Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 18:02







Dans ces temps difficiles ou chacun se pose des questions sur son avenir ou sur l'avenir de ses enfants, d'autres n'ont même plus ce choix là; ils vivent au jour le jour, se débattent ,avec les difficultés et "improvisent" leur vie en fonction des circonstances. D'autres encore, aidés par la chance ou par leur travail ou bien parce qu'ils se trouvent encore dans le bon créneau, parviennent à maintenir leur pouvoir d'achat, souvent avec beaucoup de mal.
En choisissant des exemples représentatifs de notre société, le site "Eco89" a eu l'idée de passer "aux rayons X" les porte-monnaies de Français, que nous cotoyons tous les jours, sans bien savoir leurs problèmes








"Je n'ai plus de patron et j'ai doublé mon revenu de secrétaire payée à coups de pieds au cul."  Voilà comment Nathalie, la quarantaine, résume sa situation. Il y a un peu plus d'un an, elle a décidé de se lancer dans la pose de faux ongles, près de Toulouse. Elle a accepté de passer son porte-monnaie au rayon X.

Son parcours, Nathalie le qualifie de « reconversion », mais en parle comme d'une libération : « A 40 ans, c'était le moment ou jamais. Je faisais un métier dans lequel je n'étais pas heureuse. J'en avais marre de ce statut de secrétaire. Dans les petites structures où j'ai bossé, la secrétaire est un pilier, et pourtant tu es dévalorisée en permanence. C'est comme si on était désagréable pour se justifier de te payer aussi mal. »  

Aujourd'hui, cette mère de deux enfants de 13 et 16 ans s'épanouit dans un job qu'elle n'avait jamais imaginé -ni rêvé- d'exercer. « Ce n'était pas une vocation, c'est sûr. Mais c'était le seul truc  faisable sans un investissement colossal et avec une formation très courte. J'ai appris le métier en trois semaines, mais j'ai passé quatre mois à massacrer mes copines avant d'être prête. Et ça a marché tout de suite. »

 

« C'est un investissement énorme. Tu commences à zéro, et tu obligée de dégager du chiffre rapidement. Quand j'ai ouvert, je n'avais pas pignon sur rue. Il faut être super guerrière, laisser ta carte partout. Et une fois que tu as les premières clientes, il faut les séduire pour qu'elles t'amènent leur copine, leur mère, leur grand-mère… C'est un métier d'artisan -le travail bien fait, c'est la base, mais c'est aussi un boulot de commercial voire de psy. J'ai des nénettes qui pleurent en me racontant les infidélités de leur mari, ou leur dispute avec leur père… J'avais peur de la crise, et en fait je ne la subis pas. Le fondateur d'Estée Lauder avait inventé “l'indice rouge à lèvres” : pendant la crise de 1929, on avait constaté que les ventes de rouge à lèvre explosaient. Ça ne se vérifie pas pour cette crise-là.
Aujourd'hui, c'est l'indice faux ongles : j'ai 80 clientes régulières, mon carnet de rendez-vous est blindé. Et quand je suis obligée de refuser une cliente, ça me fend le coeur. Si je pouvais, je travaillerais nuit et jour. »

 

Ses revenus : 3 350 euros par mois en moyenne

 

Nathalie gagne 2 700 euros bruts par mois, lissés sur l'année. Certains mois, cela peut aller jusqu'à 4 260 euros, comme en juillet où elle a travaillé plus de 10 heures par jour.

Elle touche également 650 euros par mois de pension alimentaire pour ses deux enfants.

 

Ses dépenses obligatoires : 1 470 euros par mois

 

Près de 300 euros par mois passent en frais divers : il y a les produits (crème, vernis, dissolvant et autres limes à ongle), l'essence, un peu de publicité (un encart un peu visible dans les pages jaunes par exemple), et « un chouïa de charges ». Juste un chouïa, car Nathalie bénéficie de l'aide à la création ou à la reprise d'entreprise (ACRE).

Nathalie se déplaçant à domicile pour la plupart de ses clientes, elle n'a pas de frais de local. Elle travaille également en freelance dans deux instituts de beauté. Enfin, elle a aménagé une « boutiquette » dans… son garage. « Mais ce n'est pas pourri, hein ! » A terme, elle veut réduire les déplacements et travailler dans son « boui-boui ».

 

Pour le reste :

**  400 euros mensuels pour la taxe d'habitation et la taxe foncière (200 euros chacune).

**  600 euros par mois pour l'alimentation.

**  110 euros d'électricité.

**  60 euros d'abonnement Internet et téléphone portable.

Le remboursement du prêt de la maison (1 200 euros) est pris en charge par son mari, ingénieur.

 

Les activités des enfants, les vacances, les restos…  : 1 230 euros

 

Le budget vacances est réduit : la famille loue un mobile-home à prix cassé en passant par le comité d'entreprise de son mari. Cet été, ils sont partis dans les Landes et ont déboursé 300 euros. « On se fait quand même des petits week-ends. On a passé quatre jours au Maroc récemment, pour 600 euros. »

**  70 euros de cantine par mois pour les deux enfants.

**  70 euros d'argent de poche pour Antoine, l'ainé, 40 euros pour Eva.

**  50 euros pour les cours de tennis et de guitare d'Antoine, 30 euros pour les cours de danse et de théâtre d'Eva.

**  170 euros mensuels pour la femme de ménage, pour trois heures de travail par semaine.

**  500 euros par mois en sorties, notamment en restaurants. « J'avoue qu'on flingue pas mal d'argent dans les restos parce qu'on adore ça… »



Source : Eco89

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens