Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 16:30

Obama-Hollande-G8-camp-David-19-20-mai-2012.jpg

 

Iran, Syrie et crise de la zone euro sont au menu du G8, qui se tient vendredi 18 et samedi 19 mai à Camp David, aux Etats-Unis, où Barack Obama a accueilli un à un les dirigeants des huit pays les plus industrialisés de la planète.

Quelques heures avant, ils avaient fait connaissance. Après leur rencontre à Washington, Barack Obama et François Hollande ont pris la direction de Camp David, où se tient le G8, auquel participent les dirigeants des huit pays les plus industrialisés, ainsi que ceux de l'Union européenne. Le président américain les a tous accueillis à l'entrée de la Laurel Lodge, la principale résidence de ce domaine de campagne des présidents américains, à 100 km au nord-ouest de Washington. Grand absent de ce sommet, le président russe Vladimir Poutine qui a délégué son prédécesseur et Premier ministre, Dmitri Medvedev. Moscou, avec Pékin, a bloqué l'adoption de résolutions contre le régime syrien au Conseil de sécurité de l'ONU.

Au menu : nucléaire iranien, Corée du Nord et Syrie

Les dirigeants du G8 - Etats-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Italie, France, Allemagne, Japon, Russie - ont participé vendredi soir à un dîner de travail d'un peu plus de deux heures. Au menu, les dossiers brûlants sur la scène internationale, à commencer par celui du nucléaire iranien, avant la reprise des discussions de la République islamique avec le "groupe des six" à Bagdad. Les dirigeants se sont mis d'accord sur un point, selon un haut responsable américain : c'est à Téhéran de prendre des mesures concrètes pour démontrer le caractère pacifique de son programme nucléaire. Autres thèmes abordés, le programme nucléaire de la Corée du Nord ainsi que la répression sanglante qui se poursuit en Syrie.

Le choix entre croissance et rigueur

Samedi, les dirigeants du G8 se sont retrouvés à nouveau au cours de cinq sessions de travail successives. Au coeur de ces discussions, la crise de la dette dans la zone euro. Les dirigeants devront aborder la question cruciale du choix entre politiques de rigueur ou de croissance. D'un côté, François Hollande a déjà assuré que Barack Obama avait "pu marquer une convergence" de vues avec Paris sur la croissance. Le nouveau chef du gouvernement italien Mario Monti, lui aussi présent à Camp David, semble sur la même ligne. Mais de l'autre côté, la chancelière allemande, Angela Merkel, prône la rigueur.

Sur le ton de la bonne humeur

Enfin, dans une rencontre marquée par des sujets sérieux, le ton est parfois plus léger. En témoigne un échange entre Barack Obama et François Hollande. Le président américain a fait remarquer au nouveau résident de l'Elysée qu'il avait le droit d'enlever sa cravate. "François, on avait dit que tu pouvais enlever la cravate!", a lancé le locataire de la Maison blanche. Réponse en anglais de François Hollande : "Pour ma presse!" "Pour ta presse, il faut que tu présentes bien", a convenu Barack Obama, alors qu'une haie de photographes immortalisait cette arrivée. La Maison blanche a diffusé tard vendredi soir une photo officielle du dîner de travail. Assis à la droite du président américain, le chef de l'Etat français n'y a plus de cravate.

 

 

Source : leJDD.fr  19-05-2012

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens