Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 18:00

egypte-Manifestation-contre-dissolution-parlement.jpg

 

 

Décidément l’Egypte a de plus en plus de mal à mettre en place un régime démocratique. La Haute cour constitutionnelle égyptienne a déclaré, jeudi 14 juin dernier, que le Parlement actuel n'avait pas été élu dans des conditions "constitutionnelles" et que sa composition était "entièrement illégale". Les élections législatives, qui se sont tenues de novembre à février dernier et qui ont consacré les Frères musulmans, sont donc invalidées. Par contre, la candidature d'Ahmed Chafiq, l'ex-Premier ministre d'Hosni Moubarak, pour le second tour de la présidentielle qui aura lieu dimanche 17 juin a, quant à elle, été maintenue. Deux « surprises » de taille dans un pays qui tente de mettre en place des institutions mais où le peuple voit la main de l’armée derrière chaque décision.

Un coup d’Etat. Ni plus, ni moins. Les Egyptiens n’ont que ce mot à la bouche, depuis que la Cour institutionnelle a déclaré qu’elle exigeait la dissolution de l’Assemblée du Peuple. Une décision qui a totalement choqué la population qui s’attendait plutôt à une invalidité de la candidature d’Ahmed Chafiq, le dernier Premier ministre sous l’ère Moubarak qui demeure donc candidat pour les prochaines élections présidentielles.

"Incroyable, invraisemblable, on s’attendait à tout sauf à ça ! Ou bien ils sont complètement fous, ou bien ils sont d’un cynisme que je n’ai jamais vu". Mohamed remballe ses affaires et se prépare à aller rejoindre la place Tahrir, comme des milliers d’autres qui refusent la décision de la Haute Cour. « C’est le coup d’Etat le plus lisse auquel le peuple égyptien vient d’assister », confirme Hossam Baghat, directeur du "Egyptien Initiative for Personal Rights" sur son édition en ligne.

Un tour de passe-passe

Le suspense aura été total. La première élection présidentielle post-Moubarak aura été semée d’embûches jusqu’au bout. Et personne n’a vu arriver ce dernier tour de passe-passe. La justice égyptienne a donc maintenu la candidature contestée sur le plan légal d’Ahmed Chafiq, deux jours avant le second tour de la présidentielle où il doit affronter le Frère musulman Mohammed Morsi. La Haute Cour a de fait invalidé une loi qui interdisait aux piliers du régime déchu de se présenter à la présidentielle ou d’exercer des droits politiques pendant dix ans. Cette loi concernait les personnes ayant occupé, notamment, le rôle de Premier ministre.

"Soit la Révolution est morte, soit elle commence"

Non contente d’avoir enterré cette loi, la Haute Cour est allée plus loin en dissolvant un tiers des sièges de l’Assemblée du peuple. Les élections législatives, qui se sont déroulées de novembre à février dernier, avaient débouché sur un Parlement de 508 membres composé pour près de la moitié de Frères musulmans et pour près d’un quart de fondamentalistes salafistes.

Mercredi encore, les candidats étaient occupés à faire campagne. Le matin, Mohammed Morsi, dans une parfaite désorganisation, avait donné rendez-vous à la presse à l’hôtel au cinq étoiles Fairmont. La conférence devait avoir lieu à 11 heures, mais à 12h30 on pouvait encore apercevoir ses gardes du corps attablés devant un café croissant, tandis que le candidat se reposait dans sa suite. La conférence qui suivit fut davantage un prétexte pour Morsi d’attaquer Chafiq que de dérouler un programme proprement dit. Le soir, sur la route de l’aéroport, ce fut au tour de Chafiq d’orchestrer une dernière démonstration de force, en rassemblant des milliers de sympathisants. Et en s’affichant avec la veuve de Sadate, sur une scène géante. Au fond, une fin de campagne qui donnait l’impression d’un combat à la loyale.

La journée de jeudi aura montré que, décidément, rien ne se déroule comme imaginé, en Egypte, depuis la chute de Hosni Moubarak, il y a un an. "Nous avons dû ravaler notre colère, poursuit encore Mohamed, après le premier tour lorsque Chafiq est sorti vainqueur. Mais là, c’est trop. Cela veut dire deux choses : soit la Révolution est morte, soit elle commence". De leur côté, les Frères musulmans, totalement abasourdis par la nouvelle, n’avaient pas encore en fin de journée donné de mot d’ordre pour la suite des événements.

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens