Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 08:00

PSA-derniere-ligne-droite.jpg

 

 

L'État français, le chinois Dongfeng et la famille Peugeot sont proches d'un accord qui devrait apporter 3 milliards d'euros au constructeur PSA Peugeot-Citroën et lui permettre de repartir du bon pied ?.

De Wuhan au QG de l'avenue de la Grande-Armée, à Paris, le tempo des négociations s'est accéléré cette semaine et est allé crescendo ce week-end. "Le deal est sur la table et, sauf coup de théâtre, l'État et le chinois Dongfeng vont entrer au capital de PSA au côté de la famille Peugeot", confirme un banquier. En fin de journée, les membres du conseil de surveillance du constructeur se retrouveront une nouvelle fois pour boucler une opération décisive pour l'avenir du groupe. "Tout doit être formalisé avant le 19 février, date de la présentation des résultats 2013 et des perspectives 2014", rappelle un proche du dossier. Car sans les 3 milliards d'euros qui devraient être injectés dans le capital de PSA, les projets de restructuration et de développement de l'industriel resteraient dans les cartons.

Le compromis entre les nouveaux actionnaires et la famille est imminent. Selon nos informations, l'État et Dongfeng prendraient chacun un ticket proche de 15 % dans le cadre d'une augmentation de capital réservée et mettraient sur la table près d'un milliard d'euros chacun. Les Peugeot ne conserveraient que 15 % des titres sur les 25 % qu'ils détiennent aujourd'hui. Devenus 40e fortune, selon le dernier classement Challenges, avec 1,3 milliard d'euros, ils remettraient au pot une centaine de millions d'euros. Pour atteindre les 3 milliards attendus, le constructeur ferait largement appel au marché. Il y a deux ans, pour accompagner l'entrée au capital de GM, la famille avait déjà apporté 140 millions d'euros. "Thierry Peugeot s'est battu contre ses cousins pour que la famille demeure actionnaire de référence. Il a évité une plus grande dilution des intérêts familiaux mais il y a peu de chances qu'il conserve la présidence du conseil de surveillance", indique une autre source.

Louis Gallois ou Jean-Louis Beffa pressentis

Dans cette configuration, l'État et Dongfeng pousseraient des candidatures extérieures à la famille. Louis Gallois, 59 ans, commissaire général à l'investissement est bien placé. Il fait déjà le lien avec Bercy, qui a accordé sa garantie de 7 milliards à la filiale bancaire de PSA. Le nom de Jean-Louis Beffa circule également. À 62 ans, l'ancien président de Saint-Gobain, qui coiffe la branche Asie de la Banque Lazard (conseil de Dongfeng), est un fin connaisseur de l'empire du Milieu. Le futur président du conseil de surveillance travaillera avec Carlos Tavares, le remplaçant de Philippe Varin, en tournée ces jours-ci dans les usines du constructeur.

Reste à régler les conditions de l'augmentation de capital. Le prix du titre que l'État et Dongfeng seraient prêts à payer pourrait avoisiner les 8 €. Tombé à 6 €, il y a un an, il est remonté à 11,4 € cette semaine. Il a bénéficié du regain d'intérêt des investisseurs depuis l'annonce de la mise en chantier d'un quatrième site de production, en Chine. L'accélération de Peugeot-Citroën en Asie reste le plus grand défi du constructeur. Avec une croissance de 25 % des ventes en 2013 et un objectif de 650.000 ventes en 2014, la Chine va devenir cette année le premier marché du groupe.

 

Source : leJDD.fr  19-01-2014

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens