Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 19:00



Jerusalem-Violences.jpg



De nouveaux affrontements ont opposé des Palestiniens aux policiers israéliens mardi 16 mars à Jérusalem-Est, alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a confirmé lundi la construction de 1.600 nouveaux logements dans cette zone. Dans ce contexte, l'émissaire américain au Proche-Orient, George Mitchell, a reporté sa visite dans la région. La crise diplomatique entre les Etats-Unis et Israël pourrait s'installer dans la durée.

 


Nouvelles scènes de violence à Jérusalem-Est. Des dizaines de Palestiniens ont répondu à l'appel à un "jour de colère" lancé par le Hamas, à l'occasion des travaux de restauration de la synagogue Hurva dans la partie arabe de la ville. Armés de pierre, les manifestants ont affronté les forces de l'ordre israéliennes, brûlant çà et là des pneus et des poubelles. La police a riposté à l'aide de grenades lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Une quarantaine de Palestiniens ont été hospitalisés et plusieurs autres interpellés.

 

La région est en émoi depuis l'annonce, par Israël, de la construction de 1.600 nouveaux logements à Jérusalem-Est. Cette décision, rendue publique lors d'une visite du vice-président américain Joe Biden au Proche-Orient la semaine dernière, a provoqué une crise diplomatique entre les Etats-Unis et l'Etat hébreu. S'il a exprimé ses "regrets" pour ce 'mauvais timing', le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a confirmé lundi à la Knesset [le Parlement israélien] ce projet. "Durant ces quarante dernières années, aucun gouvernement israélien n'a limité les constructions dans les environs de Jérusalem", a-t-il ainsi rappelé. Jérusalem ne fait pas partie du gel pendant dix mois de la colonisation, annoncé par Israël l'an dernier. Et Netanyahou a prévenu: "Le gel prendra fin à l'échéance prévue." De nouvelles constructions, ailleurs en Cisjordanie, pourraient donc voir le jour dès septembre prochain.

 

"Une insulte aux Etats-Unis"


Dans ce contexte, l'émissaire américain pour le Proche-Orient, George Mitchell, qui devait se rendre dans la région cette semaine, a retardé sa visite à la fin du mois. "L'ambassade des Etats-Unis en Israël a contacté le bureau de la présidence pour lui notifier que l'émissaire n'arrivera pas en Israël aujourd'hui [mardi]", a simplement commenté la présidence israélienne dans un communiqué. Le maintien du projet de construction résonne comme un nouveau défi lancé aux Etats-Unis, alors qu'Hillary Clinton a expressément demandé au Premier ministre israélien, lors d'une conversation téléphonique vendredi dernier, de renoncer aux implantations annoncées.

 

La secrétaire d'Etat américaine, d'habitude plutôt clémente envers l'allié israélien, a d'ailleurs jugé que l'annonce israélienne était une "insulte aux Etats-Unis" et un "signal profondément négatif". Déjà la semaine dernière, Joe Biden avait accusé l'Etat hébreu de "saper la confiance" . Washington dit désormais attendre que le gouvernement israélien fasse la preuve de sa volonté de reprendre les pourparlers de paix. Mais les relations israélo-américaines semblent durement touchées. Selon l'ambassadeur d'Israël à Washington, Michael Oren, elles sont "au plus bas depuis 1975", date à laquelle les Etats-Unis avaient fait pression en faveur d'un retrait israélien de la péninsule égyptienne du Sinaï deux ans après la guerre du Kippour . "Il s'agit d'une crise d'envergure historique", a-t-il encore estimé, selon des propos rapportés lundi par le quotidien israélien Yediot Ahronoth , relatant une conversation téléphonique avec d'autres diplomates israéliens ce week-end.

 

Mais entre la pression des membres de sa coalition - le parti ultranationaliste d'Avigdor Lieberman, Israël Beiteinou, et la formation ultraorthodoxe Shas - et la pression des Etats-Unis, Benjamin Netanyahou a semble-t-il fait son choix. Le Premier ministre n'a pas oublié la chute de son gouvernement précédent, en 1999, après qu'il avait accepté, à la demande de Washington, de négocier avec Yasser Arafat. Reste désormais à voir la réaction américaine. Au-delà des mots. On devrait en savoir plus vendredi, à l'occasion d'une réunion du Quartette de médiateurs sur le Proche-Orient (Russie, ONU, Etats-Unis et Union européenne) à Moscou. 


Source : lejdd.fr  16-03-2010 



Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

            

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens