Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 10:00





sarkozy-cour-des-comptes.jpg





Le remplacement de Philippe Seguin à la Cour des Comptes est un véritable "casse-tête" pour Nicolas Sarkozy. La semaine dernière on évoquait le nom d'Anne-Marie Idrac. Ces jours ci, les noms des anciens ministres Alain Lambert et Alain Lamassoure sont cités parmi les successeurs possibles de Philippe Séguin.

 


Qui peut succéder à Philippe Séguin à la tête de la Cour des comptes ? Un mois après les obsèques quasi nationales du premier président de la Cour, l'Élysée cherche toujours le «papabile» idéal. Quelques conseillers ont dressé des listes de noms, mais ils n'arrivent pas à retrouver l'alliance entre la compétence reconnue en interne, le savoir-faire médiatique et la fiabilité politique. «Séguin savait être indépendant sans être malveillant», résume un conseiller du président. «Il nous faudrait un René Ricol (actuel commissaire général à l'Investissement, chargé de veiller au bon usage des 35 milliards du grand emprunt, NDLR), en plus charismatique», glisse ce dernier. «Aucune décision n'est prise, et la somme des nominations attendues (à la Cour des comptes et au Conseil constitutionnel, NDLR) doit être regardée dans son ensemble», a confié le secrétaire général Claude Guéant à plusieurs visiteurs. Fausse perplexité ? Chacun se souvient comment Nicolas Sarkozy avait surpris son monde en nommant Frédéric Mitterrand ministre de la Culture…

 

Évoqué récemment, le nom de la secrétaire d'État au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, n'est pas «sur les listes», corrige un conseiller du président qui suit l'affaire de près. Trop jeune - elle a 58 ans -, elle serait inamovible jusqu'à l'âge de 68 ans.

 

L'actualité européenne donne aussi une nouvelle dimension, plus politique, à cette nomination. La crise grecque a mis en évidence l'importance d'une transparence des comptes. Plusieurs observateurs font valoir que Sarkozy tient l'occasion rêvée de nommer une personnalité capable de faire la pédagogie des enjeux liés aux déficits publics. Plusieurs noms sont ainsi évoqués par des membres de la Cour. L'ancien ministre du Budget, Alain Lambert, est un sarkozyste de la première heure. Mais ses mises en garde pointilleuses contre le danger d'une course aux déficits ont toujours eu le don d'agacer Nicolas Sarkozy, qui ne voudra pas lui accorder une telle tribune. «Il a un tropisme exclusivement orienté sur les finances publiques, mais la Cour, ce n'est pas seulement cela», ajoute un conseiller du président.

 

 

Jouer l'ouverture 

 

L'ex-ministre des Affaire européennes, Alain Lamassoure, est, lui, issu de la Cour des comptes. Il est aujourd'hui président de la commission budgétaire du Parlement européen. Mais cet ex-UDF qui a fait le choix de Sarkozy dès 2005 n'a jamais été servi en retour et, depuis, les relations sont très distendues avec l'Élysée. Enfin, certains évoquent même le nom de l'actuel ministre chargé de la mise en œuvre du Plan de Relance, Patrick Devedjian. Une façon de libérer la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine où ses relations avec une partie de la majorité - et notamment Jean Sarkozy - sont difficiles. Cette idée n'est pas validée non plus à l'Élysée. Un sarkozyste du premier cercle glisse, dans un soupir : «Après tout ce qu'il nous a fait». Restent les candidats par défaut, issus de la Cour : l'actuelle vice-présidente, Claire Bazy-Malaurier, techniquement respectée et qui présente l'avantage d'être une femme. Enfin, Sarkozy peut jouer, encore une fois, l'ouverture . L'actuel président de la commission des finances à l'Assemblée nationale, le socialiste Didier Migaud, apprécié par ses pairs, est souvent cité.

 

Mais le chef de l'État entend déjà favoriser l'ouverture au Conseil constitutionnel où il devrait nommer le sénateur Michel Charasse, ancien ami de François Mitterrand. «Il a une liberté d'esprit qui apporterait beaucoup à cette institution», explique un conseiller du chef de l'État. Le sénateur UMP Hubert Haenel devrait être nommé par l'actuel président du Sénat, Gérard Larcher, qui s'y était engagé quand il briguait la présidence de la Haute Assemblée. Enfin, l'ancien ministre et ancien commissaire européen, Jacques Barrot, fait activement campagne auprès du président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer. Il reste en compétition avec Marie-Laure Denis ou Mireille Delmas-Marty, professeur au Collège de France.




Source : lefigaro.fr  12-02-2010 



 Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
<br /> Difficile de vouloir à la fois caser ses amis et se débarasser de ses ennemis en les placardisant ... Je m'étonne de ne pas voir figurer le nom de Charles de Courson grans pourfendeur de la dépense<br /> publique (peut être trop) il est vrai qu'il est jeune. Il ne manque pourtant pas de talent.<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens