Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 12:00

climat-negociations-Durban.jpg

 

 

Les discussions ont été âpres. Le désaccord entre l’Union européenne et les pays émergents est flagrant. A tel point que 24 heures avant que les participants ne décident une prolongation on annonçait un échec total pour cette conférence de Durban. Les quelque 190 délégations participant depuis le 28 novembre à Durban à la conférence sur le réchauffement climatique sont finalement parvenues à s'entendre sur une extension du protocole de Kyoto, premier cadre juridiquement contraignant de réduction des émissions de gaz à effet de serre. C’est une avancée considérable qui permet au moins de gagner du temps et de sortir, peut-être de la crise économique mondiale pour se pencher avec plus de sérénité sur le sort de notre planète !..

Il aura fallu 36 heures supplémentaires - du jamais vu - aux 190 pays regroupés sous l'égide de l'ONU pour parvenir à un compromis, dans la nuit de samedi 10 à dimanche 11 décembre dernier, à Durban (Afrique du Sud). A l'aube, les négociations ont abouti à une feuille de route vers un accord en 2015, et par conséquent à une prolongation du protocole de Kyoto, qui devait initialement se terminer en 2012. Conclu en décembre 1997 et entré en vigueur en février 2005, il impose aux pays industrialisés (à l'exception des Etats-Unis, qui ne l'avaient pas ratifié) de réduire leurs émissions de six substances responsables du réchauffement climatique, dont le CO2.

"En l'honneur de Mandela : cela a toujours l'air impossible, jusqu'à ce que ce soit fait. C'est fait!", a réagi sur Twitter, Christiana Figueres, la responsable de l'ONU pour le climat. "L'affaire s'est finalement bien terminée (...) C'est la première fois que l'on va voir des pays en développement accepter d'être tenus par un accord légal sur le climat", a poursuivi le représentant américain, Todd Stern. L'Union européenne a également réussi à convaincre les trois plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, à savoir les Etats-Unis, la Chine et l'Inde, "à engager une feuille de route qui garantit un accord mondial", selon les mots de Chris Huhne, secrétaire britannique à l'Energie et au Climat. "Nous avons écrit l'histoire", a pour sa part déclaré la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Nkoana-Mashabane, en conclusion du sommet, qui avait débuté le 28 novembre dernier.

La colère de l'Inde

Mais si le soulagement est de mise deux ans après la déconvenue de Copenhague et un an après le résultat insatisfaisant de Cancun, cet accord ne va pas assez loin pour certains. Ainsi, l'Union européenne, qui avait mis tout son poids dans la balance pour aboutir à un accord juridiquement contraignant, a dû se contenter d'un texte laissant en suspens la question du caractère contraignant du futur pacte climatique. Il donne seulement une feuille de route pour 2015, en vue d'une entrée en vigueur en 2020, et ne s'accompagne pas d'une hausse du niveau des promesses des pays pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Face à la vive opposition de l'Inde, les Européens ont finalement accepté une formulation décrivant ce futur accord comme "un protocole, un autre instrument légal ou une solution concertée ayant une force légale".

En effet, en réunion plénière, la ministre indienne de l'Environnement, Jayanthi Natarajan, s'était élevée contre l'Europe concernant la nature juridique du futur accord. "De quel instrument légal est-on en train de parler?", avait-elle lancé, rapidement rejointe par la Chine et entraînant une suspension de séance. Pour tenter d'aplanir le différend, sous le regard des dizaines de négociateurs et d'ONG, la commissaire européenne en charge du climat, Connie Hedegaard, s'est alors assise face à la ministre indienne, en quête des mots justes. Avec un ministre chinois, le chef de délégation brésilienne, la présidente sud-africaine de la conférence et une ministre française ont alors tenté de sortir de l'impasse, en suggérant "une solution concertée ayant une force légale au lieu d'une issue légale". Vers 3h30, la proposition a été acceptée, sous les applaudissements, le texte amendé et la réunion a pu reprendre.

Rendez-vous en novembre 2012 au Qatar

La mise en place du mécanisme de fonctionnement du Fonds vert, destiné à aider financièrement les pays en développement à lutter contre le réchauffement climatique, a également été adoptée à Durban. Mais la question centrale de l'alimentation de ce fonds reste là encore en suspens, alors que l'engagement, pris à Copenhague il y a deux ans, est d'aboutir à 100 milliards de dollars par an à compter de 2020.

Des décisions qui sont jugées bien en-dessous de ce qu'exige l'urgence climatique, a regretté l'ONG Oxfam, qui a qualifié cet accord de "strict minimum possible". Avant d'estimer que ce texte laisse "le monde se diriger comme un somnambule vers un réchauffement de 4°C", alors qu'il devrait idéalement être contenu sous le seuil de 2°C. La prochaine conférence pour le climat de l’ONU se tiendra du 26 novembre au 7 décembre 2012 au Qatar, le plus grand émetteur de C02 par habitant au monde.

 

Source : LeJDD.fr  11-12-2011

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens