Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 12:00

Francois-Hollande-Jean-Luc-Melenchon.jpg

 

Le débat Hollande/Juppé du jeudi 26 janvier dernier sur France 2 nous aura tout de même éclairé sur les intentions du candidat socialiste au second tour, s’il y arrive bien sur, et après. S'il est élu en 2012, François Hollande a dit très clairement qu'il "a vocation à gouverner" avec le Front de gauche. Mais il ne veut "forcer personne".

La main tendue à Jean Luc Mélenchon

A trois mois de l'élection présidentielle, toutes les hypothèses sont envisagées. Et si Jean-Luc Mélenchon arrivait devant François Hollande au premier tour? "Ma réponse, elle est toute simple: moi je me désiste toujours pour le candidat de gauche le mieux placé face à la droite", a assuré François Hollande jeudi soir sur le plateau de l'émission « Des paroles et des actes », diffusée sur France 2. Même si ce scénario semble pour l'heure peu probable.

Seconde hypothèse, le candidat socialiste accède à l'Elysée en 2012? "Ceux qui soutiendront ma candidature au second tour de l'élection présidentielle ont vocation à gouverner avec moi." Et d'ajouter : "Je ne doute pas du choix que fera le Front de gauche au second tour, il est clair qu'il soutiendra le candidat de gauche le mieux placé (...). Après ils verront s'ils veulent participer au gouvernement, je ne veux forcer personne."

Pour le camp Mélenchon le discours de François Hollande est incohérent

Mais l'annonce faite par le candidat socialiste ne suffit pas à satisfaire le Front de gauche. "Sur le plan politique, François Hollande se heurte aux mêmes contradictions : il admet qu’il se désistera pour Jean-Luc Mélenchon s’il est en tête au 2ème tour, c’est un progrès, mais exclut toujours de débattre avec le Front de Gauche... Comprenne qui pourra", écrit Eric Coquerel, conseiller spécial de Jean-Luc Mélenchon, dans un communiqué publié jeudi soir. "François Hollande a malheureusement retrouvé ses accents et propositions rigoristes", ajoute-t-il. Parce que pour le Front de gauche, le député de Corrèze "part des mêmes sornettes que la droite" et propose "un discours incohérent" : "Il espère la croissance tout en annonçant la rigueur."

A plusieurs reprises, Jean-Luc Mélenchon a proposé au Parti socialiste un débat public. Offre jusqu'à présent déclinée. Mais le Front de gauche persiste : "Malgré son refus, nous maintenons à François Hollande notre proposition d’en débattre. Ce serait salutaire pour toute la gauche." Mais pour l'heure, pas de réponse du côté socialiste.

François Hollande, s'il a de nouveau ouvert la porte en grand au leader du Front de gauche, l'a claqué au nez de François Bayrou. La suite logique d'une prise de distance entamée à la fin de l'année dernière.

Objectif : rassembler la gauche

En parfait connaisseur de l'histoire socialiste, François Hollande sait que la victoire de François Mitterrand en 1981 tenait en grande partie au rassemblement réussi de l'ensemble de la gauche. Il s'y emploie donc avec Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly. Mais le rassemblement devrait s'arrêter là. Un temps courtisé, François Bayrou, l'homme qui monte et qui commence à inquiéter les "grands" candidats, n'en fera pas partie. "Il trouve que mon projet n'est pas bon, il l'a dit. Donc je ne vois pas comment il pourrait participer à un gouvernement pour appliquer un projet qu'il ne trouve pas bon", a-t-il asséné, péremptoire.

Critiquer mais surtout sans froisser

Message reçu au MoDem. D’ailleurs, vendredi matin, Yann Werlhing, le porte parole de François Bayrou ne contredit pas le favori des sondages. "Nous confirmons que nous ne sommes pas d'accord", glisse dans un sourire le porte-parole du parti centriste, en déplacement avec son leader non loin d'Annecy, en Haute-Savoie. Le rassemblement, c'est pourtant la marotte de l'élu du Béarn. "Si Bayrou est élu, l'option qu'il porte est une alliance avec des gens qui s'opposent aujourd'hui", répète le transfuge des Verts. Et quand on lui demande si la déclaration de François Hollande ferme définitivement la porte à toute alliance possible, Yann Werlhing s'emporterait presque : "C'est son problème, pas le nôtre! Nous sommes pour un gouvernement d'union national, je le répète."

Les positions semblent tranchées. Irréconciliables. Pourtant, pas question pour François Hollande de tirer à boulets rouges sur le troisième homme de l'élection de 2007. Surtout ne pas froisser cet électorat qui pourrait faire pencher la balance au second tour. Alors le socialiste prend des pincettes : "J'ai du respect pour François Bayrou mais moi, je veux être dans la clarté."

 

 

 

Source : leJDD.fr  27-01-2012

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens