Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 07:00

baguette-devrait-augmenter-de-3-a-5-centimes.jpg

 

 

Pour cause de sécheresse et donc de mauvaises récoltes en Russie et aux Etats-Unis on annonce la flambée du cours mondial des céréales. Si cela peut être une bonne nouvelle pour certains agriculteurs français ce n’est pas le cas pour tous. Ce n’est pas non plus le cas pour les consommateurs qui devraient voir les étiquettes valser pour certaines denrées comme  le pain, la volaille et la charcuterie.

Dans la plus grande discrétion, certains boulangers relèvent de 3 à 5 centimes le prix de la baguette ce mois-ci. Maîtres chez eux, ils sont les premiers à répercuter la flambée des cours du blé (+ 20% depuis juin). Le coût de la matière n’est pas considérable dans la fabrication du pain, mais les artisans mettent en avant la facture énergétique et la hausse du smic. Les volaillers, dont les animaux engloutissent du maïs et du soja payés à prix d’or, sont également à la manœuvre. Mais s’ils veulent décrocher environ 6% de hausse dans les rayons des magasins, ils vont devoir passer devant le "grand jury" des enseignes, Leclerc, Carrefour, Casino ou encore Auchan. Qui, coriaces, font de la résistance et invoquent des consommateurs qui se serrent déjà la ceinture. Pour l’heure, aucun accord ne serait signé.

Les fabricants de pâtes et de biscuits, désireux de répercuter à leur tour des hausses, devront attendre le mois d’octobre, période traditionnelle des révisions de tarifs. De quoi alarmer les associations de consommateurs. « Le scénario est connu. En 2008, le cours des céréales a connu la même surchauffe », confirme Charles Pernin, chargé de mission pour l’association de consommateurs CLCV. « Les ménages ont subi une inflation de 5% des produits alimentaires de base. Et les plus modestes, qui consacrent une part importante de leur budget à l’alimentation, ont été les plus pénalisés. »

L’histoire se répète avec quelques nuances. En 2008, les Français découvraient le premier épisode de la crise financière. Quatre ans plus tard, ils abordent cette rentrée avec un pouvoir d’achat en diminution de 1% par rapport à 2011. L’indice de 60 Millions de consommateurs, l’observatoire de l’Institut national de la consommation (INC), est formel : cette année, un ménage qui touche un revenu mensuel de 3.259 euros subit une perte sèche de 33 euros par mois en raison de l’inflation. Du jamais-vu depuis 2003, date de la création de l’indice.

Les prévisions de l’Insee confirment la tendance. Le pouvoir d’achat devrait reculer de 1,2% cette année. Il faut remonter à 1984 pour retrouver une telle situation. Les Français sont inquiets : selon le baromètre Viavoice-BPCE Les Echos-France Info dévoilé jeudi 30 août dernier, 46% des sondés anticipent une baisse de leur pouvoir d’achat dans les mois à venir.

Un plan d’action présenté mi-septembre

Après l’essence, l’alimentaire risque de devenir le nouveau cauchemar du gouvernement. Certes, François Hollande n’a rien promis concernant le prix de la baguette, alors qu’il s’était engagé à agir sur le carburant. Mais comment expliquer que la belle récolte de blé en Beauce coûte cher aux Français?

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, est monté au créneau. À sa demande, et après discussion, les céréaliers ont créé jeudi un fonds de solidarité pour les éleveurs dotés de 100 millions d’euros. Il servira à la rénovation des exploitations. En outre, le ministre prépare un plan d’action. Il devrait être présenté lors de la visite de François Hollande au Salon international de l’élevage (Space), qui débute le 11 septembre à Rennes. Stéphane Le Foll propose de favoriser la signature de contrats d’approvisionnement entre producteurs et éleveurs pour lisser la fluctuation des cours de la matière première. Il va demander aux banques de se mobiliser pour accompagner les éleveurs en difficulté.

La France soutiendra aussi la future directive européenne sur la régulation des marchés financiers, afin de lutter contre la spéculation. Enfin, Stéphane Le Foll militera lors du prochain G20 agricole pour renforcer le suivi des récoltes et le stockage d’urgence. Aucune de ces mesures ne jugulera l’inflation à court terme. Le temps du contrôle des prix est révolu. Désormais, comme pour le pétrole, tout se joue sur les marchés mondiaux.

 

Source : leJDD.fr  02-09-2012

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens