Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 11:00

Joseph-Kabila-et-Francois-Hollande-Republique-democratique-.jpg

 

 

La République démocratique du Congo "n'est pas du tout complexée par le niveau de démocratie, de liberté, de la situation des droits de l'Homme", a affirmé dimanche 15 octobre son président, Joseph Kabila. Il répondait directement au chef de l'Etat français, qui avait jugé samedi, lors du sommet de la Francophonie, la situation dans ce pays "inacceptable".

François Hollande avait tenu un discours de fermeté, samedi 14 octobre dernier à l'occasion du sommet de la Francophonie en République démocratique du Congo, vis-à-vis de la situation "tout à fait inacceptable" dans ce pays. Et ce, "sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l'opposition", avait précisé François Hollande, qui avait profité de son séjour en Afrique pour rencontrer le principal opposant de ce pays, Etienne Tshisekedi.

Mais le chef de l'Etat congolais, Joseph Kabila, s'est défendu face à ces critiques dimanche, en  clôture du sommet de la Francophonie. "La République démocratique du Congo, notre pays, est fier de la démocratie exercée dans ce pays. La RDC n'est pas du tout complexée par le niveau de démocratie, de liberté, de la situation des droits de l'Homme", a-t-il déclaré devant la presse.

"La bataille pour les droits de l'Homme demeure"

Joseph Kabila avait rencontré brièvement samedi 14 octobre son homologue français, dès l'arrivée de ce dernier dans la capitale, Kinshasa. Un entretien "franc et direct", avait indiqué la présidence française. Lors de l'inauguration d'une médiathèque de l'Institut français de la ville, François Hollande avait réaffirmé que "la bataille pour les droits de l'Homme demeure" dans ce pays où "il y a encore des réalités inacceptables". De tels propos, déjà tenus quelques jours plus tôt à l'Elysée, avaient suscité la colère du gouvernement congolais qui lui avait suggéré de "compléter son information" pour rendre son voyage en République démocratique du Congo "très utile".

Au pouvoir depuis 2001, réélu en 2011 à l'issue d'un scrutin contesté, Joseph Kabila est régulièrement confronté à des conflits à l'Est du pays, dans les zones frontalières avec le Rwanda et le Burundi. Dans une résolution - non contraignante - sur la situation en RDC, l'organisation de la Francophonie a ainsi condamné dimanche "les violations massives des droits de l'Homme et du droit humanitaire dans l'Est de la RDC, en particulier les meurtres de civils, le déplacement de populations, le recrutement d'enfants soldats et les violences sexuelles".

Démocratie "par conviction"

En réponse, le président a expliqué que "les violations des droits de l'homme, principalement à l'Est du pays, sont dues à la guerre qui est imposée [au pays] depuis maintenant sept ou huit mois dans le territoire de Rutshuru (est) et plusieurs localités". Au sujet du respect de la démocratie en RDC, Joseph Kabila a indiqué que celle-ci était pratiquée "par conviction". "Conviction, et non pas par contrainte. C'est notre choix, nous sommes déterminés et nous pensons être sur la bonne voie", a-t-il ajouté.

Face aux critiques, notamment formulées par François Hollande, le président a assuré qu'il fallait se poser trois questions : "Qui avait supprimé la démocratie dans ce pays? Qui avait rétabli la démocratie dans ce pays? Qui a peur de la démocratie en RDC?". Une allusion aux 32 ans de dictature du maréchal Mobutu Sese Seko, renversé en 1997 par Laurent Désiré Kabila, son père. "Je n'aurai pas le temps de donner une réponse à chaque question", a-t-il conclu, comme pour trancher le débat.

Au côté de Joseph Kabila pendant la conférence de presse, la ministre française de la Francophonie, Yamina Benguigui, a quant à elle présenté la RDC comme un "immense pays avec une jeune démocratie". "Si l'on peut apporter un peu plus sur la situation des droits de l'Homme, ce pays, déjà très grand, sera beaucoup plus fort", a-t-elle affirmé. Le président Kabila n'a toutefois pas tenu à saluer Yamina Benguigui au moment de quitter la conférence de presse.

 

 

Source : leJDD.fr 15-10-2012

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

Partager cet article

Repost0

commentaires

facon 17/10/2012 18:11

J’ai vécu dans ce pays il y a 25 ans et quand on succède à Mobutu Sesse Seko que j’ai vu œuvrer au pouvoir, on ne forcément peut que mieux faire … Mobutu se permettait tout, même de faire sauter de
ses avions des étudiants contestataires sans parachute … sans pour autant faire hurler la planète. A ce que je sache notre pays n’en est pas encore là.

Ce pays africain immense et très riche en matières premières a eu la chance d’être colonisé par les Belges qui ont réalisé, dans l’ex zaïre, une colonisation absolument exemplaire et trop méconnue.
C’est leur retrait, jamais remplacé (assassinat de Patrice Lumumba), qui a permis à une succession de dictateurs de mettre le pays en coupe réglée pour leur seul profit, ceci avec la complicité de
tous les pays. Rappelons que les observateurs mondiaux avisés estimaient la fortune personnelle de Mobutu comme la plus importante au monde, équivalente à la dette du pays !

Constatez comme moi que les kabilas (père et fils) n’ont jamais cherché à rapatrier cette fortune qui appartient au peuple alors que Mobutu est mort depuis plus de dix ans. Pourquoi ?

Pour la première fois un Président français s’adresse clairement et publiquement à un dictateur pour lui dire, en direct, que rien ne va plus, ce n’est déjà pas si mal car je n’avais jamais entendu
un tel discours. Il a fallu beaucoup de convictions à notre Président pour rencontrer le principal opposant au régime, véritable affront pour le dictateur en place, message d’espoir à une
population terrorisée par une armée corrompue et sanglante.

Contrairement à certaines affirmations gratuites, la politique de la France va, pour la première fois depuis 50 ans, être plus courageuse, il était temps. Souvenez vous du décès de Bongo où Chirac,
Sarkozy accouraient présenter leurs condoléances à son fils qui a «pris» le pouvoir pour vivre comme un monarque respecté uniquement parce qu’il a le pétrole …

Hollande a fait preuve de courage et c’est très bien. Rarement notre politique étrangère s’exprime sur nos vraies valeurs. La défendre les Droits de l’homme en Afrique n’a rigoureusement rien à
voir avec nos critères, il faut avoir vécu sur ce continent pour avoir une «petite idée» quant à l’ampleur de la tâche à accomplir.

Que voulez vous faire de plus ? Renouveler l’opération de Libye ?

En ce qui me concerne le discours de Hollande me suffit, il ne restera pas sans suites internes, j’en suis certain et Kabila le sait parfaitement … Affaire à suivre …

Xav 16/10/2012 12:53

Et la photo ! Regardez la tête des gens autour de lui !!!!! Non mais c'est le festival du ridicule ! Je vous la pique pour la twitter !

Xav 16/10/2012 12:52

Hollande qui joue la carte de l'arrogance en Afrique... ça me rappelle Jean Lefebvre qui fait le méchant devant Lino Ventura dans "ne nous fâchons pas". Si la France entretien de tels rapports avec
ces gens là, c'est qu'il y a des intérêts en jeu ! Le présiflan devrait le savoir ! C'est pas la peine d'arriver un fanfaronnant !
Les droits de l'homme ? Allez parlons en ! Vu l'état des prisons en France, vu le climat dans les cités, les banlieues, les grandes villes, dans les collèges et les lycées, il ferait bien de
balayer devant sa porte le Hollande !

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens