Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 09:05












 

C'était l'heure du réquisitoire ce mardi au procès Clearstream. Le parquet n'a pas épargné Dominique de Villepin présenté comme "complice" par "son silence" d'une manipulation orchestrée par Jean-Louis Gergorin avec l'aide "intéressée et malveillante" d'Imad Lahoud. Ont été requis 18 mois de prison avec sursis contre l'ancien Premier ministre, 3 ans de prison dont 18 mois ferme contre Jean-Louis Gergorin et 2 ans dont 18 mois ferme contre Imad Lahoud.

  

"Sarkozy avait promis de me pendre à des crocs de boucher, je vois que la promesse a été tenue". A la sortie du tribunal mardi soir, Dominique de Villepin n'a pas mâché ses mots. Quelques minutes plus tôt, il avait été abasourdi par la conclusion du réquisitoire prononcée par Jean-Claude Marin. Le procureur avait en effet réclamé 18 mois de prison avec sursis, assortis de 45.000 euros d'amende pour l'ancien Premier ministre.

Après que les cas des quatre autres prévenus - Denis Robert, Florian Bourges, Imad Lahoud, Jean-Louis Gergorin - eurent été traités par son adjoint, Jean-Claude Marin avait repris la parole au sujet de Dominique de Villepin, dont il avait demandé le renvoi devant le tribunal en 2008 après avoir pourtant refusé de le poursuivre en 2006 comme en 2007. Pour le représentant du ministère public, l'ancien Premier ministre aurait traité la thèse qui lui était présentée par Jean-Louis Gergorin comme une "aubaine". Par son silence, il a, poursuit le procureur, "cautionné" les agissements de Gergorin, feignant de croire que les listings étaient vrais alors qu'il les savait falsifiés. Et Jean-Claude Marin de parler de "complicité par abstention volontaire équivalente à acte positif".

 

"L'œuvre" de Gergorin


Après la plaidoirie de quatre heures de Thierry Herzog lundi, le procureur Jean-Claude Marin avait annoncé un réquisitoire long de six heures… Mais le représentant du ministère public n'était pas seul pour accomplir sa lourde tâche. Le travail avait ainsi été partagé entre lui et son substitut Romain Victor. Si Jean-Claude Marin a d'abord pris la parole, c'était pour réfuter toute idée de "procès politique". "Non. Ne sont jugés ni opinions, ni opposants politiques, mais des prévenus d'infractions de droit commun", avait-il pris soin de préciser. "Ce procès est le procès de méthodes inacceptables, empruntées aux périodes noires de notre histoire, (...) ce procès est celui de personnes pour qui la fin justifie les moyens", a-t-il expliqué.
  

Romain Victor, dont la précision et l'efficacité du discours ont été saluées par plusieurs observateurs, s'était donc "chargé" des quatre autres prévenus. Les cas de Denis Robert et de Florian Bourges avaient été vite expédiés. Pour le premier, poursuivi pour "recel d'abus de confiance et de vol", il a demandé la relaxe estimant que le journaliste n'était pas sorti du cadre du journalisme d'investigation qu'il revendique. Concernant Florian Bourges, qui était auditeur stagiaire en mission chez Clearstream, le parquet estime qu'il doit être reconnu coupable du seul délit d'abus de confiance et condamné en conséquence. Quatre mois avec sursis ont été requis.

 

Lahoud, "intéressé et malveillant"


Pour le ministère public, il ne fait en revanche aucun doute que Jean-Louis Gergorin a été le maître d'œuvre de la machination. "Jean-Louis Gergorin s'est moqué de la justice. Vous allez devoir le déclarer coupable du chef de dénonciation calomnieuse. Vous allez aussi le reconnaître coupable des faits de complicité de faux et usages de faux. Quant au recel, il était aussi au courant de l'origine des listings...", a déclaré le substitut du procureur. De quoi justifier les trois ans de prison dont 18 mois ferme requis, assortis de 45.000 euros d'amende.

 

Si l'ancien vice-président d'EADS a été le moteur de la manipulation, Imad Lahoud a été décrit comme un complice zélé "intéressé et malveillant". Décrit comme un mythomane et un escroc, le ministère public lui reproche les faits "d'usage de faux, de dénonciation calomnieuse en qualité de co-auteur principal et de complicité". Il été requis deux ans de prison dont 18 mois ferme et 45.000 euros d'amende contre le mathématicien franco-libanais. Mercredi, place à la défense. C'est Olivier Metzner qui assurera la plaidoirie de l'ancien Premier ministre. Il a déjà commencé mardi soir en dénonçant "l'iniquité" des réquisitions.



Source : lejdd.fr  20-10-2009 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens