Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 18:00

chine-Xi-Jinping-futur-president-2013.jpg

 

 

Les lourdes portes d'un hôtel pékinois se sont refermées samedi 15 octobre dernier pour quatre jours sur les plus hauts dirigeants chinois. Pour un conclave qui se tient à huis clos, dans le secret. Ce plénum du comité central est le dernier grand rendez-vous avant le congrès de l'automne 2012, où seront désignés les hommes qui dirigeront la Chine toute la décennie suivante.

À l'aune des enjeux de cette transition politique, le thème retenu pour le plénum - la «réforme culturelle» - peut surprendre. Mais il faut bien trouver une raison officielle de se réunir pour parler officieusement d'autre chose. Dans les coulisses, les 370 membres de l'organe suprême du Parti vont beaucoup discuter choix économiques et défis sociaux. Et, bien sûr, des luttes de clans et de pouvoir pour les places à prendre l'an prochain, notamment au sein du comité permanent du Politburo, le cœur du pouvoir chinois, qui compte neuf membres. Car si les fonctions de président et de premier ministre semblent acquises respectivement à Xi Jinping (photo) et Li Keqiang, les couteaux vont être tirés encore pendant de longs mois pour un siège parmi les «neuf empereurs». Une chose est sûre, aucune décision ne filtrera, aucun nom ne sortira du raout communiste ces jours-ci.

De possibles changements de stratégie politique

Le choix apparemment fort innocent du domaine culturel ne l'est d'ailleurs pas tant que cela. Le sujet, qui amène vite à celui de la légitimation par l'idéologie, est l'occasion de belles empoignades entre deux grandes figures du Parti, deux prétendants à une entrée parmi les «neuf» en 2012. Bo Xilai, le patron de la mégalopole de Chongqing, et Wang Yang, le puissant patron du Parti de la province du Guangdong. Le premier incarne une «nouvelle gauche», faisant la synthèse entre valeurs maoïstes et économie de marché. Le second fait figure de réformiste, partisan de plus d'ouverture, de libéralisme et de moins d'intervention du Parti, dans l'économie comme dans la vie des citoyens chinois.

Resserrer le contrôle d'Internet

À grands traits, ces deux barons du régime symbolisent les deux grands courants en lutte aujourd'hui en Chine. Or, Bo Xilai s'est fait le chantre de la «culture rouge», lançant notamment de spectaculaires et étonnantes campagnes de chansons révolutionnaires, ou envoyant les cadres s'aérer aux champs avec les paysans comme au bon vieux temps du Grand Timonier. Tout le monde, ici, a noté que le Quotidien du Peuple, porte-voix du Parti, a rendu ce mardi un bel hommage à Bo Xilai.

Et puis, le sujet a ses vertus sécuritaires. «Par culture, ils entendent aussi information et propagande, explique un universitaire pékinois, et il s'agit sûrement de resserrer le contrôle, sur Internet essentiellement.» Depuis quelques semaines, Weibo - le Twitter chinois - est dans le collimateur. Diverses affaires, celle du meurtrier accident de train de juillet au premier chef -, ont convaincu Pékin que les choses allaient trop loin, avec une dangereuse perte de contrôle de l'opinion.

Le dernier à avoir ouvert le feu cette semaine est un haut cadre de la propagande. Lors d'une réunion gouvernementale, Wang Chen a affirmé que ces sites de microblogs nécessitaient un contrôle plus strict. Et que les internautes postant des «rumeurs ou de fausses informations» devaient être sévèrement punis.

 

 

 Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens