Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 12:00

Jean-Marc-Ayrault-Francois-Hollande-et-Pierre-Moscovici.jpg

 

Depuis le début de la semaine, le gouvernement a changé de ton et envisage désormais de ne pas pouvoir tenir ses objectifs de croissance et de réduction des déficits. Le rapport de la Cour des Comptes a achevé de convaincre l’exécutif que les objectifs ne pourraient être atteints. Cinq mois après avoir fixé la prévision de croissance pour l'année 2013 à 0,8%, celle-ci sera prochainement "repensée". Mais déjà, le risque d'une baisse du PIB est évoqué.

Même la majorité ne se fait plus d'illusions. La croissance française sera inférieure à 0,8% à la fin de l'année 2013, contrairement à l'objectif que s'était fixé le gouvernement. En trois jours, l'exécutif a adopté une nouvelle position. "Il ne sert à rien d'afficher des objectifs s'ils ne peuvent pas être atteints", a affirmé François Hollande mardi 12 février dernier. Le président a même évoqué une révision de cette prévision de croissance "dans les prochains jours si nécessaire".

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, l'a confirmé jeudi 14 février sur France 2 : la prévision "devra être repensée". La faute à une croissance nulle en 2012, et un recul de 0,3% du produit intérieur brut (PIB) de la France au quatrième trimestre, comme l'a annoncé le l'Insee le matin même. Des résultats qui condamnent du même coup l'objectif de réduction des déficits publics à 3% du PIB, répété jusque-là par le gouvernement et remis en cause ces derniers jours, notamment après la publication mardi du rapport de la Cour des comptes. Avant cela, la majorité restait résolument optimiste. "Je maintiens (ces prévisions)", disait le même Pierre Moscovici au début du mois, toujours sur le plateau de France 2.

Hollande ne voulait pas de budget basé sur de "fausses hypothèses"

L'actuelle prévision, qui était jusqu'en septembre de 1,2%, était pourtant jugée bien trop optimiste. L'OCDE (l'Organisation de coopération et de développement économique) avait rapidement pris ses distances avec les objectifs du gouvernement et mise aujourd'hui sur 0,3%. De même que le Fonds monétaire international (FMI) - qui tablait sur 1% au moment de l'élection de François Hollande avant de passer à 0,8% - table aujourd'hui sur 0,4%. Mais tous ces observateurs surestimaient eux-mêmes la croissance de la fin de l'année 2012. Le verdict de l'Insee jeudi, montrant une contraction de l'économie française, assombrit donc un peu plus toute chance de reprise cette année.

Plus pessimiste, le consensus des économistes s'attend même à une quasi-stagnation de l'économie, autour de 0,1%, alors qu'il prédisait une hausse de 0,5% lorsque la gauche avait affiché ses nouvelles ambitions. "On table de notre côté sur une croissance nulle", précisait au JDD.fr l'économiste Céline Antonin, de l'OFCE, convaincue que "de nouveaux efforts budgétaires devront être faits". "Je ne veux pas que l'on puisse imaginer que l'Etat prépare son budget avec des hypothèses qui se révéleraient fausses", prévenait d'ailleurs François Hollande en septembre dernier.

"Si la situation perdure, le PIB français va baisser en 2013"

A ce rythme, une croissance négative cette année n'est donc pas non plus exclue. "Potentiellement, on va vers une baisse du PIB en 2013", alertait l'économiste Marc Touati, interrogé il y a deux semaines par leJDD.fr. Celui-ci évoquait l'impact d'un euro "trop fort" par rapport au dollar. "Dès qu'on dépasse la barre des 1,3 dollar, cela nous enlève un point de  croissance", indiquait-il. "Si la situation perdure, le PIB français va baisser en 2013 d'au moins 0,3%", prévenait alors le président du cabinet de conseil ACDEFI. Pour l'heure, l'euro se situe toujours à un niveau élevé, autour d'1,33 dollar, après avoir dépassé la barre d'1,36 dollar en début du mois.

Avec ces mauvais résultats, la France peut donc être entraînée dans une spirale dangereuse. Le non-respect des engagements du gouvernement peut lui faire perdre du crédit auprès des investisseurs, avec le probable risque de voir la note souveraine une nouvelle fois dégradée. Une récession accentuerait également un peu plus les déficits et la dette publique. Tout comme elle rendrait également caduque l'engagement du président d'inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année.

 

Source : leJDD.fr  14-02-2013

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens