Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 05:00

 

dominique-strauss-kahn-le-30-mars-2010.jpg

 

On ne peut courir deux lièvres à la fois. Et c'est pourtant ce que continue à faire le Responsable du FMI. Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) n'est plus crédible lorsqu'il parle de la France. Non parce qu'il est français, mais parce que Dominique Strauss-Kahn (DSK) - c'est bien sûr de lui qu'il s'agit - est aussi candidat, pour l'instant virtuel, mais déjà médiatisé, à la présidence de la République. L'ambiguïté a assez duré. Il est temps qu'il y mette fin.

 

La raison en est que, d'ici là, tout ce qu'il dira sera suspect. Lors de son intervention sur France 2, jeudi 20 mai, M. Strauss-Kahn a ainsi émis l'opinion que la France ou l'Allemagne ne devraient pas réduire trop vite leur déficit budgétaire, pour ne pas compromettre la reprise. L'idée peut se défendre. Mais qui parlait ? Le patron du FMI ou le postulant à la candidature socialiste qui pourrait défier Nicolas Sarkozy en 2012 ?

 

Evoquant la réforme des retraites, M. Strauss-Kahn a aussi estimé que la retraite à 60 ans ne doit pas être "un tabou". Le directeur du FMI aurait dû plus brutalement rappeler que la France n'a plus les moyens de se payer son système actuel, et que les Français devraient travailler plus longtemps. Mais le candidat potentiel, dont le moins que l'on puisse dire est qu'il est en froid avec la gauche du Parti socialiste, ne peut pas se permettre cette franchise.

 

M. Strauss-Kahn veut que tout le monde sache qu'il continue de réfléchir à sa candidature. Et on lui accordera que c'est une décision difficile. Faut-il quitter ces responsabilités internationales prestigieuses et le charme des grands sommets internationaux pour les combats et les risques de la politique intérieure française, alors que sa désignation par le Parti socialiste est loin d'être acquise ? Et que même sa victoire sur M. Sarkozy n'est pas non plus une certitude ?

 

INTENTIONS FLOUES

 

Et le contexte a changé. DSK, ministre de l'économie à la fin des années 1990, figure après tout dans la longue liste de ces responsables français à la souveraine insouciance qui n'ont quasiment rien fait pour diminuer la dette publique et les déficits. On peut compter sur ses adversaires pour le lui rappeler tandis que la crise de la dette des Etats donne une nouvelle acuité à ces problèmes.

 

Mais si M. Strauss-Kahn persiste à entretenir le flou sur ses intentions, se réfugiant dans la coquetterie dès qu'on l'interroge, le FMI perdra toute crédibilité dans ses relations avec la France. Ce n'est pas le moment car l'Europe, et la manière dont les pays de la zone euro gèrent leurs économies en crise, est une des préoccupations centrales du Fonds. DSK a visiblement le sentiment qu'il est trop tôt pour se prononcer. Tant pis. Le FMI a besoin d'un directeur à temps plein, crédible, concentré sur les urgences du moment. Pas d'un politicien français qui cherche une ouverture.

 

  

Source : leMonde.fr  Pierre Briançon  25-05-2010

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

D

Connaissez vous la loi Giscard Pompidou et le Traité de Maastrich ?

Alors que les bourses chutent, que l'Euro est à l agonie, que les plans d'austérités se multiplie à travers l'europe, il serait sage de connaître les vrais raisons de l'augmentation de la dette
!

Le bon sens commun voudrait que la dette soit du à trop de sociale, trop de santé, trop de services publiques, trop de fonctionnaires, trop de retraites. Nos responsables politique se font l'écho
d'un tel message et mettent en œuvre des plans sensés répondre aux problèmes de la dette !

Mais tout ceci est une arnaque : L'arnaque de la dette !

Jusqu'au 3 janvier 1973, la Banque de France avait le droit d'émettre du crédit à très bas taux d'intérêt afin de financer les besoins de l'état et d'investir dans les projets d'avenir !

Mais sous prétexte d'inflation, le gouvernent Giscard Pompidou a cru bon empêcher la Banque de France de faire son travail en transférant de fait le pouvoir aux banques privés. Et oui depuis cette
époque la France s'endette auprès des marchés financiers avec des taux d'intérêts élevés et c'est obligatoire pour tous les pays membres depuis Maastrich et les traités suivants!

En claire, ce sont les taux d'intérêts imposés sur la dette qui créer l'augmentation folle des dette publique !

L'alternative

Un retour au crédit publique productive, redonner le pouvoir au nation de battre monnaie afin de l'investir non dans les bulles spéculatives ou dans les jeux des casinos financiers mais bien dans
l'économie physique au service de la population et du travail humain.

Nous devons dire Non au chantage de l'empire de la finance de la City de Londre et de Wall Street à New York

Si tu veux rejoindre la bataille pour changer le système économique rejoins moi sur mon groupe : http://www.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

David CABAS
david.cabas.over-blog.fr


Répondre

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens