Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 19:00

  CENTRAFRIQUE-BANGUI.jpg

 

 

Les rebelles ont pris le contrôle de la capitale. Le président François Bozizé est en fuite. Bangui est la proie des pilleurs. Quelque 350 soldats français ont été envoyés en renfort à Bangui depuis Libreville au cours du week-end pour assurer la protection des ressortissants français et étrangers présents en Centrafrique. L’Afrique n’en finit décidément pas de régler ses vieilles querelles internes.

Un premier contingent de 200 soldats français est arrivé dès samedi 23 mars, rejoint dimanche 24 par une compagnie de 150 hommes, portant les effectifs militaires français en République Centrafricaine à près de 600 hommes, alors que la situation dans le pays se tend heure après heure.

Nombreux pillages dans la capitale Bangui

Les rebelles centrafricains de la coalition Séléka ont déclaré avoir pris dimanche 24 mars le palais présidentiel de Bangui, au terme d’une offensive éclair lancée pour renverser le président François Bozizé, qui aurait pris la fuite. De nombreux pillages, commis par des gens armés mais aussi par des habitants de la capitale centrafricaine, avaient lieu dimanche à Bangui prise dans la matinée par les rebelles du Séléka, ont rapporté de nombreux témoins interrogés par l’AFP. Profitant de l’anarchie régnante, des hommes armés, des rebelles mais aussi sans doute des brigands ou des membres des forces de l’ordre en civil ont procédé à des pillages de magasins, de maisons particulières et de voitures. La population prenait ensuite le relais, ont rapporté des témoins dans divers endroits de la ville.

«Rapport de force en faveur des rebelles»

Le président au pouvoir depuis dix ans n’est plus apparu en public depuis une brève visite jeudi à son allié sud-africain Jacob Zuma, à Pretoria.

Une source militaire sous couvert de l’anonymat a confirmé la prise de la présidence par le Séléka, soulignant qu’il y avait encore «des poches de résistance dans la ville» mais que le «rapport de force était clairement en faveur des rebelles». Dimanche matin, le colonel Narkoyo avait averti: «la journée d’aujourd’hui sera décisive. Nos hommes sont dans Bangui, on prend nos emplacements».

L’assaut de la rébellion a commencé vers 7h30. «Nos éléments ont lancé l’offensive en début de matinée, à une dizaine de kilomètres du centre et du palais présidentiel, près de la base sud-africaine pour aller vers le centre-ville», a expliqué Eric Massi, un porte-parole de la rébellion depuis Paris. Les rebelles avaient commencé à entrer dans la capitale samedi en fin d’après-midi après avoir repris les armes la veille.

Non respect des accords par Bozizé

La rébellion avait lancé une première offensive le 10 décembre dans le nord du pays et avait enchaîné victoire sur victoire face aux forces gouvernementales désorganisées avant de stopper sa progression sous la pression internationale à 75 km au nord de Bangui. Des accords de paix signés à Libreville le 11 janvier avaient débouché sur la formation d’un gouvernement d’union nationale composé du camp Bozizé, de l’opposition et de la rébellion. Mais arguant du non respect des accords par le clan Bozizé, les rebelles ont déclenché à nouveau les hostilités vendredi et déclaré vouloir mettre en place un gouvernement de transition s’ils prenaient Bangui.

Débandade

Une femme qui s’était rendu à la messe de la cathédrale, à quelques centaines de mètres du palais présidentiel, a raconté: «On était à la cathédrale, on a entendu des tirs partout dans le centre ville, et c’était la débandade». «Tout le monde s’est mis à courir dans tous les sens. Je me suis cachée pas loin», a-t-elle dit. «On vient d’abattre quelqu’un. Je ne sais pas si c’était un militaire ou un civil, mais il essayait de fuir sur sa moto quand il a été tué. Il est encore par terre. La Croix rouge est là avec un brancard, ils vont le transporter vers l’hôpital», a poursuivi le témoin.

Dans la nuit, les rebelles avaient envoyé un communiqué dans lequel ils expriment leur «attachement à une dynamique inclusive pouvant présider à la conduite de la transition», excluant «toute entreprise de vengeance et d’exclusion».

Organiser la transition

Arrivé au pouvoir par les armes en 2003, le président Bozizé avait été élu président en 2005 et réélu en 2011 au terme d’un scrutin très critiqué par l’opposition qui avait crié à la «mascarade».

Mais Guy-Simplice Kodégué, porte-parole du Front républicain pour l’alternance et la paix (FRAP), plate-forme politique rassemblant des partis d’opposition et des associations de la société civile à Paris, a estimé dimanche que «le plus dur commençait». «Nous avons un grand travail de reconstruction nationale à faire. Nous ne voulons pas de chasse aux sorcières. On a besoin de tout le monde». Il juge que «le président de la transition doit être désigné de façon consensuelle par une conférence nationale souveraine».

Au début de l’année, lors de la prise de contrôle de la majorité de la Centrafrique par les rebelles, le président français François Hollande avait refusé son soutien au régime Bozizé. La France, ancienne puissance coloniale, a envoyé 250 hommes à Bangui pour sécuriser l’aéroport et assurer la sécurité des 1250 Français de Centrafrique.

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

facon 31/03/2013 17:55

Le tyran est parti comme un piteux remplacé par un nouveau général qui s’empresse de suspendre la Constitution et de confisquer tous les pouvoirs pendant trois ans !!!
Et tout ceci sous les yeux de la France qui ne trouve à ce pays aucun intérêt stratégique …

Bokassa, Kolingba, Patassé, Bozizé ont fini de vider le pays de sa substance pour acheter châteaux et propriétés en Europe voitures de luxe pour eux et leurs familles.
Le peuple centrafricain est bien seul, je souffre pour lui.

facon 25/03/2013 19:58

Pour avoir vécu 7 ans à Bangui je n’ai connu que des régimes corrompus, un pays en pleine décadence et ce qui m’a le plus surpris et c’est vrai, deux litanies répétées sans cesse par les
Centrafricains « A quand le retour à la colonisation ? » ou « du temps du Bok » c’était mieux …
Ce peuple extrêmement chaleureux, courageux, digne qui a toujours forcé mon admiration ne mérite pas tout ceci. Les prochains gouvernants continueront de piller le pays même si je pense que
Hollande a fait le bon choix en laissant tomber Bozizé général d’opérette qui n’a eu que le courage de fuir avec ses milliards volés au peuple …
Quand j’entends les français se plaindre j’ai envie de leur organiser un voyage dans nos anciennes colonies. Quand je vois Sassoun N Guesso dans le rôle de négociateur, je retrouve la Françafrique
qui me rappelle tristement Miterrand envoyant des avions de munitions au général Kolingba président en exercice pour châtier son peuple …
De deux choses l’une, ou la France comme au Mali fait de l’ingérence humanitaire et s’occupe sérieusement de ce pays (comme d’autres) ou le sang continuera de couler.
Les français savent ils que ce pays qui a élu Boganda comme premier député ne possède ni sécu, ni aide à la famille, que les fonctionnaires ne sont pas payés depuis 3 ans, que les classes comptent
de 150 à 200 élèves et qu’il a aussi perdu plusieurs milliers de ses enfants pour la défense de notre pays ?
A ce niveau ce n’est plus de l’ingratitude mais un refus d’assistance à un peuple menacé de mort !
Si j’avais 20 ans de moins je serais probablement aujourd’hui à Bangui aux côtés d’un peuple que j’aime au moins autant que le nôtre. Ce peuple ne se plaint pas, il n’attend rien de l’Etat il tente
simplement de survivre dans un pays où l’espérance de vie n’est que de 48 ans !!!
Et pourtant, ne sont ils pas nos frères eux qui ont tant donné à notre pays ?

jp echavidre 25/03/2013 22:33



Merci pour ce témoignage avec lequel on comprend mieux la vie de ces pays dont on ne parle que lorsqu'il y  a une guerre ou un coup d'état. Et encore !...



Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens