Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 12:00

 

Mandela-afrique-du-sud.jpg

 

Hospitalisé pendant deux jours, l’ancien président est rentré chez lui le vendredi 28 janvier dernier, à Johannesburg. Les médecins se veulent rassurants mais les Sud-Africains redoutent le pire.

 

Son quartier tranquille de Johannesburg est devenu, depuis vendredi, l’un des endroits les plus surveillés au monde. Nelson Mandela, premier président noir d’Afrique du Sud, icône planétaire de 92 ans, a été autorisé par ses médecins à rentrer chez lui pour y être soigné. Le retour à la maison s’est déroulé vers 13 heures, en ambulance et sous très forte escorte policière. Les forces de l’ordre ont également bloqué les rues alentour et les journalistes n’ont pu voir Mandela. Selon les médecins, cette sortie de clinique est un signe rassurant. Soigné depuis mercredi pour une infection respiratoire aiguë, Mandela, officiellement, va mieux. "Les médecins l’ont autorisé à quitter la clinique, il est dans un état stable mais fera l’objet d’un suivi attentif", a déclaré Vejaynand Ramlakan, responsable de l’équipe médicale militaire assignée au suivi du chef de l’Etat actuel et de ses prédécesseurs. "L’ancien président souffre de maladies communes aux personnes de son âge. Il a récemment développé une infection respiratoire aiguë, mais il a très bien répondu aux traitements", à tel point que le personnel de l’hôpital Milpark aurait été "surpris" par la capacité de rétablissement du vieil homme. "Il n’est probablement pas aussi mobile que nous l’aurions souhaité mais son attitude positive l’aide à supporter les vicissitudes du grand âge avec beaucoup de grâce", a conclu le médecin, promettant désormais la publication régulière de bulletins de santé.

 

Ces déclarations sont les premières depuis l’admission de Mandela mercredi. Le silence des médecins avait alimenté les spéculations et les inquiétudes de tout un peuple au sujet de celui que les Sud-Africains surnomment affectueusement "Madiba", reprenant ainsi son nom tribal.

 

"Nous aimerions qu’il reste éternellement parmi nous"

 

Emprisonné durant vingt-sept ans, Prix Nobel de la paix en 1993 en compagnie de son prédécesseur, Frederik de Klerk, Mandela n’est plus apparu en public depuis la cérémonie de clôture du Mondial 2010 de football, le 11 juillet dernier à Johannesburg. Il n’y était resté que quelques minutes.

 

Redoutant à tout instant la disparition du tombeur du régime de l’apartheid, les Sud-Africains ont pris peur mercredi quand, d’un séjour dit de routine, l’hospitalisation de Mandela s’est prolongée. Jeudi, Desmond Tutu, autre Prix Nobel de la paix et ami de Mandela, a renforcé les inquiétudes en déclarant: "Qu’est-ce qu’on peut encore attendre de lui? Bien sûr, nous aimerions qu’il reste éternellement parmi nous mais vous savez… tout peut arriver."

 

Depuis le sommet de Davos, en Suisse, le président Jacob Zuma assurait lui que Mandela allait bien… tout en appelant au calme et à la retenue. Quant au vice-président, Kgalema Motlanthe, il exhortait, de son côté, la population à "continuer de prier pour que Madiba soit avec nous pour fêter ses 93 ans et au-delà." Le 93e anniversaire du plus célèbre Sud-Africain au monde doit être célébré le 18 juillet prochain.

 

 

Source : lejdd.fr  30-01-2011 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens