Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 19:00

 

Le « job » est probablement harassant, il n’est pas « facile » comme se plaît à le rappeler Nicolas Sarkozy, et pourtant les candidats à la candidature se pressent. Ils étaient 22 lors du bilan que nous avions fait en juin dernier. Tous très déterminés, disant qu'ils iraient «  jusqu’au bout », d’autres qui attendaient de voir venir, d’autres encore qui avaient leur candidature soumis aux résultats d’une « primaire », d’autres enfin qui n'avaient pas l'intention d'aller jusqu’aux élections mais qui pensaient utiliser cette tribune pour faire passer quelques idées auxquelles ils sont attachés. Depuis les deux dernières élections présidentielles les Français, et aussi les candidats, savent qu'il peut tout arriver..Qu’un scrutin comme celui-ci peut produire des résultats très surprenants. Alors les faits que personne n’a oublié alimentent bien sur les réflexions de certains des candidats potentiels.  

La règle des 500 signatures à joué à peu près son rôle : éliminer les "farfelus" (pas tous) mais aussi privé le débat de quelques voix qui auraient peut-être été utiles.. Ils sont finalement 10 qui vont s'affronter durant la campagne officielle qui s'ouvre. Nous vous les présentons dans un "trombinoscope" et un "cv" dans lesquels ils sont placés dans l'ordre du tirage au sort exécuté par le Conseil Constitutionnel pour l'attribution des panneaux électoraux.

 

 

Nathalie-Arthaud-Arlette-Laguiller.jpg 

 

Nom : Arthaud

 

Prénom : Nathalie

 

Date et lieu de naissance : 23 février 1970 à Peyrins (Drôme)

 

Origines familiales :

Fille d’un couple de commerçants. Son père est garagiste et sa mère aide à la comptabilité. Elle a un frère et une sœur.

 

Situation familiale :

Par choix, elle préfère ne pas se marier et ne pas avoir d’enfant pour l’instant. Elle est aujourd’hui encore professeur d’économie et gestion en terminale, section technique, dans un lycée de Seine-Saint-Denis.

 

Etudes :

Elle part s’installer à Lyon dans le milieu des années 1980 pour suivre un cursus sport-études en volley. Elle devient pensionnaire au lycée Lumière. Une fois diplômée, elle passe le concours d’enseignant et le réussit. Elle est également titulaire d’un Capes et d’une agrégation d’économie et gestion.

 

Parcours politique :

Elle commence à militer à 18 ans, au lycée.

 

Mandats en cours :

Conseillère municipale Lutte ouvrière (LO) chargée de la jeunesse à Vaulx-en-Velin (Rhône) depuis 2007.

 

Fonctions politiques passées :

En 2005, elle est désignée porte-parole de LO pour la région Rhône-Alpes. Deux ans plus tard, elle est désignée porte-parole d’Arlette Laguiller pour la campagne présidentielle. Elle est nommée porte-parole nationale du parti en décembre 2008.

 

Précédente candidature à la présidence de la République :

Aucune

 

Signe distinctif :

A gauche, elle est la candidate qui a été désignée le plus tôt, en décembre 2010.

 

Hobbies :

La lecture (elle a chez elle une bibliothèque remplie d’ouvrages de Milan Kundera, Carlos Fuentes, Victor Hugo ou encore Jacques Prévert), le sport (particulièrement les sports collectifs et la course à pied), la musique.

 

 

  Jacques-Cheminade.jpg

 

Nom: Cheminade

 

Prénom : Jacques

 

Date et lieu de naissance : 20 août 1941 à Buenos Aires (Argentine)

 

Origines familiales :

Sa famille, d’origine auvergnate, s’est installée en Argentine au début du siècle, comme beaucoup d’émigrants de cette époque, pour échapper à un monde difficile pour les fils et les filles de familles modestes. Son père est entrepreneur, sa mère institutrice et universitaire. Il quittera l'Argentine à l'âge de 17 ans pour arriver en France en 1959.

 

Situation familiale :

Célibataire, sans enfant

 

Etudes :

En Argentine, il étudie au collège français de Buenos Aires. L’enseignement y est dispensé à la fois en français et en espagnol. En 1960, il entre à HEC à Paris. Il obtient son diplôme en 1963 et également une licence de droit en 1965. Entre 1966 et 1967, il fait son service militaire dans la Coopération à Tegucigalpa (Honduras). Puis en 1967, il entre à l'ENA, dans la promotion Jean Jaurès, dont il sortira en 1969.

 

Partis Politiques :

Il intègre et préside le Parti ouvrier européen (POE) en 1982, qui deviendra la Fédération pour une nouvelle solidarité en 1991. Depuis 1996, Jacques Cheminade est à la tête de Solidarité et progrès, une association de la loi 1901 qui lui sert de parti politique. Il a toutefois abandonné le présidence le temps de la campagne.

 

Parcours politique :

Après avoir rencontré en 1974 Lyndon LaRouche, figure de proue du parti travailliste américain et plusieurs fois candidat à l'investiture démocrate, Jacques Cheminade s’engage dans la politique. Il est pour la première fois candidat aux élections législatives de 1978, dans la 25e circonscription de Paris, il obtient 0,12 % des voix. Fonctionnaire à la Direction des relations économiques extérieures du ministère de l’Economie et des Finances de 1969 à 1981, il démissionne 6 mois avant de pouvoir toucher la retraite des hauts-fonctionnaires. En 1981, il ne parvient pas à réunir les 500 signatures pour concourir à la présidentielle. Il fonde alors le Parti ouvrier européen l’année suivante, qui deviendra au final le parti Solidarité et progrès. En 2004, sa liste Nouvelle Solidarité recueille 3.130 voix (0,11 %) aux élections européennes en Ile-de-France. En 2005, il fait activement campagne pour le "non" au référendum du 29 mai. En 2012, le retraité Jacques Cheminade est de nouveau candidat à la présidentielle.

 

Mandats en cours :

Aucun.

 

Fonctions politiques passées :

Aucune.

 

Précédente candidature à la présidence de la République :

En 1995. Il avait obtenu 0,28% des voix.

 

Signe distinctif :

Il a la nationalité franco-argentine

 

Hobbies :

La préhistoire, la musique classique, les champignons et les chats.

 

 

 bayrou-sarkozy-exclu.jpg 

Nom : Bayrou

 

Prénom : François

 

Date et lieu de naissance : 25 mai 1951 à Bordères (Pyrénées-Atlantiques)

 

Origines familiales :

Fils d’un petit cultivateur, Calixte Bayrou, et d’une couturière, Emma Sarthou, il a une soeur, Lucienne; son père fut maire de Bordères de 1947 à 1953 et ses parents lui ont transmis le goût de la littérature, sacralisée chez les Bayrou.

 

Situation familiale :

Marié à Elisabeth Bayrou, qu’il surnomme Babeth, depuis 1971; ils ont six enfants.

 

Etudes :

 Il entre au lycée de Nay (Pyrénées-Atlantiques) avant un an d’avance, puis suit des études en hypokhâgne au lycée Montaigne de Bordeaux. Il échoue au concours de l’Ecole normale supérieure et s’inscrit ensuite à l’Université Bordeaux III. Il obtient l’agrégation de lettres classiques à 22 ans et devient professeur.

 

Parcours politique :

Venu à la politique par le christianisme social, il est élu au Conseil général des Pyrénées-Atlantiques en 1982, où il restera jusqu’en 2008. Il a échoué deux fois aux élections municipales à Pau, en 1989 et 2008. A la tête de l’Union pour la démocratie française (UDF), il a vécu le départ de ceux qui ont rejoint l’UMP en 2002. Il s’est imposé en 2007 comme le troisième homme de la présidentielle, mais l’UDF n’a pas survécu à ce succès. De nombreux centristes ayant rallié Nicolas Sarkozy, il a alors fondé le Mouvement démocrate (MoDem), dont il est toujours le président.

 

Mandats en cours :

Député des Pyrénées-Atlantiques depuis 1986, conseiller municipal à Pau.

 

Fonctions politiques passées :

Ministre de l’Education nationale de 1993 à 1997, président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques de 1992 à 2001, député européen de 1999 à 2002, président de l’UDF (1998-2007).

 

Précédente candidature à la présidence de la République :

2002 (6,84% au premier tour), 2007 (18,57% au premier tour).

 

Signe distinctif :

Auteur de deux best-sellers, Henri IV et Abus de pouvoir, il signe lui-même ses discours.

 

Hobbies :

Féru de littérature, il aime aussi jouer au poker, se passionne pour le rugby – surtout les Verts et blancs de la Section paloise – et élève des chevaux à Bordères.

 

 

 Nicolas-Dupont-Aignan.jpg 

Nom : Dupont-Aignan. À l'état civil, il est inscrit sous le nom de Nicolas Dupont. A titre d'usage, le nom de jeune fille de sa mère a été ajouté après celui de son père.

 

Prénom : Nicolas

 

Date et lieu de naissance : 7 mars 1961 à Paris (15e)

 

Origines familiales :

Benjamin d’une famille de trois enfants. Son père, commercial dans le vin, a été chasseur-alpin, fait prisonnier et évadé pendant la Seconde guerre mondiale. Sa mère a été artiste-peintre. Son grand-père a été l’un des premiers aviateurs lors de la Grande Guerre.

 

Situation familiale :

Marié et père de deux filles.

 

Etudes :

Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques - DESS des gestions de l’entreprise et marchés financiers obtenu à l’université de Paris-Dauphine - Diplômé de l’ENA (Promotion Liberté-Égalité-Fraternité), aux côtés notamment de Jean-François Copé et de Renaud Dutreil.

 

Partis politiques :

Membre du RPR jusqu’en 1999. Secrétaire général et porte-parole du Rassemblement pour la France (RPF), parti souverainiste issu de la liste conduite par Charles Pasqua aux élections européennes de 1999. Démissionne du RPF en 2000 et participe en 2002 à la création de l’UMP. Démissionne de l’UMP en janvier 2007 et transforme Debout la République en parti politique en mars 2007.

 

Parcours politique :

En 1992, Il s’engage aux côtés de Philippe Seguin dans la campagne contre la ratification du Traité de Maastricht. Entre 1993-1995, il est successivement chef de cabinet puis conseiller technique de François Bayrou (UDF), ministre de l’Éducation nationale (1993-1994), puis conseiller technique pour l’emploi, l’écologie urbaine et le bruit dans le cabinet de Michel Barnier (RPR), ministre de l’Environnement (1994-1995).

 

Philippe Seguin, nouveau président du RPR le nomme secrétaire aux Fédérations du RPR. En juin 1999, en désaccord avec le parti sur la ratification du Traité d’Amsterdam, à laquelle il s’oppose, il rejoint Charles Pasqua et Philippe de Villiers pour créer le Rassemblement pour la France (RPF). Après la victoire de Jacques Chirac à la présidentielle de 2002, il rallie la majorité, dont Debout la République, son association, devient un courant gaulliste. En désaccord avec Nicolas Sarkozy, il annonce son départ de l'UMP le 13 janvier 2007 et institue Debout la République, le 31 mars 2007, en tant que véritable parti politique. Depuis le 9 septembre 2007, Debout la République ne se situe plus dans la majorité présidentielle. Aux régionales de mars 2010, il a réalisé un très bon score en Ile-de-France, presque 5%, dépassant le MoDem, ce qui en fait alors la première alternative à droite.

 

Mandats en cours :

Maire de Yerres, dans l’Essonne. Député de la 8e circonscription de l’Essonne. Président de la communauté d'agglomération du Val-d'Yerres. Président de Debout la République.

 

Précédente candidature à la présidence de la République :

Une seule en 2007, avortée faute d’avoir obtenu les 500 signatures.

 

Signe distinctif :

Nicolas Dupont-Aignan a écrit plusieurs ouvrages sur le thème de l’Europe, dont L’Europe va dans le mur. Elle accélère. Et elle klaxonne ! en 2004, Ne laissons pas mourir la France et J'aime l'Europe je vote Non, en 2005. Il a également publié Osons la France, Français, reprenez le pouvoir !

 

Hobbies :

"l'amour de la France et la liberté des peuples du monde entier", selon sa page officielle Facebook

 

 

 

 

francois-hollande-grimpe-sondages.jpg 

Nom : Hollande

Prénom : François

Date et lieu de naissance : 12 août 1954 à Rouen (Seine-Maritime)

Origine familiale :

Loin de Paris et de la rue de Solferino, François Hollande a grandi dans la banlieue de Rouen, à Bois-Guillaume, jusqu'à ses 14 ans, âge auquel sa famille déménage à Neuilly-sur-Seine. Son père, Georges Gustave, médecin favorable à l'Algérie française, s'est présenté sans succès sur une liste d'extrême droite aux élections municipales de Rouen en 1959 et 1965. Dans le livre de Serge Raffy, Hollande itinéraire secret, il est décrit comme "un chef de famille autoritaire et ombrageux". Sa mère, Nicole Frédérique Marguerite Tribet, était assistante sociale, plus ancrée à gauche. Le socialiste a un grand frère, Philippe, de deux ans son aîné.

Situation familiale :

Jamais mariés, Ségolène Royal et François Hollande ont partagé trente ans de vie commune et ont quatre enfants : Thomas (1984), Clémence (1986), Julien (1987) et Flora (1992). Au soir du second tour des élections législatives de 2007, le couple annonce officiellement sa séparation. Discret sur sa vie privée, François Hollande vit désormais en couple avec la journaliste Valérie Trierweiler, dans le 15e arrondissement de Paris.

Etudes :

Après avoir obtenu son baccalauréat au lycée Pasteur de Neuilly, François Hollande entre à la faculté de droit de Paris avant d'intégrer HEC Paris et l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris. Il sort 7e de la promotion de la promotion Voltaire à l'ENA.

Parcours politique :

D’abord militant à l’UNEF, il adhère au Parti socialiste en 1979. Après l'élection de François Mitterrand en 1981, il devient chargé de mission sur les questions économiques pour l'Elysée, grâce à Jacques Attali. C'est en 1986 que François Hollande est enrôlé dans l'équipe d'experts qui entourent Lionel Jospin. Après une défaite face à Jacques Chirac en 1981, il tient finalement sa revanche aux législatives de 1988 et devient député de Corrèze.

En 1995, il porte la parole de Lionel Jospin durant la campagne présidentielle et s'engage pleinement aux côtés de son mentor. Il devient quelques mois plus tard porte-parole du PS, avant d'accéder à la direction du parti en 1997. Une fonction qu'il occupera pendant onze ans. En 2008, il cède sa place de patron du parti, ce qui donne lieu au calamiteux congrès de Reims, dont Martine Aubry sortira victorieuse. Conditionnant sa candidature à la présidentielle à sa réélection à la tête du Conseil général de Corrèze, il donne le coup d'envoi officiel de sa course à l'Elysée quelques heures après sa victoire aux élections cantonales, depuis son fief de Tulle, le 31 mars 2011.

Mandats en cours :

Député et président du Conseil général de Corrèze

Fonctions politiques passées :

Maire de Tulle de 2001 à 2008, premier secrétaire du PS de 1997 à 2008.

Précédente candidature à la présidence de la République :

aucune

Signe distinctif :

L'humour. On dit souvent que les hommes politiques sont austères. François Hollande est tout sauf ça. Dans sa volonté d'asseoir sa stature d'homme d'Etat, il a délaissé un temps les petites phrases, mais ne peut s'empêcher de temps en temps de glisser un bon mot.

Hobbies :

Discret sur sa vie privée, on sait simplement que François Hollande est un véritable amateur de football. Amoureux du FC Nantes et de l'En-avant Guingamp, ce fan de Platini a joué chez les minimes et les cadets du FC Rouen, dans sa région d'origine. Si ses activités lui prennent beaucoup de temps, il réussit encore quelque fois à rechausser les crampons pour des matchs de charité. On l'a notamment vu jouer en 2008 aux côtés d'Eric Besson et d'Eric Woerth pour l'association France Alzheimer. Et quand il ne regarde pas un match avec son grand copain Jean-Pierre Jouyet, François Hollande aime à écouter Maxime Le Forestier, Léo Ferré ou Benjamin Biolay, ce dernier était d'ailleurs au premier rang lors de son premier grand meeting de campagne au Bourget.

 

 

 

Sources : LeFigaro.fr / LeJDD.fr / LeParisien.fr 

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens