Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 11:00

 

Francois-Hollande-et-les-marches.jpg

 

 

Il n’est pas besoin d’être un expert économique pour constater que le monde de la finance s’inquiète d’une contagion de la crise grecque à l’Espagne. Accusé de risquer d’amplifier la crise par des promesses coûteuses et à contre courant, le candidat PS à la présidentielle a jugé, jeudi 12 avril sur France 2, qu’il ne laissera "aucune place aux marchés". Et ce tout en voulant privilégier la "croissance" à une seule politique d’austérité. Des propos qui tranchent toutefois avec ceux qu’il avait tenus à Londres fin février, ou lors de primaire socialiste. Malgré ses affirmations péremptoires, François Hollande joue avec le feu car il sait, lui aussi, que la confiance est très fragile.

La sphère financière est en droit de s’interroger : quelle est la véritable position de François Hollande vis-à-vis des marchés? Alors que le CAC 40 s’est affolé, mardi 10 avril dernier, d’une contagion de la crise en zone euro en lâchant plus de 3%, François Hollande n’a pas eu des propos prompt les rassurer… Jeudi sur France 2, le candidat socialiste à la présidentielle s’est montré lapidaire : déplorant la "mobilisation" de la sphère financière contre l’Italie et surtout de l’Espagne, il ne compte laisser "aucune place" aux marchés. Surtout, François Hollande a assuré que pour redresser les finances publiques, il faudrait "mettre plus de croissance, parce qu’elle est nécessaire". Une volonté sur laquelle tout le monde peut s’accorder sauf que François Hollande se garde bien de dire comment il fera pour « mettre plus de croissance ». Car enfin, si cela était simple, cela se saurait depuis longtemps !..

Seul le « Financial Times » salue la position de Hollande !..

Une position saluée par le Financial Times. Coqueluche des salles de marchés, le quotidien a loué lundi 9 avril la position du candidat PS dans son éditorial : "La baisse de la croissance fait baisser les rentrées fiscales", et constitue donc un frein pour "les pays de la périphérie" pour "atteindre leurs objectifs de réduction des déficits, malgré un serrage de ceinture sévère", lit-on. Puis le FT d’appeler à une augmentation des investissements en zone euro, levier habituel d’une relance keynésienne de l’économie. Pas de quoi, a priori, satisfaire des marchés qui, à l’instar des agences de notations, ne réagissent plus positivement qu’à la mise en place de plans d’austérité…

"Pas de craintes à avoir"

Toutefois, François Hollande ne s’est pas toujours montré aussi ferme vis-à-vis du monde la finance. Lors de la primaire socialiste au mois d’octobre 2011, le candidat avait ainsi fait du "désendettement" une "nécessité" si la France "veut garder son triple A et son indépendance". Le candidat PS prônait déjà un "zéro déficit" en 2017, au contraire de Martine Aubry, qui craignait que cet objectif ne laisse "plus de billes" pour relancer la croissance… Trois mois plus tard, lors de son grand meeting du Bourget, François Hollande s’était toutefois montré très dur vis-à-vis de la finance, "son véritable adversaire". Aux yeux du député de Corrèze, pas question de se faire dicter sa politique économique par les salles de marché…

Mais depuis, le candidat a nuancé ses propos. Dans un entretien au Guardian mi-févier, il avait ainsi cajolé la City : "La gauche a été au gouvernement pendant 15 ans durant lesquels nous avons libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations", disait-il, précisant qu’il n’y avait donc "pas de craintes à avoir". Critique immédiate de Nicolas Sarkozy, qui avait assené le 19 février à Marseille : "Quand on dit à la presse anglaise qu’on est libéral, et quand on vient expliquer aux Français que l’ennemi, c’est la finance, on ment matin et soir." Ce qui avait obligé le socialiste à se défendre dans la foulée sur TF1, arguant de nouveau qu’il ne souhaitait pas que la France soit soumise "à une finance qui est devenue folle". En fait François Hollande joue, sur ce sujet majeur, un double jeu qui n’a échappé à personne pas même à son « ami » Mélenchon.

"Une crise de confiance"

Ces tergiversations sont du pain béni pour l’UMP, qui brandit ainsi le spectre d’attaques spéculatives si le candidat PS devait l’emporter. Mercredi 11 avril dernier, Nicolas Sarkozy a estimé qu'une victoire de François Hollande à la présidentielle provoquerait une "crise de confiance" qui mettrait la France "à genoux". La veille, et au lendemain de l’édito du Financial Times, François Fillon avait sonné la charge lors d’un meeting à Versailles, évoquant le risque d’un "déclassement" de la France "à la minute" où le candidat PS serait élu le 6 mai. Des accusations jugées "indignes" par Pierre Moscovici. Le directeur de campagne de François Hollande a estimé jeudi que le président-candidat et son Premier ministre se comportaient "comme des irresponsables".

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

facon 14/04/2012 18:57

Ce n’est pas parce que la droite crie au feu qu’elle doit être reconnue comme le pompier de service … Il fallait bien que cet argument sorte, tout le monde l’attendait, surtout qu’il n’est pas
dénué de fondement. Ce que ne précisent pas Sarko et son équipe c’est que c’est pendant cette mandature que notre endettement a explosé, tout comme nos déficits. Certes certains pays ont encore
moins bien fait, mais on oublie toujours de citer les plus vertueux, c’est pratique mais politiquement malhonnête. L’Europe ce n’est pas seulement l’Espagne, la Grèce, l’Italie …

Gauche ou droite au pouvoir je suis persuadé que la tempête financière n’épargnera pas la France dès l’élection passée. Aucun candidat ne cite d’exemples précis de réductions budgétaires
d’envergure, on peut toujours implorer la croissance, ça ne fait de mal à personne sans rien résoudre, « La croissance ne se décrète pas » Les marchés financiers ont une exigence basique dans son
raisonnement et simple dans son expression : réduisez vos déficits … ce que nous nous refusons à faire pour le plus grand bonheur (temporaire et suicidaire) des français !!!

Qui ose croire au retour à l’équilibre dans les 4 ans à venir ? La crise ne fait que commencer, de nouvelles formes encore plus élaborées, encore plus imprévisibles vont émerger car ce monde,
totalement fou, n’est, en fait, commandé par personne si ce n’est par le fric. G8, G20 ne feront rien à l’affaire si ce n’est que de créer l’illusion d’un monde sous contrôle.

Comment ferons nous alors pour faire jouer nos «amortisseurs sociaux» qui ne pourront plus emprunter ?

Il y a quelques années osant parler sur mon blog, avant Fillon, de faillite, mes amis rigolaient, aujourd’hui ils sont moins fiers. En 2008 lors des municipales, traitant les sortants de fossoyeurs
de nos finances publiques j’ai été raillé, accusé par le maire de ma commune d’être un «homme du passé» Ce qui arrive aujourd’hui je l’avais annoncé en 2007 dans une réunion publique.

Si on en croit les sondages un tiers de l’électorat ne croyant plus à rien va voter aux deux extrêmes, un tiers risque de s’abstenir ce qui fait une majorité d’aigris que l’on retrouve, pour
partie, dans les meetings de Mélenchon car lui au moins à le mérite de traiter notre classe politique comme elle le mérite … Je n’adhère pas à ses illusions mais je lui suis reconnaissant
d’exister.

La facture arrive, le crédit étant sérieusement compromis nous allons devoir vider nos poches bourrées de fausse monnaie.

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens