Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 11:00

 

 

Jean-Marc-Ayrault-a-la-fin-du-dernier-conseil-des-ministres.jpg

 

 

François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont pris tous les deux très peu de vacances et sans doute ont-ils bien fait car les dossiers de la rentrée sont hyper-urgents et très complexes. Essence, impôts, emploi, croissance et euro... Le point sur les cinq dossiers chauds de la rentrée pour le gouvernement.

Essence : un reniement qui pourrait avoir des conséquences

Cette promesse de campagne électorale est enterrée. François Hollande s’était engagé à geler les prix de l’essence durant trois mois en été. Mais une telle mesure aurait étranglé les stations-service des grandes compagnies et des hypermarchés, qui ont bataillé contre ce projet. Le chef de l’État a dû y renoncer. En compensation, Jean-Marc Ayrault a annoncé une baisse des taxes à la pompe, qui sera détaillée lundi 27 août ou mardi 28. Elle n’évitera pas aux prix de remonter à la prochaine flambée du pétrole. À Bercy, on ne désespère pas de limiter l’addition pour les caisses de l’État en faisant contribuer davantage les pétroliers. Des pétroliers qui ont déjà pris les devants pour annoncer que leurs marges étaient si faibles qu’elle ne leur permettaient pas de faire des « miracles » !..

Impôts : le casse-tête de la taxe à 75%

Idée phare du candidat Hollande, la taxe à 75% sur les particuliers gagnant plus de 1 million d’euros par an est devenue le casse-tête de l’été pour le Président. Depuis Brégançon, Hollande a appelé son ministre du Budget en juillet pour connaître ses propositions techniques. Jérôme Cahuzac lui a remis une note le 4 août - la date, anniversaire de l’abolition des privilèges en 1789, amuse à Bercy. L’idée la plus simple serait de cumuler l’ensemble des impôts payés par les plus fortunés (impôt sur le revenu, CSG, ISF…) et d’en limiter le total à 75% du revenu. Mais elle reviendrait à rétablir un bouclier fiscal, l’une des marques du quinquennat Sarkozy. "Il faut éviter cela", clame-t-on à Bercy, où l’on cherche par ailleurs à faire entrer dans le calcul de l’ISF les œuvres d’art jamais exposées au public.

Emploi : la barre des 3 millions de chômeurs

C’est le domaine qui suscite les attentes les plus fortes des Français et c’est le cauchemar du gouvernement. Pôle emploi publiera lundi 27 août le chiffre du chômage pour juillet. Au printemps, l’organisme a compté 20.400 demandeurs d’emploi de plus en moyenne par mois. La barre des 3 millions de chômeurs sera franchie avant la fin de l’année, selon l’assurance chômage. Pour tenter d’y faire face, le gouvernement lancera cette semaine les "emplois d’avenir", réservés aux moins de 25 ans vivant dans des quartiers sensibles ou des zones rurales : 100.000 seront budgétés pour 2013. En y ajoutant les autres emplois aidés, l’État subventionnera au total 490.000 postes l’an prochain, plus qu’en 2012 mais moins qu’en 2010 et 2011.

Croissance : la douloureuse révision

Au début de l’été, le gouvernement tablait sur une croissance économique de 1,2% pour l’an prochain. Las, la conjoncture reste mauvaise. Les économistes misent plutôt sur 0,5%. Dans son interview au JDD, Jean-Marc Ayrault prépare les esprits à une baisse de son objectif. À quel point? "Nous ne sommes pas obligés d’aller au plancher. La révision sera dans la fourchette entre 0,5% et 1,2%", pronostique un influent ministre. L’enjeu est colossal : pour chaque dixième de moins, le gouvernement doit trouver 1 milliard d’euros en impôts nouveaux ou en économies s’il vaut honorer la promesse de ramener le déficit public à 3% du PIB l’an prochain (4,5% attendus cette année). "Au maximum, cela fait 7 milliards d’euros supplémentaires", dit-on. Un coût qui s’ajoute à la facture initiale, estimée à 30 milliards d’euros. Autrement dit, un surcroît de rigueur sera inscrit dans la loi de finances présentée fin septembre. Des nouvelles très désagréables pour les Français devront bien alors être annoncées !..

Euro : la menace permanente

Les rumeurs d’un appel au secours de l’Espagne persistent et la Grèce, en pleine récession, réclame de nouveau la clémence de ses partenaires européens : la crise de l’euro menace toujours de faire imploser l’union monétaire. Samedi 25 août dernier, François Hollande a reçu à l’Élysée le Premier ministre Grec, Antonis Samaras. Le chef de l’État a martelé son souhait que l’Europe trouve une solution pérenne au drame d’Athènes. "Cela fait deux ans et demi que la question est posée", a souligné le Président. Sur le front intérieur, la crise de l’euro craquelle la majorité, divisée sur l’adoption du traité budgétaire qui sera examiné à l’Assemblée début octobre. Jean-Marc Ayrault lui adresse un sévère rappel à l’ordre.

 

 

 

 

Source : LeJDD.fr  26-08-2012

 

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article

Repost0

commentaires

facon 27/08/2012 17:01

Geler ou baisser temporairement le prix de l’essence a, par l’effet de levier, un coût exorbitant pour l’Etat pour un effet quasiment nul pour le particulier. Baisser le prix de 10 centimes
coûterait 1.5 milliard d’euros au budget de l’Etat. Et, encore l’effet ne serait que très ponctuel tous les experts s’accordant sur un point, le pétrole va coûter de plus en plus cher.

Voilà bien une promesse démagogique d’un homme politique qui ne sait plus comment reculer après avoir engrangé les voix.

Quant à la taxation des œuvres d’art à l’ISF il va falloir convaincre Fabius !

La taxation des revenus à 75% est aussi une grave erreur, elle ne rapportera rien ou presque, elle fera fuir les cerveaux de notre pays. Si pour adoucir la pilule il faut créer un nouveau bouclier
fiscal nous aurons dès lors touché le sommet de la connerie politique.

Non, le seul moyen c’est de réduire la dépense publique mais pour le faire il faut du courage et, surtout, cette décision n’a rien d’électoraliste donc impossible à imaginer par nos gouvernants


En attendant les français qui viennent de recevoir leur impôt sur le revenu savent qu’ils constituent, pour l’instant, la seule variable d’ajustement.

Mais pour combien de temps ?

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens