Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 06:00









Téhéran n'a pas repondu à l'offre de l'AIEA et ne souhaiterait plus dialoguer avec les grandes puissances.

 

L'Iran a infligé un nouveau camouflet à la communauté internationale en omettant vendredi de répondre à la proposition qui lui était faite par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) d'enrichir à l'étranger les trois quarts de son uranium à usage civil. Tout en affirmant étudier «sous un jour favorable» l'offre négociée cette semaine à Vienne avec la France et les États-Unis, Téhéran a indiqué sa préférence pour l'achat à l'étranger d'uranium enrichi. Pire, le régime iranien aurait décidé d'interrompre le dialogue avec les Six (États-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France et Allemagne). «Nous sommes dans une situation de blocage : Téhéran ne veut parler qu'avec l'AIEA», indique un diplomate.

 

À l'issue des pourparlers de Vienne, mercredi, le patron de l'AEIA, Mohammed ElBaradei, avait donné jusqu'à hier soir aux trois pays pour se prononcer sur ce texte qui prévoyait la sortie d'Iran de 1 200 kg de son uranium faiblement enrichi (3,5 %). Ce stock devait être réenrichi en Russie (à 20 %) puis sous-traité ensuite en France pour la fabrication du combustible nucléaire. Marquée par les obstructions de l'Iran qui s'en était notamment pris à la France, la réunion de Vienne s'était achevée sur une note de pessimisme. Vendredi 23 octobre au matin néanmoins, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a été le premier à accepter l'accord. Les États-Unis ont emboîté le pas, la France aussi, sans trop y croire. «Notre conviction est que, d'emblée, l'Iran ne voulait pas d'un accord, analyse-t-on à Paris. Contrairement à ce que disent les Iraniens, jamais l'option consistant à ce qu'ils puissent acheter de l'uranium enrichi à l'étranger n'a été évoquée», souligne un haut diplomate.

 

Un pied de nez

 

Le but du compromis était pourtant de créer la confiance en obtenant de l'Iran qu'il accepte de sortir, rapidement et en bloc, la majorité de son stock déclaré d'uranium faiblement enrichi (UFE). En donnant ainsi des gages sur son intention de ne pas chercher à se doter de l'arme atomique, Téhéran se voyait assuré en retour d'obtenir du combustible nucléaire à des fins civiles. En évoquant la sous-traitance de l'uranium réenrichi en France, le compromis permettait de contourner l'hostilité des Iraniens à l'égard de Paris.

Le pied de nez que les Iraniens viennent de faire à ce schéma idéal sape la fragile dynamique instaurée par l'amorce d'un dialogue avec les grandes puissances, le 1er octobre à Genève, après quinze mois de blocage. Quelques jours plus tôt, les révélations concernant le site secret de Qom avaient encore renforcé les soupçons pesant sur les visées iraniennes dans le domaine nucléaire.  

Ces nouvelles manœuvres dilatoires confirment les craintes selon lesquelles la République islamique viserait prioritairement à gagner du temps pour se doter de l'arme nucléaire, objectif que la plupart des experts jugent à portée de main.

 

Vers des sanctions renforcées

 

Le refus iranien du compromis proposé par l'AIEA ouvre à terme la voie à un renforcement des sanctions, même si, comme l'indique un diplomate, «plusieurs questions restent à évoquer». Sur une ligne intransigeante, la France avait en effet fixé trois conditions à l'Iran après la réunion de Genève : l'enrichissement de l'uranium à l'étranger pour le réacteur expérimental de Téhéran, l'inspection approfondie du site de Qom et le gel de l'enrichissement contre le gel de nouvelles sanctions. Aucune n'est pour l'instant remplie. L'Iran a réitéré sa volonté de poursuivre l'enrichissement quoi qu'il en soit. Des inspecteurs de l'AIEA doivent se rendre à Qom samedi. Mais il y a fort à parier que le site aura été préalablement «nettoyé». Rien n'indique en outre que Téhéran soit prêt à se livrer à une explication franche et transparente sur son programme nucléaire, ainsi qu'on le souhaiterait à Paris.

 

Source : lefigaro.fr   24-10-2009 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens