Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:00

 

Nicolas-Sarkozy-Angela-Merkel-tele-6-fevrier-copie-1.jpg

 

 

Au coté de Nicolas Sarkozy, dans un entretien croisé retransmis lundi 6 février au soir dans le 20 heures de France 2 ainsi que sur ZDF, Angela Merkel a soutenu le président français, critiquant frontalement, mais sans le nommer, François Hollande.

Lundi après-midi, lors d'une conférence de presse commune, Angela Merkel déclarait déjà qu'il était "normal" de "soutenir des partis amis" et donc Nicolas Sarkozy. L'entretien qu'elle a consacré, avec le président français, à France 2 et à la chaîne allemande ZDF, retransmis dans la soirée, lui a permis de mettre en pratique son propos. Pendant 25 minutes, alors que Nicolas Sarkozy défendait l'action du tandem franco-allemand, la chancelière a justifié son positionnement dans la campagne présidentielle française : "Il est naturel que je soutienne Nicolas Sarkozy, dans la mesure où il m'a soutenu par le passé." Le locataire de l'Elysée s'était en effet déplacé en 2009, participant à un meeting du CDU/CSU, le parti d'Angela Merkel qui a remporté les élections fédérales cette année.

« Je soutiendrai Nicolas Sarkozy quoi qu’il fasse »

"Nous sommes de la même famille politique", a ajouté la chancelière, qui a toutefois refusé de dire si elle participera à un meeting de campagne de l'UMP. "Je soutiendrai quoi qu'il fasse" Nicolas Sarkozy, a-t-elle conclu, soulignant par cette formule que le chef d'Etat français n'avait pas encore officialisé sa candidature. Sur ce point, l'intéressé a d'ailleurs insisté sur le fait qu'il n'était pas encore en campagne. "J'observe que tout ceux qui entouraient François Mitterrand jusqu'en mars 88 n'étaient pas choqués qu'il ne soit pas candidat", a rappelé le président, oubliant de préciser que le chef d'Etat socialiste était alors en situation de cohabitation.

Une rencontre Hollande-Merkel ? "Rien n'est décidé"

Entre deux échanges de compliments, les deux responsables politiques ont pilonné François Hollande sans le nommer – seuls les journalistes ont prononcé son nom. Ségolène Royal avait été reçue à Berlin pendant la campagne présidentielle de 2007. Rien n'est moins sûr pour François Hollande, a révélé Angela Merkel, lançant un laconique "rien n'est décidé".

A été ensuite évoquée la proposition choc du socialiste : renégocier le traité européen entériné il y a une semaine par Paris et Berlin. Nicolas Sarkozy a été le premier à dégainer : une remise en cause du traité "n'a pas de sens", car "cela engage 350 millions d'européens". Son invitée a abondé en ce sens, en déclarant que l'accord signé par 25 pays membres de l'UE – Royaume-Uni et République tchèque ont refusé – "n'est pas fait que de rigueur mais aborde aussi les questions de croissance". Pour mieux faire comprendre sa pensée, Angela Merkel a fait référence à la Turquie : "Quand je suis arrivé à la chancellerie, je ne voulais pas poursuivre les pourparlers avec la Turquie sur l'adhésion à l'Union européenne, défendus par mon prédécesseur [Gerhard Schröder, Ndlr] (…) Mais les 26 chefs d'Etat se sont mis d'accord sur un dialogue. J'ai donc accepté." A François Hollande de suivre l'exemple. Nicolas Sarkozy, lui, a de quoi jubiler.

 

 

Source : leJDD.fr 06-02-2012

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens