Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 07:00

 

Depuis que l’automobile existe c'est-à-dire quelques années avant 1900, les courses automobiles ont été organisées, sur routes ou sur circuits. L'histoire de la « Formule 1 » est plus récente. Elle trouve son origine dans les courses automobiles disputées en Europe dans les années 1920 et 1930. En 1946, la Commission sportive internationale de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) parvient à une uniformisation des règles qui aboutira finalement à la création de la « Formule de Course Internationale n°1 », pour indiquer la qualité optimale, que l’on baptisera, plus communément « Formule 1 ». Un championnat du monde de Formule 1 est créé en 1950 puis une coupe des constructeurs en 1958 (qui devient le Championnat du monde des constructeurs à partir de 1982).

 Ferrari va être un des grands acteurs de ce championnat auquel il va participer avec une grande régularité. C’est également la marque qui va tourner les plus belles pages de cette compétition mythique pour laquelle les constructeurs et les pilotes se surpassent pour tendre vers la perfection.

Alors que la saison 2013 va bientôt commencer les statistiques de FERRARI montrent bien l’implication de la marque italienne dans le championnat de « Formule 1 »

·         Participation à 851 « Grands Prix » en 63 saisons

·         219 victoires en Grands Prix et 668 podiums

·         16 titres de champion du Monde des Constructeurs

·         15 titres de Champion du Monde des pilotes

·         69 modèles de voitures

·         107 pilotes dont souvent les plus prestigieux du moment

·         97 066 tours de circuit parcourus dont 13542 en tête de la course

 

 

1964

  VOITURES DE LA SCUDERIA : FERRARI 158 F1 

 

 

 

 

  ferrari f1 158 1964 01

 

 

 

DOUBLE VICTOIRE DE FERRARI MAIS… A L’ARRACHEE !..

Lors de l’inter-saison la plupart des écuries ont développé une intense activité. Ferrari, comme BRM et Cooper ont repris à leur compte le concept de structure monocoque que Lotus avait adopté, dès 1962. Pour Ferrari la transition est encore plus grande puisque l’écurie passe du moteur 6 cylindres au V8 sur un nouveau modèle baptisé 158 F1. Cette voiture est la version évoluée de la 156 F1 Aéro. Testée dès septembre 1963, le V8 de F1 débute avec succès en avril au GP de Syracuse (un GP qui est hors championnat du Monde) entre les mains de John Surtees et se lance dans la course au Championnat du monde 1964.

Puissant et compact, le V8 à 90°, 16 soupapes, est implanté en position centrale arrière. De cylindrée 1490cc il  développe une puissance maxi de 210ch à 11.000 tr/min et est alimenté par une pompe d'injection Bosch. Le moteur est couplé à une boîte de vitesses à 5 rapports

Le châssis, semi-monocoque, est constitué d’un treillis de tubes en acier sur lesquels sont rivetés les panneaux de carrosserie en aluminium. Deux réservoirs répartissent les 125 litres d’essence. Pour diminuer la résistance aérodynamique, les ressorts hélicoïdaux et les amortisseurs avant ont été placés à l'intérieur du châssis.

Le début de saison sera effectué chez Ferrari avec l’ancienne 156 F1 Aéro  V6 et la nouvelle 158 F1 V8. Lors des deux derniers GP ce sont une 158 F1 et la toute nouvelle F1512 12 cylindres « à plat » qui seront alignées cote à cote.

Dans les différentes écuries on constate une certaine stabilité au niveau des pilotes : Ferrari continue avec John Surtees et Lorenzo Bandini intégré dans l’équipe à la fin de la saison dernière. BRM conserve également son duo Graham Hill-Richie Ginther. Quant à Cooper il récupère l’ancien champion du Monde Phil Hill accompagné de Bruce McLaren fidèle à l’équipe depuis ses débuts. Honda fera son entrée en cours de saison avec des ambitions affichées, ce qui constitue une première pour le championnat de Formule 1.

La saison 1964 se déroule sur 10 Grands Prix : ouverture à Monaco en mai puis GP des Pays Bas, GP de Belgique, GP de France, GP de Grande Bretagne, Gp d’Allemagne, GP d’Autriche, GP d’Italie, Gp des Etats-Unis, Gp du Mexique. Pas de course cette année en Afrique du Sud.

Bien évidemment, à l’ouverture de la saison à Monaco, tout le monde a les yeux fixés sur Jim Clark qui a presque tout gagné l’année dernière. Mais l’Ecossais a des ennuis mécaniques sur sa Lotus qui lui font perdre beaucoup de temps et c’est Graham Hill qui va l’emporter.

Deux semaines plus tard Clark prend sa revanche aux Pays-Bas et revient aux points au niveau de son rival Graham Hill.

En Belgique Jim Clark l’emporte à nouveau après une fin de course épique : après quelques soucis moteur sur sa Lotus, il est en quatrième place à 2 tours de l’arrivée. Le leader Dan Gurney sur Brabham-Climax tombe alors en panne d'essence dans son avant-dernier tour, Graham Hill lui succède en tête mais connaît la même mésaventure dans le tout dernier tour. La victoire est servie sur un plateau pour Bruce McLaren mais le néo-zélandais tombe en panne de batterie en vue du drapeau à damiers : McLaren pense pouvoir se traîner en roue libre jusqu'à l'arrivée mais il se fait déborder par Clark sur la ligne.

Au GP de France Dan Gurney assure la première victoire de Brabham en GP et rattrape sa mésaventure de Belgique. Deuxième Graham Hill qui remonte aux points derrière Jim Clark. Le duel Graham-Hill-Jim Clark est engagé. C’est à cette bagarre que l’on assiste en Grande-Bretagne où c’est finalement Jim Clark qui signe sa troisième victoire de la saison. Au GP d’Allemagne Honda fait son entrée en piste et malgré tous les efforts du constructeur nippon sa voiture est très en deçà des concurrentes. Alors que l’on attend encore une empoignade Hill-Clark c’est Ferrari avec John Surtees qui l’emporte comme l’an dernier. Clark a été contraint d’abandonner et Graham Hill qui s’empare de la deuxième place reprend la tête du championnat.

 

 ferrari f1 158 1964 02

 

Le GP d’Autriche se déroule sur un ancien aéroport militaire qui s’avère très cassant pour les monoplaces. Beaucoup d’abandons sur ennuis mécaniques dont Hill, Clark et Surtees ce qui va bien faciliter la tache de Lorenzo Bandini qui remporte l’épreuve sur sa Ferrari. La Scuderia se sent pousser des ailes : à Monza John Surtees remporte la troisième victoire consécutive pour Ferrari. Du coup le championnat est totalement relancé car Surtees revient à deux points de Clark et à quatre de Hill. Fragile leader du championnat, Hill aborde les deux dernières épreuves du championnat dans une position très inconfortable.

Pour l'avant-dernière épreuve du championnat, aux Etats-Unis, la Scuderia Ferrari est absente. Enzo Ferrari souhaite ainsi marquer sa colère devant le refus de la CSI d'homologuer en catégorie GT la Ferrari 250 LM. Un forfait symbolique puisque les Ferrari sont engagées sous la bannière du NART de Luigi Chinetti, l'importateur Ferrari en Amérique du Nord (d'où les curieuses couleurs bleu et blanche arborées par les voitures de Surtees et Bandini). Trois générations de Ferrari se rencontrent en ce dimanche d'automne: la 156 d'hier qui termine sixième avec Pedro Rodriguez au volant, la 158 (210ch à 11.000 tr/min) d'aujourd'hui avec Surtees et la 512 de demain (220ch à 11.500 tr/min) de Bandini, qui a été présentée lors des essais du Grand Prix d'Italie.

La course est remportée par Hill devant Surtees, tandis que Clark, dont la série noire se poursuit, est contraint à un quatrième abandon consécutif alors qu'il menait la course. Au championnat, Hill ne reprend qu'un seul point à Surtees et ne compte donc que 5 longueurs d'avance sur l'ancien motard au moment d'aborder l'ultime manche de l'année au Mexique.

Ce GP du Mexique doit donc départager les trois prétendants au titre mondial. À 35 tours de l'arrivée, Clark est en tête devant Gurney tandis que Hill est troisième devant Bandini et Surtees cinquième. Pour Hill, même s'il va devoir retrancher les points de sa quatrième place de Zandvoort, cette position est synonyme de titre mondial. Mais il est percuté par Lorenzo Bandini et est obligé d'observer un long arrêt au stand. Hill repart loin des points et Jim Clark devient virtuel champion du monde puisqu'à ce stade de la course il reprend 6 points à Surtees et 9 points à Hill avec le bénéfice d'un plus grand nombre de victoires. A deux tours de l'arrivée, Clark vole vers son deuxième titre mondial consécutif lorsqu'une fuite d'huile met fin à ses efforts. Gurney prend la tête de la course devant Bandini et Surtees ce qui signifie que Graham Hill devient champion du monde pour un tout petit point. Mais, laissant volontairement passer Surtees en vue de l'arrivée, Bandini offre à son coéquiper deux points, suffisants pour qu'il coiffe la couronne mondiale.

Double victoire de Ferrari en championnat du monde pilotes et constructeurs mais difficiles victoires obtenues … à l’arrachée !..

Principales victoires Ferrari :

GP d’Allemagne (John Surtees)

GP d’Autriche (Lorenzo bandini)

GP d’Italie (John Surtees)

 

Le classement final  des pilotes:

1er John Surtees  Royaume-Uni (Ferrari)  40 points

2e Graham Hill  Royaume-Uni  (BRM) 39 points

3e Jim Clark  Royaume-Uni (Lotus-Climax)   32 points

Le classement constructeurs

1er Ferrari  Italie   45 points

2e BRM  Royaume-Uni 42 points

3e Lotus-Climax  Royaume-Uni  37 points

 

ferrari f1 158 1964 03 

ferrari_f1_158_1964_05.jpg

  ferrari_f1_158_1964_06.jpg

 

ferrari_f1_158_1964_07.jpg

 

ferrari_f1_158_1964_08.jpg 

 

ferrari_f1_158_1964_10.jpg

 

ferrari_f1_158_1964_12.jpg

 

 

ferrari_f1_158_1964_13.jpg

 

 

ferrari_f1_158_1964_14.jpg

 

 

ferrari_f1_158_1964_16.jpg

 

 

ferrari_f1_158_1964_17.jpg

 

 

ferrari_f1_158_1964_19.jpg

 

 

ferrari_f1_158_1964_21.jpg

 

 

ferrari_f1_158_1964_22.jpg

 

 

ferrari_f1_158_1964_23.jpg

 

 

 

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Champion du Monde des Pilotes : John SURTEES sur Ferrari F1 158 ______________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

   

   john-Surtees-champion-monde-pilotes-1964_02.jpg

 

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

Champion du Monde des Constructeurs : FERRARI (Ferrari 158 F1) 

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 ferrari f1 158 1964 06

 

 

 

Je recommande à tous les passionnés de l'automobile et de son histoire les remarquables sites (en anglais) cités ci-dessous. Ils présentent, outre des commentaires et données techniques très complètes, de magnifiques photos sur la production automobile mondiale

ultimatecarpage.com

supercar.net

f1-history.deviantart.com

mais il y a aussi un site en Hongrois sur lequel il faut se contenter de regarder les photos :

autogaleria.hu

 

Vous pouvez retrouver d'autres véhicules,  tout aussi exceptionnels,  dans la rubrique "VOITURES DE   LEGENDE" de ce blog  ou en vous inscrivant à la Newsletter (voir ci-contre)

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens