Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 09:00

Jean-Marc-Ayrault-colere-a-l-asemblee-nationale.jpg

 

 

Les députés de tous bords politiques ont questionné Jean-Marc Ayrault, mercredi 3 avril dans l’après-midi, sur l'affaire Cahuzac. "En colère", le Premier ministre, Pierre Moscovici et Christiane Taubira sont montés au créneau, assurant tour à tour que "le gouvernement a permis à la justice de faire son travail en toute indépendance".

"Aujourd'hui, je suis indigné comme vous!" Jean-Marc Ayrault a laissé éclater sa colère mercredi 3 avril après-midi devant les députés, lesquels ont enchaîné les questions au sujet de l'affaire Cahuzac. Bernard Accoyer, l'ancien président UMP de l'Assemblée nationale, a ouvert la séance, tançant autant "le mensonge d'un homme" que "la responsabilité constitutionnelle du gouvernement". L'élu savoyard n'a pas été convaincu par "l'intervention lapidaire et de diversion" du chef de l'Etat.

"A quelles vérifications avez-vous procédé?", a demandé pour sa part l'UDI Jean-Christophe Lagarde. Parmi la majorité, l'écologiste François de Rugy a reconnu "l'existence d'un climat de soupçon au-delà (de cette) affaire personnelle". Même le socialiste Bruno Le Roux a reconnu : "La parole publique a été entachée par l'un des nôtres." Les huées venant des bancs de la majorité ont succédé aux protestations l'opposition. "C'est peut-être une séance encore plus importante que les autres", a clamé, depuis le Perchoir, Claude Bartolone qui, pendant une heure, a tenté de limiter le niveau sonore dans l'Hémicycle.

« Monsieur Cahuzac n’est pas digne d’exercer un mandat de la République »

Devant les députés, Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici et Christiane Taubira ont défendu tour à tour la position du gouvernement qui, selon eux, "a permis à la justice de faire son travail en toute indépendance". Haussant le ton, le Premier ministre a rappelé que Jérôme Cahuzac avait "effectué une réponse solennelle dans un lieu solennel", quand il avait assuré devant les députés n'avoir "jamais" possédé un compte en Suisse. "Comme nous, vous étiez attachés à la présomption d'innocence", a-t-il rappelé à l'adresse de l'opposition avant de dire sa "colère" - mot répété à trois reprises par le chef du gouvernement. "Quelles que soient les décisions de la justice, monsieur Cahuzac n'est pas digne d'exercer un mandat de la République", a-t-il lancé.

Le respect de l’indépendance de la justice

Pierre Moscovici, mis en cause par l'opposition, a également assuré avoir participé à la bonne marche de la justice dans cette affaire : "Mon administration a été diligente, efficace, volontaire et qu'elle a travaillé au service de la vérité et rien d'autre." "On a changé avec certaines pratiques antérieures", a noté quelques minutes plus tôt Jean-Marc Ayrault, qui a ajouté : "Notre conception n'est pas celle des officines, des écoutes, mais le respect de l'indépendance de la justice." "Il y a d'autres affaires, y compris des affaires qui concernent des membres de votre formation politique", a lancé la garde des Sceaux Christiane Taubira, répondant à un élu UMP. Eric Woerth, mis en cause dans l'affaire Bettencourt et dans la vente présumée litigieuse de l'hippodrome de Compiègne, n'était pas présent.

"Vous n'êtes plus en situation de faire la morale"

"Vous n'êtes plus en situation de nous faire la morale", a alors tonné Christian Jacob, patron des députés UMP. Une ambiance électrique qui n'a pas empêché Jean-Marc Ayrault de faire appel à l'unité de la représentation nationale sur la prochaine réforme constitutionnelle : "Je demande (à l'opposition, Ndlr) de soutenir le gouvernement, en votant la réforme du Conseil supérieur de la magistrature. Ainsi, vous pourrez arrêter de critiquer les juges quand la justice prend des décisions qui ne vous plaisent pas." A sa suite, Bruno Le Roux puis François de Rugy ont demandé à l'UMP de "dépasser les postures actuelles". "Quel changement avec ce qui se faisait avant!", a glissé le chef de file des députés socialistes. "C'est la base de votre conscience", a conclu Jean-Marc Ayrault, qui compte "poursuivre le combat pour la République exemplaire".

 

 

Source : leJDD.fr  03-04-2013

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

facon 05/04/2013 18:53

Un seul mot face au comportement de Cahuzac : écoeurement

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens