Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 12:00

Sarkozy-Fillon-dix-ans-de-rigueur.jpg

 

Depuis des mois on nous a abreuvé de chiffres, souvent erronés, souvent contradictoires. Mais cette fois les choses sont claires : le gouvernement, quel qu’il soit, doit dégager 20 milliards d’euros d’économies par an d’ici à 2016 pour rétablir les comptes de la France. Nicolas Sarkozy et François Fillon ne cessent de miser sur un retour de la croissance, qui renflouerait les caisses automatiquement. Mais dans les mois qui viennent, rien n’est moins sur !..

La crise que nous traversons va encore durer "de trois à cinq ans", selon un ministre qui connaît bien l’économie. Peut-être même dix ans, à écouter la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, qui craint "une décennie perdue" pour l’Europe. La crise de la dette est loin d’être finie. Du coup, pour redresser ses comptes, la France serait promise à de longues années de rigueur. L’enjeu est de taille. Le déficit public est attendu cette année à 5,7 % du PIB. Le gouvernement ambitionne de revenir à zéro en 2016. Soit un effort de plus de 20 milliards d’euros par an. Les deux plans annoncés par François Fillon pour 2012 approchent cette enveloppe (18 milliards d’euros au total).

Où trouver une telle somme chaque année ?

Mais où donc trouver une telle somme chaque année ? Jeudi 1er décembre dernier, à Toulon, Nicolas Sarkozy a promis d’"éliminer nos mauvaises dépenses". Seule mesure concrète évoquée, le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite sera maintenu. Il rapporte un milliard d’euros par an. À Bercy, on estime que les rails sont posés : "Nous avons mis en œuvre des dispositifs de maîtrise des dépenses." Et l’on cite la révision générale des politiques publiques, la réforme des retraites, le gel des dotations aux collectivités locales, le frein aux dépenses de santé. Est-ce que tout cela fait bien le compte ? Probablement non. D’autres mesures seront nécessaires..

Contenir les dépenses et particulièrement la Sécu

En fait, tout dépend de la croissance. Si elle ne revient pas, les économies à réaliser représentent 2 % des dépenses des ministères, de la Sécurité sociale et des collectivités locales. Mais, dans ses prévisions, le gouvernement voit le PIB progresser de 2 % l’an à partir de 2013. Si un tel scénario se vérifie, les recettes d’impôts et de cotisations sociales vont grimper et renflouer automatiquement les caisses d’une vingtaine de milliards par an. Autrement dit, l’objectif serait atteint grâce à la reprise économique.

"À condition de tenir les dépenses!", insiste-t-on dans l’entourage de François Baroin, ministre de l’Économie. "Il faudra continuer de prendre des mesures, surtout pour la Sécurité sociale, car c’est le budget qui augmente le plus. Donc, chaque année, il faut des dispositions sur le médicament, l’hôpital, sans oublier de responsabiliser les professions libérales, en leur demandant des contreparties", explique-t-on à Bercy, où l’on considère que la désorganisation des soins entre les établissements hospitaliers et la médecine de ville "coûte très cher".

Les recettes de Fillon

L’actuelle majorité, si elle est reconduite l’an prochain, dispose d’autres boîtes à outils pour renflouer les caisses en cas de besoin. L’idée d’une nouvelle "journée de solidarité" (la suppression d’un jour férié) n’est pas abandonnée, comme la suppression de niches fiscales et sociales. Cet été, un rapport de l’Inspection des finances a établi qu’un dispositif fiscal sur cinq était sans effet pour l’économie. Soit 11,7 milliards d’euros gâchés. Ces niches pourrait être purement et simplement supprimées et ceci assez rapidement si nécessaire.

Les recettes de Hollande

La piste des niches fiscales annoncées comme inutiles par l’Inspection des Finances est également privilégiée par la gauche. Si les socialistes reviennent au pouvoir l’an prochain, ils devraient surtout réduire les cadeaux fiscaux. François Hollande, qui s’est engagé, comme Nicolas Sarkozy, à ramener le déficit public à 3 % du PIB en 2013, n’a certes pas encore détaillé les mesures qu’il préconise. Mais ses lieutenants en ont donné un avant-goût. Jérôme Cahuzac veut abroger le paquet fiscal de 2007. Le président de la commission des finances à l’Assemblée estime que les dispositifs de la loi Tepa - bien que largement remaniés par le gouvernement - coûtent encore près de 10 milliards d’euros à l’État. L’exonération fiscale des heures supplémentaires serait donc supprimée, ce que demandent aussi les syndicats.

Côté dépenses, l’ancien ministre de l’Économie Michel Sapin, en charge du projet présidentiel de Hollande, a fait comprendre que les 60.000 créations de postes dans l’Éducation nationale devraient être compensées par autant de suppressions dans d’autres ministères. De son côté, François Bayrou veut relever la TVA et créer des tranches d’impôt nouvelles pour les riches. Chez les Verts, Eva Joly penche aussi pour des hausses de prélèvements.

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens