Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 11:00

Nicolas-Sarkozy-Defaite-Senat.jpg

 

 

Pour Nicolas Sarkozy, la perte du Sénat vient s'ajouter à une longue liste : défaites aux élections locales, mauvais sondages et affaires diverses. A sept mois de l'élection présidentielle, le chef de l'Etat va devoir ramer fort pour inverser la tendance.

Il flottait comme un air de 10 mai 1981 dimanche soir au Sénat. Le Palais du Luxembourg à gauche? Même les amateurs de grosses cotes n'y croyaient pas ou peu. Les socialistes eux-mêmes ne donnaient pas l'impression de croire l'exploit possible quelques heures avant l'ouverture des bureaux de vote. Curieusement, le moins optimiste de tous les observateurs était... Nicolas Sarkozy. "Comme c'est serré ça ne sert à rien de faire des pronostics", confiait-il à ses visiteurs espérant secrètement que Gérard Larcher, "son" candidat, sauverait les meubles.

Patratas. La défaite est là. Et c'est un camouflet de plus pour ce Président qui aura perdu toutes les élections intermédiaires - à l'exception des européennes - depuis 2007. Cela ne va pas arranger ses affaires alors qu'il bat des records d'impopularité et que ses succès militaires (Libye) et diplomatique (son discours sur la Palestine à l'ONU) sont salués partout sur la planète.

Bien sûr, tout n'est pas de sa faute. Les municipales de 2008 expliquent assez largement le basculement intervenu dimanche soir. Mais le chef de l'Etat ne sort pas indemne de cette Berezina : les grands électeurs ont sanctionné sa réforme des collectivités territoriales mal préparée et insuffisamment expliquée. Ils ont aussi voté contre sa politique de réduction des services publics, etc.

Un avertissement envoyé par "le pays profond"

Enfin, le "chef" paie les divisions de son propre camp. Les dissidents ont encore fait la loi. Comme ils l'avaient déjà faite lors des cantonales. A croire que porter les couleurs de l'antisarkozysme quand on est à droite, ça vaut sésame pour se faire élire. Le tout dans un climat politique délétère et sur fond d'affaires et de mallettes bourrées de billets que de sulfureux amis du pouvoir se passeraient de main en main.

A l'Elysée, on a "pris acte" de la défaite de façon on ne peut plus sobre. La réélection de Gérard Larcher, si elle reste possible sur le papier, n'est pas acquise et il n'est pas certain que le chef de l'Etat veuille se mêler à ces combinaisons de couloirs. Les dégâts dans l'opinion sont déjà assez lourds. L'hypothèse d'une cohabitation parlementaire semble se dessiner. Car un Sénat à gauche sera plus difficile à manier même si la procédure parlementaire donne le dernier mot à l'Assemblée. Dans l'immédiat, le Président peut oublier son rêve de faire passer la "règle d'or". Le gouvernement peut déjà se préparer à une discussion sur le budget très rude. Enfin, un Sénat à gauche c'est la possibilité de voir des commissions d'enquête ouvertes sur des sujets qui ne plairont pas au pouvoir.

A sept mois de la présidentielle, c'est un avertissement sans frais que le "pays profond" a envoyé à l'exécutif. Les grands électeurs - ces fameux élus de province - ont créé une dynamique en faveur de la gauche. Comme si l'idée d'alternance s'installait dans le pays. Bien sûr, ces élections ne sont que des sénatoriales. Une présidentielle se joue face au peuple et Nicolas Sarkozy va se battre. Et il n'est jamais aussi bon que lorsqu'il est le dos au mur. Le PS aurait d'ailleurs tort de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Il n'en reste pas moins qu'à droite, certains ne manqueront pas de se demander si Nicolas Sarkozy est encore leur meilleur champion en 2012.

 

Source : leJDD.fr   26-09-2011 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Aurel 22/11/2011 20:35

Autant malgré certaines exceptions, je n'ai aucun ami en commun avec des personnalités d'extrême droite qu'elle soit religieuse, intellectuelle ou/et politique autant de même pour l'extrême centre
qui est rallié à l'extrême droite ultra-libérale et poujadiste côté Le Pen père qui aujourd'hui est minoritaire car Marine économiquement ce n'est plus ça. Si elle a repris les thèses xénophobes et
poujadistes du père, elle s'est dédouané du discours économiques en s'adaptant aux craintes de la crise et surfant sur l'euroscepticisme de gauche avec une europhobie ancrée malheureusement dans
une bien-pensance intellectuelle qui va de Zemmour à Soral en passant par Paul-Marie Couteaux ex-chevenementiste, ex-villiériste qui fait partie de son staff. En gros Marine Le Pen a détruit le Mpf
de Philippe de Villiers dont une partie des militants ont rejoint le parti de droite extrême de Dupont-Aignan qui sous couvert d'anti-sarkozysme primaire cache un projet xénophobe, europhobe et
poujadiste qui n'a pas grand chose de différent avec celui du Fn. Si Sarkozy a encore une certaine crédibilité pour beaucoup à droite, c'est que sur l'Europe à part François Hollande et François
Bayrou d'un autre côté, personne ne tient des propositions cohérentes et réformistes face à la crise économique qui a développé le chômage et la misère. Si Sarkozy a été élu président c'est aussi
que sur le thème de l'Europe, il a su en partie convaincre sur ce thème en dehors des 7 millions qui ne se sont pas déplacés sans leur renvoyer la pierre mais seulement à ceux qui se plaignent et
ne savent pas faire trois lignes sans se rapprocher du point Godwin avec quelques fautes d'orthographe au passage. Le traité de Lisbonne remis en cause par une partie de la gauche eurosceptique et
de mauvaise foi est une erreur qui profite à Sarkozy depuis bien longtemps. A part le TCE, Sarkozy n'a rien fait de bien sinon beaucoup de choses injustes et inefficaces. C'est un peu comme si en
1981, certains remettaient en cause l'abolition de la peine de mort. Le TCE était modifié et été dans le programme de Sarkozy. Où étaient ceux qui remettent en cause le TCE durant les législatives?
A la pêche? Au bistrot? Qu'ils se taisent certains car ce sont les premiers idiots utiles du sarkozysme bien qu'ils s'en cachent derrière leurs écrits je ne suis pas dupe c'est très révélateur la
mauvaise foi chez certains! J'espère et je pense que la gauche avec François Hollande gagnera en 2012 y compris aux législatives.

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens