Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 16:00












Quel doit être l'avenir de la politique agricole commune ? Le débat agite les États membres de l'Union européenne. La Commission prépare déjà la prochaine échéance : 2013, date à laquelle le budget de la PAC doit être redéfini. En novembre prochain, Bruxelles devrait bien proposer une nouvelle "diminution significative" des subventions agricoles. Une décision qui irait dans le sens des revendications des Britanniques et des pays libéraux du nord de l'Europe. Ceux-ci arguent que le budget de la PAC absorbe toujours une grande part du budget total de l'UE (47 %, contre 61 % en 1988) malgré la diminution continue des aides et leur découplage progressif des quantités produites.

 

La France, elle, continue de plaider avec force pour le maintien d'une agriculture ambitieuse, "régulée" et "commune". La FNSEA, premier syndicat agricole français, réclame au contraire le maintien du budget, notamment au nom de l'indépendance et de la sécurité alimentaire. Mais la pression liée aux négociations commerciales joue en sens inverse. Les partenaires commerciaux de l'Europe l'accusent de subventionner ses exportations de produits agricoles. Ainsi, lors des négociations engagées dans le cadre du cycle de Doha, "l'UE a proposé de supprimer toutes les aides à l'exportation d'ici à 2013, même en cas d'échec des négociations".

 

Les pays de l'Est à l'affût

 

Une évolution que craignent particulièrement les agriculteurs français, dont les revenus chutent. Car, selon eux, c'est bien le démantèlement progressif des régulations censées lisser les cours d'un marché mondial et volatil qui est en cause. L'exemple le plus médiatique de cette évolution est celui de la suppression programmée des quotas de lait d'ici à 2015. Instauré en 1984 pour limiter la production, ils ne permettent pas aux éleveurs de répondre rapidement aux signaux prix du marché, considère la Commission européenne. Or, après quelques années fastes liées, entre autres, à la hausse de la consommation chinoise, les éleveurs français doivent faire face à l'effondrement des exportations et donc des prix. Si tous ne réclament pas le retour au système des quotas, actuellement sous-utilisés dans l'Union, ils demandent à pouvoir disposer plus largement d'outils de régulation du marché comme l'intervention (rachat des excédents de beurre et de poudre par l'UE).

 

Pour autant, la France n'a pas intérêt au statu quo. L'évolution mécanique du budget actuel de l'UE n'est en effet pas avantageuse pour Paris, contributeur net, qui doit se préparer à voir les subventions agricoles versées aux nouveaux États membres d'Europe de l'Est grimper dans les années à venir, au détriment de ses propres agriculteurs. Un nouveau défi.



Source : lepoint.fr 26-10-2009

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens