Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 10:37











A quelques jours du troisième G20 en un an, la vieille Europe impose son modèle au monde. En tout cas, dans sa mise en scène.

 

L’approche du sommet mondial de Pittsburgh ressemble aux pentes douces des sommets agricoles ou de l’Union européenne en gestation, sous de Gaulle ou Mitterrand. Le rendez-vous est toujours de la dernière chance, la France va toujours se poser en exemple, on ne sait jamais si les grands sont des rivaux ou des alliés et finalement, tout s’arrange pour le meilleur des communiqués. Sauf que le G20, destiné à guider une planète hors du marasme économique et financier, est autrement plus risqué que tous les sommets du temps de l’ORTF. A Pittsburgh, se joueront le nouvel équilibre entre les Etats-Unis et la Chine, la crédibilité d’Obama comme leader mondial, la capacité de l’Europe, du Brésil et des pays émergents à tordre le bras de cette Amérique endettée, les conditions d’un capitalisme relancé, purgé des vices de la spéculation aveugle, l’embryon d’un gouvernement économique mondial et la préservation d’une reprise encore fragile…  

Il y a du théâtre, des menaces, des vrais affrontements. Quand la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, décrit ce que veut la France, ce qu’elle veut imposer à l’Amérique, elle, la plus américaine des ministres, exprime un conflit culturel profond entre les tenants d’un capitalisme contrôlé et les croyants de la libre entreprise, malgré tout et malgré la crise. Deux conceptions irréconciliables, qui transcendent les camps. Obama, homme de gauche, est plus libéral de fait que le droitier Sarkozy ou la chrétienne démocrate Merkel.

 

L’économie mondiale va mieux mais elle reste au bord d’un gouffre


En même temps, le clash n’aura pas lieu parce qu’il est impossible. Très remonté contre l’"obamania" avant les vacances, Nicolas Sarkozy pratique désormais une politique d’apaisement envers l’ami américain. Tant nul ne peut imposer une vérité contre les autres. En témoigne son inflexion sur les bonus des traders, dont le plafonnement est devenu un élément de négociation et non plus un ultimatum. Même empathie sur l’idée d’un pilotage mondial de l’économie, que souhaitent les Américains. Le G20 serait un gouvernement et le FMI un supercabinet, à la façon dont la Commission prépare les directives que le Conseil européen adopte. Un premier pas, peut-être, car le G20 n’évoquera pas cette semaine la question pourtant cruciale des monnaies, de la place du dollar, du yuan, de l’euro…
  

Au-delà des symboles et des jeux de rôles, es grandes puissances se sont donné our priorité de se serrer les coudes. Durant les réunions secrètes à Washington, les sherpas es présidents ont dressé le même constat: la reprise est mince, les plans de relance coûtent cher et il faudra en sortir. L’économie mondiale va mieux mais elle reste au bord d’un gouffre. "Les consommateurs américains, anglais, espagnols… sont autant de moteurs en panne. Et il est peu problable qu’ils redémarrent vivement", entendait- on cette semaine à l’Elysée.

 

Or il y a déjà eu deux G20 sans que les peuples y voient un changement. Bercy suit avec fébrilité ce tableau de bord mis en ligne par le trésor britannique : il montre, case par case, l’avancée des 92 dossiers et promesses des 20 puissances réunies, suivant les communiqués officiels. "Seules quelques cases restent sans réponse", souffle-t-on, soulagé. Il y aura d’autres sommets car il faut du temps. Des liens se nouent, et des lignes bougent, petit à petit, sur les paradis fiscaux, les rémunérations des traders, sur la coordination de la sortie de crise. Mais ceci se fait lentement, dans la coulisse, quand l’événement appelle des envolées spectaculaires sous les caméras du monde. Quelques grands apprennent à se connaître et à vivre ensemble, est-ce essentiel? Evidemment. Mais obscur. La construction européenne, elle aussi, a souffert d’être trop peu entendue en bas.



Source : lejdd.fr  22-09-2009 

            

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens