Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 19:00

 

bercy-igf-epargne-ministere-de-l-economie.jpg

 

 

Après l’affaire des « 35 heures » soulevée par Jean-François Copé qui, décidément, a de la suite dans les idées, c’est une nouvelle bombe qui fait trembler le marché du travail. Dans une interview à « Acteurs publics », Christian Jacob, le nouveau patron des députés UMP à l'Assemblée, souhaite réfléchir sur «l'embauche à vie des fonctionnaires».

 

Des contrats d'objectifs sur 5 ou 10 ans

Pour favoriser la mobilité, Christian Jacob estime qu'il faudrait envisager «des contrats d'objectifs sur 5 ou 10 ans» qui permettrait de passer du privé au public et inversement. Le député reconnaît que son dispositif est «compliqué pour les ministères régaliens, mais c’est peut-être possible, par exemple, dans l’équipement ou la recherche». «On doit pouvoir poser ce débat sans crainte», ajoute-t-il. Si l’objectif ne parait effectivement intéressant, la mise en œuvre n’est pas aisée. De plus lorsque, l’on ouvre un tel débat qui remet en cause la sacro-sainte sécurité d’emploi des fonctionnaires, les risques de polémiques sont très élevés !..

Pendant le débat sur les retraites, le gouvernement avait déjà tenté de modifier le statut des fonctionnaires au moment de leur réorientation professionnelle. Donc les syndicats sont très vigilants sur cette question là !..

Réduire les effectifs

Sur le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partants à la retraite, Christian Jacob avoue certaines difficultés dans l'application de cette règle par les ministères. Mais sans elle, «rien n'aurait été fait en matière de réduction des effectifs. De plus, elle ne s'est pas appliquée partout sans discernement», a-t-il précisé.

De manière générale, le président du groupe UMP à l'Assemblée juge qu'il faut «continuer» dans la voie de la réduction du nombre de corps de fonctionnaires, qu'il avait «accélérée» quand il était ministre de ministre de la Fonction publique entre 2005 et 2007, «parce que cela crée de la mobilité». Tollé en vue...

 

 

Source : LeParisien.fr  07-01-2011

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

jean pierre echavidre 07/01/2011 22:59


Je suis d'accord avec un certain nombre de arguments que vous développez mais pas tous. Je me méfie un peu des données statistiques m^me quand elles se limitent aux frontières de l'Europe. En effet
il faudrait déjà que tout le monde se mette d'accord pour définir ce qui est comptablilisé exactement dans les emplois publics. Même en france on a déjà bien du mal à s'y retrouver !..


L'emploi public crée du chômage 07/01/2011 21:14


Le travail théorique et empirique de cinq spécialistes du marché du travail aboutit à cette conclusion qui choque l'intuition : recruter des fonctionnaires accroît le chômage.

Si la science économique ne servait qu'à montrer des choses parfaitement intuitives, alors elle ne servirait à rien. C'est pour ça que je râle régulièrement contre ceux qui dénoncent l'économie
orthodoxe au nom du "bon sens". On ne fait malheureusement pas de la science avec du bon sens, mais avec des modèles et des statistiques.

La théorie

"Sur le plan comptable, [...] toute chose égale par ailleurs, une hausse de l'emploi public diminue [...] le volume du chômage. Mais une hausse de l'emploi public peut aussi avoir des effets
d'éviction sur l'emploi privé."

L'erreur à ne pas commettre consiste à s'imaginer que les individus ne réagissent pas aux politiques publiques mises en place et continuent à faire comme s'il ne s'était rien passé. Que peut-il se
passer lorsque l'on créé des emplois publics ?

Tout d'abord, si les conditions de travail et les salaires sont meilleurs dans le public que dans le privé, les créations d'emplois dans le public vont se traduire par des destructions d'emplois
dans le privé. A moyen ou long terme, les travailleurs vont passer du secteur privé au secteur public. Ce mécanisme pousse les salaires à la hausse dans le secteur privé à cause de la raréfaction
du travail.

Ensuite, il faut se poser la question de savoir si la production du secteur public est complémentaire ou substituable à celle du secteur privé. Lorsque l'État produit des biens qui améliorent
l'efficacité du secteur privé : infrastructures de transport, justice (pour assurer le respect des contrats par exemple), police... ceci va plutôt booster l'emploi dans le secteur privé. En
revanche, si l'État produit des biens qui font concurrence à ceux du secteur privé, comme les hôpitaux ou l'éducation dans les pays où les écoles privées sont très développées, on peut s'attendre à
l'effet inverse.

En cherchant bien, on peut trouver d'autres canaux par lesquels un effet de l'emploi public peut s'exercer sur l'emploi privé, notamment via le mode de financement ou la participation au marché du
travail, mais je les laisse de côté, car les chercheurs ont peu de preuves empiriques sur ces éléments.

Les statistiques

Les chercheurs analysent l'effet de l'emploi public sur le taux de chômage à partir de données sur 17 pays de l'OCDE de 1960 à 2000. Cette estimation est un peu compliquée à mettre en œuvre car il
est possible que l'emploi public augmente en réponse à un accroissement du chômage, ce qui peut biaiser les résultats. Grâce à notre fidèle technique statistique des variables instrumentales, on
peut corriger ce biais. Quel résultat obtient-on ?

En moyenne, la création de 100 emplois publics détruit 150 emplois privés et accroît donc le chômage. L'effet est particulièrement fort dans les pays où les rentes dans le secteur public sont
élevées et lorsque la corruption est importante, ce qui suggère que les travailleurs les plus productifs sont effectivement attirés vers le secteur public quand on y offre de bons salaires. De
même, l'effet est plus fort lorsque les biens produits par le secteur public peuvent concurrencer ceux du secteur privé.


On arrive donc à cette conclusion incroyable : l'emploi public créé du chômage. Que doit-on en penser ? Il faut tout d'abord noter que cela ne signifie pas qu'il faille virer des fonctionnaires
pour résorber le chômage. La valeur d'un emploi public se mesure à la valeur de ce que cet emploi produit pour la société et non pas à son impact sur le chômage. On ne peut donc rien en déduire sur
l'éternelle question "Faut-il plus ou moins de fonctionnaires ?", qui n'appelle de toutes façons pas de réponse tranchée.

Les deux seules choses que l'on peut en tirer est que 1) l'accroissement du nombre d'emplois publics est une mauvaise stratégie pour lutter contre le chômage et 2) le chômage n'est pas une simple
question de comptabilité entre stock d'emplois et nombre de travailleurs. En particulier, cette analyse montre qu'il est très dangereux de vouloir analyser le chômage comme une pénurie d'offres
d'emplois. Il faut au contraire essayer de comprendre pourquoi les entreprises refusent d'embaucher certains types de travailleurs aux niveaux de salaire qui se pratiquent sur le marché, ce qui
appelle une analyse plus microéconomique que macroéconomique.

références :
Public Employment and Labour Market Performance
Author(s): Yann Algan, Pierre Cahuc, Andre Zylberberg, Jorn-Steffen Pischke, Thierry Verdier
Source: Economic Policy, Vol. 17, No. 34 (Apr., 2002), pp. 9-65
Published by: Blackwell Publishing on behalf of the Centre for Economic Policy Research,
Center for Economic Studies, and the Maison des Sciences de l'Homme
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/1344671


BG 07/01/2011 20:49


Quand nous aurons enfin moins de fonctionnaires... la croissance pourra repartir...

Quel est le pourcentage réel des actifs qui font tourner la France ?

En 2008, 26 Millions de personnes travaillent en france sur 70 Millions d'habitants, soit 40% des Francais seulement. (sources INSEE).

Sur les 26 millions qui travaillent, 6 Millions sont dans la fonction Publique, soit 23% des actifs...

Il y a donc 1,2 fonctionnaires en France pour 5 actifs...
et presque 1 fonctionnaire pour 10 habitants en France...

On se croirait à Moscou !

Tous ces gens, souvent payés à rien foutre (pas tous) empêchent les actifs de rester concurrentiels au niveau international, car à force d'être rackettés par la fonction publique en taxes,
cotisations, contributions et autres, qui sont dilapidés par nos fonctionnaires, il ne peuvent plus investir !!!

Comme dans le privé, les fonctionnaires doivent être payés au service rendu... et se retrouver au chômage vite fait quand ils ne foutent rien...

Le service Public, comme son nom l'indique, est un service, une vocation en quelque sorte...

AMHA


Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens