Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 09:00

 

euro-depreciation.jpg

 

Malgré les messages rassurants envoyés par bon nombre de dirigeants européens et par le FMI, malgré la solidarité des pays membres vis à vis de la Grèce, la dépréciation de l'Euro par rapport au Dollar ne s'arrête pas.

 

L'euro cote sous 1,28 dollar et abandonne 3% depuis le début du mois. La monnaie unique souffre de la défiance des investisseurs face à des risques de contagion de la crise grecque à d'autres pays européens.

 

Le sauvetage de la Grèce n'y a rien fait. Les investisseurs restent inquiets en Europe : le CAC 40 a perdu mercredi 5 mai encore plus de 1,44% et s'est rapproché rapidement des 3.600 points, la Bourse de Francfort a reculé de 0,81%, sous les 6.000 points à 5.958,45 points, la Bourse de Londres a plié de 1,28% à 5.341,93 points.

 

Alors que l'euro a évolué ces dernières semaines au rythme des rebondissements sur l'aide financière dont avait besoin la Grèce pour ne pas faire faillite, l'on pouvait s'attendre à ce que la monnaie unique réagissent positivement à l'entente des pays de la zone euro, du FMI et d'Athènes.

 

Mais les craintes de la contagion de la tragédie grecque se sont tout de suite fait sentir et s'accentuent de jour en jour. Mardi, la panique a eu raison de la planète finance, sur fond de rumeur «assassine», largement démentie par Madrid, selon laquelle l'Espagne pourrait demander 280 milliards d'euros au FMI et pourrait voir sa note dégradée par Fitch et/ou Moody's. Ce qu'elles ont également démenti. S&P a, lui, abaissé la sienne la semaine dernière.

Puis mercredi, la tempête est venue de la menace de dégradation de la notation de la dette souveraine du Portugal par Moody's.

 

 

L'euro à 1,25 très vite

  

Depuis que l'euro a cassé le support technique de 1,3280, la monnaie unique ne cesse de se déprécier. Ce jeudi matin, il cote carrément sous 1,28 dollar, à 1,2770 dollar pour un euro, bien loin de 1,5144 dollar atteint le 25 novembre 2009. L'Euro est au plus bas depuis un an face aux 16 principales devises du monde.

 

«Le prochain support est à 1,2450 dollar», rappelle le président de Saxo Banque, Pierre-Antoine Dusoulier, et assure qu'il pourrait être atteint très rapidement, «dans les jours qui viennent».

 

Si l'euro reste à des niveaux «sains pour l'économie européenne», ce repli témoigne de l'ampleur de la crise que traverse le Vieux Continent. De tels écarts de cotation en si peu de temps sont d'accoutumée très surveillés par la Banque centrale européenne (BCE), qui n'a pourtant pas encore prononcé de discours ou d'intention à ce stade.

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

B

La très grande majorité des commentateurs européens considère comme un début de catastrophe le fait que l’euro se soit déprécié par rapport au dollar. Regardons-y de plus près.


L’euro qui valait 1$45 en début d’année ne vaut plus que 1$28 aujourd’hui. Un américain pourra avec 1$28 aujourd’hui acheter une marchandise européenne valant un euro, il ne le pouvait pas en début
d’année. Un Européen ne pourra plus acheter comme il le faisait en début d’année une marchandise américaine valant 1$45. Le commerce extérieur de l’Europe ne peut que s’en trouver raffermit et, de
ce point de vue, la perte de valeur de l’euro par rapport au dollar est tout à fait bénéfique.
Certaines considérations peuvent toutefois tempérer ce premier constat, par exemple la considération que les entreprises européennes sont plus faciles à acheter pour les fonds de pension américain.
Cette considération ne paraît toutefois pas de nature à emporter la conviction tant il apparaît que l’euro est depuis longtemps surévaluer par rapport au dollar.

Les inquiétudes quant à la baisse de l’euro peuvent s’expliquer de trois façons :

-Une ignorance du mécanisme fondamental des échanges internationaux
-Voir la spéculation internationale attaquer l’euro, monnaie extrêmement forte, non pas seulement des pays comme l’Allemagne qui pour des raisons historiques ont une tradition socio-économique de
monnaie forte. Mais aussi monnaie de pays qui comme la Grèce, l’Italie, l’Espagne, voir la France sont des pays de monnaies faciles ou la chute du cours de la monnaie était souvent la solution
donnée à des contradictions internes, sociales ou économiques. La chute de la monnaie n’étant plus possible quand leur monnaie est devenue l’euro, les contradictions doivent trouver les solutions
ailleurs et par exemple, dans le cas de la Grèce, dans un déficit des finances publiques incontrôlé. La crainte est alors que la spéculation n’attaque une construction monétaire plaquée sur des
types de fonctionnement sociaux et économiques extrêmement différents.
-Qu’une pratique continue de monnaie fondante et facile n’entraîne une dissolution des liens sociaux comme dans l’Allemagne de l’après 1ere guerre mondiale ou certains observateurs voient dans
l’hyper-inflation un des éléments qui ont permis l’avènement du nazisme.

La réflexion sur l’euro doit prendre en considération ces éléments sous peine de voir se creuser le fossé entre une construction monétaire rigide et sans articulations et la réalité économique très
contrastée des pays qui composent l’Europe monétaire d’aujourd’hui.
Plus précisément l’affaiblissement de la valeur de l’euro dans une situation de crise est de risque de spéculation, est un facteur qui permet de mieux résister à cette spéculation et à cette crise.


Répondre

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens