour décider comment relancer leur contestation.

 

(*) Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) est un parti laïc qui s'appuie sur un électorat à majorité kabyle.

 

(**) En 1992, la dissolution du Front islamique du salut (FIS), qui militait pour la création d'un Etat islamique, est l'une des causes de la guerre civile qui a duré sept ans, de 1993 à 2000.

 

 

 

Source : lejdd.fr  12-02-2011 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens