Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 19:00

  classe-france-education.jpg

 

Soucieux de se concilier les professeurs, un électorat important et relativement fidèle, le Parti socialiste s'est jusqu'à présent surtout fait entendre sur la question des effectifs enseignants. Parfois sans ligne directrice très définie concernant ses idées sur l'éducation, il critique surtout les actions du gouvernement en la matière. Dénonçant une «terrible destruction du pacte républicain», la « casse de l’école publique », la gauche entend «refaire de l'école une priorité», affirme Vincent Peillon, conseiller de François Hollande en charge de l'éducation. Alors que des précisions du candidat sont attendues jeudi 9 février prochain, son conseiller explique vouloir faire le pari d'«une réforme globale de l'éducation». Sa méthode? «Il faut d'abord une entrée pédagogique.» Car si on se contente d'évoquer les décrets de 1950 qui régissent toujours aujourd'hui les horaires des enseignants et que la droite entend faire évoluer, «on stigmatise les professeurs en laissant entendre qu'ils ne travaillent pas assez», indique-t-il.

Effectifs enseignants.

Sur ce point, l'UMP et le PS sont en complet désaccord. Alors que la droite entend poursuivre sa règle du non-renouvellement d'un poste de fonctionnaire sur deux, pour réduire les déficits publics, le PS a annoncé le recrutement de 60 000 enseignants. Outre les 14 000 à 16 000 départs à la retraite qui seront remplacés par an, il entend créer 12 000 postes par an pendant cinq ans. Ce matin même le rapport déposé par la cour des Comptes tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme en redisant que les économies prévues par le gouvernement en 2012 et 2013 ne seront pas suffisantes !..MM. Peillon et Hollande devront donc s’expliquer clairement sur ce sujet !..

Accompagnement personnalisé.

Tout comme l'UMP, le PS entend «personnaliser l'enseignement», encore que la formule en elle même ne veuille pas dire grand-chose !... Si le PS estime que la «remédiation pour les élèves en difficulté» mise en place par l'UMP «ne donne pas toujours de bons résultats», il ne dit pas non plus qu'il va revenir dessus, affirmant juste qu'il faut «garder le maximum d'enseignements en commun».

Carte scolaire.

Elle a été assouplie en 2007 à la demande de Nicolas Sarkozy, soucieux d'une plus «grande liberté des familles», au grand dam du PS. Vincent Peillon affirme que le sujet est sur la table mais reconnaît qu'«il n'existe pas de solution miracle »… Une autre manière de dire qu’il est plus facile de critiquer que de faire. Rappelons que lorsque la « carte scolaire » a été abolie il y avait une forte demande des parents, une multitude de dérogations à la règle et bon nombre de tricheries pour pouvoir placer ses enfants dans l’établissement réputé le « meilleur »

Rythmes scolaires.

Éternel serpent de mer, les rythmes scolaires focalisent toutes les critiques. L'UMP avait évoqué un temps la possibilité de réduire les vacances. Elle a supprimé le samedi matin travaillé à l'école. Sur ces points, Vincent Peillon reste assez flou: «Le temps de la journée est fondamental.» Les rythmes scolaires sont pourtant un des points clé d’une future réforme de l’enseignement. Parents, enseignants sont unanimes pour constater que la suppression du samedi a été une erreur. Quant aux durées de vacances il faudra pouvoir discuter avec les syndicats ce qui n’est, à ce jour, guère possible !..

Classes préparatoires.

«Il y a un problème avec les premiers cycles universitaires. L'inégalité de notre système dual s'accroît.» Pour autant, on ne «va pas casser ce qui marche», les classes prépas, dit le PS. Il ne se distingue pas de l'UMP. Tous deux tombent d'accord pour un rapprochement des grandes écoles et des universités. Ce rapprochement est déjà effectif avec les pôles de recherche et d'enseignement supérieur mis en place par l'UMP.

Universités.

Il y aura, affirme Vincent Peillon, une «nouvelle loi-cadre» concernant l'université. Sans remettre en cause la loi sur l'autonomie des universités, qui avait mis les professeurs dans la rue, le PS entend résoudre «certains problèmes»: celui de la gouvernance des universités notamment. Serait envisagé par ailleurs un plan de recrutement de 5 000 emplois.

Formation des enseignants.

Si l'UMP a supprimé l'année de fonctionnaire stagiaire des enseignants, Vincent Peillon se dit favorable à un «plan de prérecrutement» des enseignants «pour accompagner financièrement les étudiants pendant leur formation». Par ailleurs, «si l'on considère que dans un grand lycée un professeur de classe préparatoire fait moins d'heures de cours qu'un enseignant en CP, on peut se demander s'il ne faudrait pas revaloriser le salaire des professeurs des écoles ou tout au moins poser la question de leurs décharges horaires», selon Vincent Peillon. Oui mais là encore, poser les questions ce n’est pas apporter des réponses !.. La droite a quant à elle redistribué une partie de l'argent économisé par les suppressions de postes en revalorisant le traitement des jeunes enseignants. Une décision que personne ne conteste.

 

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens